Sortir à Lyon

Max Ophüls filme Chopin !

Clip vidéo. Le saviez-vous ? C’est à Lyon, en 1935, que le clip musi­cal a été inventé. Un certain Jacques Thibaud, fonda­teur de la Compa­gnie des Grands auteurs inter­na­tio­naux, a l’idée de ce qu’il appelle alors les « Ciné­pho­nies » : faire réali­ser un court-métrage à partir d’une musique, en le confiant à un grand metteur en scène. Les musiques en vogue alors s’ap­pellent Chopin ou Debussy et les cinéastes Marcel l’Her­bier ou Max Ophüls. L’Her­bier filmera par exemple Alfred Cortot, un des plus grands pianistes du siècle, en train d’in­ter­pré­ter la Chil­dren’s corner de Debussy (à notre connais­sance introu­vable aujourd’­hui). Et c’est le grand Max Ophüls, l’au­teur de La Ronde ou de Lettre d’une incon­nue déjà baignés de musique, qui va réali­ser le clip de la Valse brillante de Chopin, jouée au piano par Alexandre Brai­lowsky. Adepte de la caméra mobile, Max Ophüls danse litté­ra­le­ment autour du pianiste, qu’on devine d’abord derrière un voile, perché en queue de pie en haut d’un esca­lier géant comme au temps des revues de la Belle Epoque. On dirait du Jean-Chris­tophe Averty ou une séquence de Mari­tie et Gilbert Carpen­tier avant l’heu­re… Et miracle, ce film tourné en studio à Paris, produit par la Para­mount, est encore visible sur You tube ! De quoi décou­vrir à la fois les débuts du clip musi­cal, et un court film de Max Ophüls, raris­sime. Rock’n’­roll.

La « Ciné­pho­nie » de la Valse brillante de Chopin filmée par Max Ophüls est visible << ici >>.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Une vie cachée : grand film pour héros ordi­naire

Cinéma d'auteur. Après des derniers films décevants (Song to Song), Terrence Malick opère un retour aux sources de son cinéma en s’inspirant de la vie de Franz Jägerstätter, un paysan autrichien qui refusa de prêter allégeance à Hitler. Bien entendu, ici, il n’y a ni combats ni b...

De l’art (contem­po­rain) qui fait du bien

Ils sont doublement inspirés au Mac de Lyon : d'abord, ils ont eu le nez (façon de parler) de fermer pour travaux juste avant la crise du Covid-19..., et ce jusqu'en septembre 2020 ! Ensuite, ils partagent avec plaisir sur leur site et leur fil twitter : Une « œuvre qui fait d...