Sortir à Lyon
Partager cet article :

Cinéma : 2021, année de tous les dangers

Avant la chute verti­gi­neuse des entrées en 2020 (-70% en moyenne, Covid oblige), on avait laissé le marché lyon­nais des salles de cinéma sur une bonne tendance : augmen­ta­tion géné­rale de près de 5%, avec un retour marqué vers les ciné­mas de proxi­mité : en 2019, c’était une augmen­ta­tion de +20% qu’on obser­vait pour les ciné­mas Lumière, de +11% pour l’UGC Asto­ria, et de +5,73% pour le Comoe­dia). Indé­pen­dam­ment du désastre écono­mique actuel qui rappe­lons-le touche plus les ciné­mas – essen­tiel­le­ment privés – que les autres salles de spec­tacle – essen­tiel­le­ment publiques –, l’offre de films en 2020 s’est avant tout regroupé sur l’art et essai qui traî­nait sur les étagères de montage, favo­ri­sant les habi­tudes d’un public ciné­phile et régu­lier, au détri­ment d’un public plus large et plus jeune, faute d’offre (quasi­ment pas de block­bus­ters, encore moins de films pour toute la famille).

Carto­gra­phie des multi­plexes

La bataille des multi­plexes, parti­cu­liè­re­ment nombreux dans l’ag­glo­mé­ra­tion lyon­naise, n’avait pas eu lieu en 2019 : tous était en hausse, le podium des salles les plus fréquen­tées restant stable (Pathé Carré de Soie en 1, Mega CGR Brignais en 2, UGC Confluence en 3). La stra­té­gie des salles Pathé d’in­ves­tir dans la tech­no­lo­gie (salles 4DX, nouvelle salle Imax, Dolby Atmos…) s’était avérée payante, tandis que les salles tout confort tradi­tion­nelles d’UGC avaient elles aussi conti­nuer leur augmen­ta­tion, comme si chacun des grands groupes avait trouvé son propre public. Tout semblait donc se dérou­ler dans le meilleur des mondes. Mais ça c’était avant.

Un modèle écono­mique qui vole en éclats

Aujourd’­hui, en plus d’une hémor­ra­gie écono­mique qui n’est pas termi­née et dont on ne connait pas encore l’am­pleur, l’ar­rêt des tour­nages et de l’ac­ti­vité ciné­ma­to­gra­phique partout dans le monde a péna­lisé l’offre grand public. D’au­tant que les plus gros produc­teurs de films ont été touché de plein fouet (Etats-Unis, Chine, Inde, Corée) péna­li­sant aussi bien le diver­tis­se­ment holly­woo­dien que les films à grand spec­tacle en géné­ral (le 4DX étant par exemple une produc­tion coréenne, sans comp­ter la main mise du marché chinois sur les sorties mondiales). Bref, les stra­té­gies qui pouvaient être gagnante en 2019 sont désor­mais caduques et les multi­plexes ont du souci à se faire, d’au­tant qu’ils n’ont pas béné­fi­cié des aides muni­ci­pales à la culture contrai­re­ment aux ciné­mas Lumière et au Comoe­dia (90 000 euros chacun).

De plus en plus de monde au balcon

2021 sera d’au­tant plus cruciale que c’est l’an­née qu’a choi­sie UGC pour construire le plus grand multi­plexe de la ville : 18 salles toutes neuves et équi­pées du dernier cri sur le toit du centre commer­cial de la Part-Dieu, à ouvrir d’ici l’au­tomne. Ce sera en prime la première fois à Lyon depuis des décen­nies qu’un multi­plexe se construit en plein centre ville. Diffi­cile de ne pas imagi­ner en consé­quence un boule­ver­se­ment du marché ciné­ma­to­gra­phique intra-muros. Entre une crise de l’offre grand public, une chro­no­lo­gie de la diffu­sion des films à remettre à plat entre plate­formes et cinéma en salles, des défi­cits écono­miques abys­saux et une satu­ra­tion probable du marché des multi­plexes, le marché lyon­nais devrait connaître encore plus que d’autres son plus grand boule­ver­se­ment en 2021. Pour le pire ou pour le meilleur, en espé­rant qu’il serve avant tout l’offre faite aux spec­ta­teurs… A suivre.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...