Sortir à Lyon
Partager cet article :

Papaioan­nou, 1er choc de la Bien­nale de la danse

Corps allon­gés, têtes en mini-boules et chaus­sures noires en claquet­tes… une bande d’hommes désar­ti­cu­lés et pour­tant humains, bien humains, font leur entrée en nuée par la petite porte de l’im­mense scène du TNP. C’est le début magique, quelque part entre Giaco­metti et la comé­die musi­cale, de la créa­tion mondiale de Dimi­tris Papaioan­nou, Trans­verse orien­ta­tion, notre premier gros coup de coeur de cette Bien­nale de la danse 2021.

Art trans­ver­sal

Les centaures homme-femme selon Dimi­tris Papaioan­nou (photos Julian Mommert).

Ce n’est pas tous les jours qu’on a le senti­ment d’avoir à faire à un maître, dans des tableaux vivants sublimes de Madonne ou de statuaire grecque mascu­line revi­si­tés. Nudité, ques­tions de genre, corps désar­ti­cu­lés se débat­tant avec un lit pliant, rapport entre animé et inanimé, il y a tout cela dans cet art trans­ver­sal, et pour­tant sans la moindre ingra­ti­tude concep­tuelle, comme apaisé dans une poésie de la scène, qui se permet de citer les claquettes, ponc­tuée de morceaux (origi­naux et très bien choi­sis) de Vivaldi.

De retour d’Athènes

Choré-scéno­graphe, connu dans le monde entier pour la céré­mo­nie de JO d’Athènes en 2004, Dimi­tris Papaioan­nou compose un monde dont les visions prennent corps sous nos yeux, dans un ballet aussi décharné que somp­tueux, sans la moindre complai­sance ou misé­ra­bi­lisme, y compris lorsqu’il célèbre les ruines du temps, sous toutes ses formes. Jusqu’à nous emme­ner faire naufrage sur une plage finale sublime qu’on vous laisse décou­vrir, comme un retour aux sources.

La beauté des ruines

Il y a du Chirico chez Papaioan­nou, ce peintre italien origi­naire de Thes­sa­lie, dont les person­nages, aveugles ou infirmes, se mêlaient à la beauté du monde recom­po­sée dans l’ar­chi­tec­ture d’un tableau. La beauté selon Papaioan­nou est bien vivante, sous nos yeux, enfour­chant nue un taureau de scène ou allai­tant un enfant dans une fontaine de jouvence de lumière. On vous avait prévenu que la scène grecque contem­po­raine serait un des événe­ments de cette Bien­nale. Trans­po­sée de la Cour d’hon­neur d’Avi­gnon où elle devait être créée l’an­née dernière sur le plateau du Grand théâtre du TNP, cette Trans­verse orien­ta­tion, si elle garde tous ses mystères pour une deuxième vision, ne manquera d’im­pri­mer les rétines les plus rétives de l’ima­gi­naire collec­tif.

La bande annonce da la créa­tion mondiale de Dimi­tris Papaioan­nou, Trans­verse orien­ta­tion.

Trans­verse orien­ta­tion de Dimi­tris Papaioan­nou. Jusqu’au dimanche 6 juin au TNP à Villeur­banne, Grand théâtre, dans le cadre de la Bien­nale de la Danse 2021. 18h45 (dim 15h30). De 12 à 30 €. Réser­ver.

Lire aussi notre dernier numéro d’Exit ou notre gros plan sur la Bien­nale.

Le festi­val de la colline de Four­vière

De la musique, une terrasse avec une vue imprenable sur Lyon, et encore de la musique. Pourtant, le festival Superspectives a cette année pour thème le silence. Les histoires de ceux pour qui le silence n’était pas un choix ou de ceux pour qui il est bénéfique. Dans Ludi, l’artis...

Un festi­val de danse gratuit cet été

Après la Biennale, la danse continue… Les festivités ne sont pas encore terminées que Dominique Hervieu a déjà un coup d’avance en lançant pour la première fois un festival de danse entièrement gratuit à découvrir dans l’espace public jusqu’au 8 juillet, et particulièrement dans ...

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C'est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Fourvière qu'a eu lieu le Défilé de la Biennale de la danse ce samedi 5 juin. Une première représentation avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien particulier : à la place du traditionnel défilé à ...

Quais du polar sur les berges

"Décoiffant », « sanglantissime », « incontournable », « un vaccinodrome pour lutter contre la mauvaise littérature »… Quais du polar a attendu bien trop longtemps, après deux confinements qui lui sont tombés sur le dos, pour ne pas revenir encore plus saignant. Décalé, reporté, ...