Sortir à Lyon
Partager cet article :

Home cinéma : Brook­lyn bégaie !

Edward Norton adapte le génial roman de Jona­than Lethem paru aux éditions de l’Oli­vier sous le titre Les Orphe­lins (on vous en conseille la lecture pour les vacances). Ça lui permet d’in­car­ner un rôle de compo­si­tion comme il les aime, celui d’un détec­tive privé atteint du syndrome de la Touret­te… Pas facile pour mener un inter­ro­ga­toire !

Edward Norton et Willem Dafoe in Brook­lyn by night.

Mais c’est surtout la splen­deur du New York des années cinquante qui vaut le détour ici, ainsi que la pein­ture inter­ra­ciale dans les boîtes de jazz de l’époque… Avec une séquence très belle dans laquelle le syndrome d’Ed­ward Norton lui permet d’im­pro­vi­ser tout en onoma­to­pées en même temps que les musi­ciens . . . Bruce Willis (au début) et Willem Dafoe (à la fin) complètent un casting clas­sieux. Du bon cinéma clas­sique, à l’an­cienne, mais recons­ti­tué avec la magni­fi­cence du numé­rique d’aujourd’­hui. Idéal pour passer le temps du couvre-feu (2h25).

Bruce Willis au début de Brook­lyn affairs.


Brook­lyn affairs de et avec Edward Norton (2019, EU, 2h25) avec Bruce Willis, Alec Bald­win, Willem Dafoe, Gugu Mbatha Raw… En ce moment sur Canal Plus.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...