Sortir à Lyon
Partager cet article :

Décou­vrez L’Enigme auto­di­dacte, la plus grande expo des vacances

L'Enigme autodidacte, la nouvelle exposition du MAMC à Saint-Etienne.
Bodys Isek Kingelez, Palais Hiroshima, 1991.

Le Musée d’art contem­po­rain de Saint-Étienne pose une redou­table ques­tion à travers plus de 200 œuvres de 44 artistes sur 1 000 m². C’est aussi grand que le sujet est vaste. Qu’est-ce qui relie cette caté­go­rie d’ar­tistes que l’on quali­fie d’au­to­di­dactes ? Évidem­ment, on pense immé­dia­te­ment à ces créa­teurs à la marge, qui ont produit des œuvres sans jamais avoir vrai­ment appro­ché le monde de la culture ni jamais mis les pieds dans une école d’art. Ceux-là, qui ont été remi­sés dans la case « art brut » comme le facteur Joseph Ferdi­nand Cheval (1879–1912). Tout au long de sa carrière dans les services postaux du petit village de Haute­rives, il a accu­mulé des pierres avec une brouette pour consti­tuer son « Palais idéal » inspiré de cartes postales. Son Versailles à lui, en version timbre poste. La repro­duc­tion en trois dimen­sions de cet impres­sion­nant panthéon aux visées univer­sa­listes (une mosquée coha­bite avec une église et des dieux égyp­tiens) occupe le centre d’une des salles en offrant un nouveau regard assez jubi­la­toire. Comme si vous étiez un drone.

L’art hors-piste : le Facteur Cheval et les artistes auto­di­dactes
Une photo d’ac­ci­dent de la route du poli­cier Suisse Arnold Oder­matt !1965).

Mais la commis­saire d’ex­po­si­tion Char­lotte Laubard est allée beau­coup plus loin, en adjoi­gnant à ces person­na­li­tés hors-piste, éloi­gnées des remon­tées méca­niques de l’art contem­po­rain, des artistes connus et recon­nus. Yves Klein, Mauri­zio Catte­lan, Chris­tian Boltanski ou Sophie Calle côtoient Arnold Oder­matt, le poli­cier Suisse qui photo­gra­phie des voitures acci­den­tées, Gianni Piacen­tino le desi­gner et pilote de moto créa­teur de carros­se­ries aussi brillantes qu’abs­traites ou encore Richard Greaves, chef de cuisine qui a suivi des cours de théo­lo­gie, et ses photos de mysté­rieuses cabanes en pleine nature montées à partir de bois de récup’ et d’en­com­brants.

Carol Rama – Appas­sio­nata, 1939

Remon­ter aux sources

L’ori­gi­na­lité de la démarche de Char­lotte Laubard a été de remon­ter aux sources, aux chemi­ne­ments très divers menant au passage à l’acte. De fait, l’oeuvre de Chris­tophe Boltanski découle du trau­ma­tisme lié à son père caché sous le plan­cher durant plus d’une année de guerre. George Wide­ner est un autiste, quant à Galaxia Wang, si elle est diplô­mée de plusieurs écoles d’art, elle exploite un phéno­mène neuro­lo­gique assez rare, la synes­thé­sie, ou le fait d’as­so­cier natu­rel­le­ment les chiffres et les lettres à des couleurs. Décor­tiquer l’énigme auto­di­dacte reste évidem­ment vain. Comme si on démon­tait une montre pour décou­vrir qu’elle ne donne plus l’heure, et c’est d’au­tant plus fasci­nant.

Henry Darger (1892–1973). « After the battle ». Crayon et aqua­relle sur papier, 1910–1970.

L’Énigme auto­di­dacte. Jusqu’au 3 avril 2022 au Musée d’art moderne et contem­po­rain de Saint-Étienne. Tous les jours de 10h à 18h sauf mardi. De 5 à 6,50 €.

La nuit des musées fait son tapage nocturne gratuit

Pour la nuit de samedi, tout est gratuit ! Le musée des Confluences met en place une programmation spéciale autour de dons exposition Magique ! . Magiciens et illusionnistes interviendront dans une mystérieuse forêt plantée pour l’occasion. On pourra assister aux hologrammes fant...

L’Ukraine comme vous ne l’avez jamais vue par Philippe Schul­ler

C’est un simple hasard, ou un signe surgi du passé, qui fait « hello, souvenez-vous ». Va savoir. Le début de l’exposition de Philippe Schuller percute de plein front l’actualité. On entame en effet la visite par un reportage réalisé il y a 30 ans en Ukraine. Le pays venait de qu...

Quand Susan Kare réin­ven­tait le Macin­tosh avec Steve Jobs

L'expo démarre par une petite photo d'elle qui en dit long : des cheveux blonds, des yeux rieurs, et un large sourire sur un visage lumineux. Ce portrait de Susan Kare date de 2014 et en ouvre un autre, celui de son travail. Pensée comme un kaléidoscope, la première rétrospective...

Magique, la nouvelle expo des vacances à voir à Confluences

Lyon serait-elle le berceau de la magie ? La notion est si vaste qu'elle dépasse bien largement la confluence entre Rhône et Saône, mais Hippolyte Léon Denizard Rivail - plus connu sous le nom d'Allan Kardec (mais pas de tout le monde) - y a tout de même fondé le spiritisme en 18...