Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le maître de Mozart à l’Au­di­to­rium

Chris­tian Zacha­rias a signé ce qui consti­tue tout simple­ment parmi les plus beaux disques jamais enre­gis­trés en musique clas­sique : une inté­grale des sonates pour piano de Mozart, à l’exact point d’équi­libre entre la légè­reté et la mélan­co­lie, doublée d’un coffret consa­cré à l’en­semble des concer­tos, avec notam­ment David Zinman à la direc­tion, ou Sir Neville Marri­ner (grand mozar­tien et chef de la BO d’Amadeus), dont il fut un très proche jusqu’à ses derniers instants (« il n’avait rien d’un Sir, nous a-t-il confié, c’était un homme simple et un grand musi­cien« ). C’est dire si la venue de Zacha­rias à l’Au­di­to­rium, au clavier et à la direc­tion, est un événe­ment. D’abord parce qu’il a choisi un grand concerto pas comme les autres, le 19e, qui s’ap­proche à la fois de la musique de chambre et de « petites scènes d’opéra » comme Mozart en avait le secret. En le mettant en regard avec deux oeuvres que l’ONL jouera pour la première fois : les Danses concer­tantes de Stra­vinsky pour garder l’es­prit de la musique de scène, et la Sinfo­nietta de Poulenc presque « coquine » selon les mots du chef, renouant avec la santé des premières sympho­nies de Haydn. Bref, le concert d’un grand maître des plai­sirs musi­caux. Immanquable.

Chris­tian Zacha­rias, 19e concerto de Mozart, piano et direc­tion avec l’ONL (+ Danses concer­tantes de Stra­vinsky, Sinfo­nietta de Poulenc). Jeudi 14 octobre à 20h à l’Au­di­to­rium, Lyon 3e (atten­tion, date unique). De 8 à 49 €.

Ecou­tez l’émis­sion Au coeur de l’ONL avec Chris­tian Zacha­rias au micro de Luc Hernan­dez pour vous présen­ter le concert.

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Adieu Nicho­las Ange­lich, un des plus grands pianistes d’aujourd’­hui

Il y a peu de monstres sacrés qui avaient l’allure d’un grand nounours aussi gentil. Il était né aux Etats-Unis d’une mère de l’URSS et d’un père du Montenegro, et c’était un fidèle de Piano à Lyon et des orchestres lyonnais. Enfant de l’Europe de l’Est par ses parents musiciens,...