Sortir à Lyon
Partager cet article :

Jazz à Vienne, le festi­val plus sexy et éclec­tique que jamais

Marc Rebillet à Jazz à Vienne avec Louis Cole.
Marc Rebillet sur la plage mais pas abandonné.

La 41e édition de Jazz à Vienne début cette semaine avec MC Solaar ou Jamie Callum et une foule de jeunes artistes dans tous les styles, du New Orleans à la fusion.

Supa­fun­krock, c’est ainsi que le magné­tique chan­teur et trom­bo­niste Trom­bone Shorty nomme sa musique. Il faut dire qu’il pratique le mélange des genres. Depuis la Nouvelle-Orléans où il est né et joue dans des fanfares depuis ses six ans, d’où son surnom, Troy Andrew (au passage frère du trom­pet­tiste James Andrew) nour­rit sa musique de genres variés. Les compo­si­tions font appel à la funk, à la soul, lorsqu’il tombe le tuba, c’est pour inves­tir un chant R’n’B dans un univers musi­cal et visuel qui flirte avec le rap. Avec ses compères d’Orleans Avenue les concerts sont des décharges d’éner­gies où le public résonne avec les cuivres. 

Just about fun’K (20h30), Dirty dozen brass band (21h35) & Trom­bone Shorty (22h40). Dimanche 10 juillet de 20h30 à minuit. De 4 à 34 €.

Trombone Shorty, le pape du funk à Jazz à Vienne.
Trom­bone Shorty et son « Supa­fun­krock ».

La relève de la scène française

Jazz fusion. Les cinq jeunes musi­ciens de la nouvelle scène française font leur retour au festi­val avec le vent en poupe. Le groupe de jazz progres­sif à l’éner­gie rock connaît bien sa recette : distor­sion et avan­cées mélo­diques témé­raires. La variété d’ins­tru­ments permet de toucher ciel et terre avec une section ryth­mique qui vous colle au sol et des envo­lées de flûtes qui vous emmènent très haut. « jazz progres­sif ? Cinq musi­ciens… une flûte ? Ça doit être bordé­lique non ? » – Non, le groupe avance en équipe avec une cohé­sion pleine de subti­lité : ni foutrac, ni plan-plan. Leur jazz va cher­cher des sono­ri­tés bluesy, posées sur les rails d’une section ryth­mique adepte de mesures asymé­triques et surplom­bée par des solistes très libres. Le clavier apporte une touche nébu­leuse à des morceaux nocturnes desquels on voit, grâce à lui, défi­ler les étoiles.

Ishkero. Mercredi 13 juillet à partir de 20h30 dans le cadre de la All night jazz finale jusqu’à 5h du matin (avec Gene­ral Elec­triks, Fred Wesley, Flavia Coel­ho…). De 4 à 37 €.

Louis Cole, la relève de Jazz à Vienne.
Louis Cole parta­gera la scène du théâtre antique avec Marc Rebillet. (photo Richard Thomp­son)

La sexy session de Marc Rebillet et Louis Cole

Elec­tro-jazz. C’est comme s’ils débarquaient d’une autre planète. Marc Rebillet et Louis Cole sont deux show­men multi-instru­men­tistes aux perfor­mances inar­rê­tables. Marc Rebillet, au succès reten­tis­sant sur les réseaux sociaux donne des concerts impro­vi­sés de bout en bout avec une spon­ta­néité irré­sis­tible. Il faut dire qu’il sait offrir du spec­tacle avec son person­nage charis­ma­tique et atta­chant qui nous délivre ses chan­sons pleines d’éner­gie et d’hu­mour. Monsieur joue en peignoir, se trémousse en chan­tant ses textes… souvent lubriques. Il pose l’am­biance avec des inter­ludes comiques qui font de lui non plus un homme orchestre mais un homme-spec­tacle. Louis Cole, quant à lui, fait partie de ces gens qui, derrière leurs lunettes de soleil, voient tout. Batteur, clavie­riste, compo­si­teur, il navigue avec sa voix haut perchée d’ins­tru­ment en instru­ment sur une scène peuplée de cuivres, choristes, de guita­res… réunis derrière ses compo­si­tions élec­tri­santes tein­tées de progres­sions jazz modernes, mais toujours dansantes, dont un Real life dément featu­ring Brad Meld­hau sur son dernier opus. E.B.

Marc Rebillet + Louis Cole. Mercredi 6 juillet de 20h30 à 23h35 (c’est précis). De 4 à 37 €. 4&e édition de Jazz à Vienne, du 29 juin au 13 juillet.

Kae Tempest, le concert hip hop qu’il vous faut

La première fois qu'on a entendu son album The Line is A Curve, ça a été le coup de foudre. Artiste britannique à la croisée des genres, Tempest a d'abord été Kate, poète et figure du théâtre anglais avant de devenir Kae, quand son spoken word s'est teinté du meilleur du hip-hop....

M. se rêve encore plus grand en tour­née

Qui aime M ? Il saute. Il court. Il joue de la guitare avec les dents et enflamme les salles partout où il passe, comme Fourvière encore l’été dernier. Chaque concert de M, alias Matthieu Chedid alias M, est une performance. Toujours très généreux sur scène, le chanteur sait comm...

Black Lilys, le groupe lyon­nais qui cartonne à Londres

Ils déambulent sur Camden Street, la veille d’un concert à Londres, lorsqu’on les appelle pour discuter de New Era, leur nouvel album. L’une raconte d’une voix chaleureuse les tourments d’un disque marqué par un confinement séparés, l’autre, plus en retrait mais non moins sensibl...