Sortir à Lyon
Partager cet article :

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui recons­ti­tue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde… à partir d’un amour empê­ché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec un “A” comme la forme de la tour, heureu­se­ment qu’elle ne s’ap­pe­lait pas Gabrielle), mais ses parents n’étaient pas d’ac­cord… Damned ! Flash­back sepia, hauts de forme qui circulent dans les grands halls, l’ex­po­si­tion un brin longuette navigue comme Emma McKay (un mix d’Eva Green et Dora Tillier, aperçue dans Sex Educa­tion) entre Romain Duris en papa barbu, et Pierre Dela­don­champs en rival premier (un jour­na­liste, il faut toujours s’en méfier…).

Adrienne (Emma McKay) et Eiffel (Romain Duris).

La tour de Pise du scéna­rio

Comme Paris est une fête, on aurait aimé vous dire le plus grand bien de cette fresque à la produc­tion ambi­tieuse qu’on a décou­verte avant tout le monde au début de l’été. Las, le scéna­rio ressemble plutôt à la tour de Pise, bancal jusqu’au bout, entre un mythe histo­rique dont on ne verra fina­le­ment pas grand-chose (à peine la construc­tion du premier étage), et une romance assez conven­tion­nelle qui prend le pas sur tout le reste (en réalité Eiffel n’a jamais revu son Adrienne à Paris…).

Le film semble donc hési­ter en perma­nence entre l’idée origi­nale de racon­ter l’aven­ture de la tour Eiffel (l’au­teure du scéna­rio initial, Caro­line Bongrand, a été débarquée en cours de projet), et l’his­toire de ce couple impos­sible, entre les mains du réali­sa­teur de Papa ou Maman. Oubliant de déve­lop­per l’in­gé­nie­rie de son person­nage prin­ci­pal comme sa person­na­lité un peu à part, Eiffel ne s’en remet jamais vrai­ment, deve­nant un livre d’images pour musique en roue libre, malgré ses acteurs convain­cants. A vous de voir si votre fleur bleue vibre plus que votre soif de connais­sance histo­rique.


Eiffel de Martin Bour­bo­lon (Fr, 1h48) avec Romain Duris, Emma McKay, Pierre Dela­don­champs… Sortie le 13 octobre.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...

Les Consé­quences de Paolo Sorren­tino

Ce serait presque un prix Lumière dans le prix Lumière. En plus de l’avant-première de son dernier film réalisé pour Netflix, La Main de Dieu (photo) - qu'on a hâte de découvrir - le pape du cinéma italien contemporain Paolo Sorrentino viendra présenter cinq de ses plus beaux fil...