Sortir à Lyon
Partager cet article :

Papaioan­nou, 1er choc de la Bien­nale de la danse

Corps allon­gés, têtes en mini-boules et chaus­sures noires en claquet­tes… une bande d’hommes désar­ti­cu­lés et pour­tant humains, bien humains, font leur entrée en nuée par la petite porte de l’im­mense scène du TNP. C’est le début magique, quelque part entre Giaco­metti et la comé­die musi­cale, de la créa­tion mondiale de Dimi­tris Papaioan­nou, Trans­verse orien­ta­tion, notre premier gros coup de coeur de cette Bien­nale de la danse 2021.

Art trans­ver­sal

Les centaures homme-femme selon Dimi­tris Papaioan­nou (photos Julian Mommert).

Ce n’est pas tous les jours qu’on a le senti­ment d’avoir à faire à un maître, dans des tableaux vivants sublimes de Madonne ou de statuaire grecque mascu­line revi­si­tés. Nudité, ques­tions de genre, corps désar­ti­cu­lés se débat­tant avec un lit pliant, rapport entre animé et inanimé, il y a tout cela dans cet art trans­ver­sal, et pour­tant sans la moindre ingra­ti­tude concep­tuelle, comme apaisé dans une poésie de la scène, qui se permet de citer les claquettes, ponc­tuée de morceaux (origi­naux et très bien choi­sis) de Vivaldi.

De retour d’Athènes

Choré-scéno­graphe, connu dans le monde entier pour la céré­mo­nie de JO d’Athènes en 2004, Dimi­tris Papaioan­nou compose un monde dont les visions prennent corps sous nos yeux, dans un ballet aussi décharné que somp­tueux, sans la moindre complai­sance ou misé­ra­bi­lisme, y compris lorsqu’il célèbre les ruines du temps, sous toutes ses formes. Jusqu’à nous emme­ner faire naufrage sur une plage finale sublime qu’on vous laisse décou­vrir, comme un retour aux sources.

La beauté des ruines

Il y a du Chirico chez Papaioan­nou, ce peintre italien origi­naire de Thes­sa­lie, dont les person­nages, aveugles ou infirmes, se mêlaient à la beauté du monde recom­po­sée dans l’ar­chi­tec­ture d’un tableau. La beauté selon Papaioan­nou est bien vivante, sous nos yeux, enfour­chant nue un taureau de scène ou allai­tant un enfant dans une fontaine de jouvence de lumière. On vous avait prévenu que la scène grecque contem­po­raine serait un des événe­ments de cette Bien­nale. Trans­po­sée de la Cour d’hon­neur d’Avi­gnon où elle devait être créée l’an­née dernière sur le plateau du Grand théâtre du TNP, cette Trans­verse orien­ta­tion, si elle garde tous ses mystères pour une deuxième vision, ne manquera d’im­pri­mer les rétines les plus rétives de l’ima­gi­naire collec­tif.

La bande annonce da la créa­tion mondiale de Dimi­tris Papaioan­nou, Trans­verse orien­ta­tion.

Trans­verse orien­ta­tion de Dimi­tris Papaioan­nou. Jusqu’au dimanche 6 juin au TNP à Villeur­banne, Grand théâtre, dans le cadre de la Bien­nale de la Danse 2021. 18h45 (dim 15h30). De 12 à 30 €. Réser­ver.

Lire aussi notre dernier numéro d’Exit ou notre gros plan sur la Bien­nale.

Le nouveau Tartuffe de la Comé­die Française pour ouvrir Four­vière

En plus de Nick Cave, M, Juliette Armanet ou encore Jacques et Thomas Dutronc côté musique, on connaît désormais le spectacle d'ouverture des Nuits de Fourvière : c'est Le Tartuffe de la Comédie Française, conçu par le très contemporain Ivo Van Hove, qui célébrera les 400 ans de ...

Rattra­page 2021 : nos 10 plus beaux films pour 3,50 €

UGC ou Télérama, à vous de choisir. A partir du mercredi 12 pour les Incontournables UGC, et mercredi 19 janvier pour le festival Télérama, vous pourrez revoir ou rattraper une bonne partie des meilleurs films de 2021, pour 3,50 € dans les deux cas. Même s'il manque à nos yeux We...

Nuits sonores 2022 : le meilleur de l’elec­tro est arrivé !

Les jours sont parfois encore plus beaux que leurs nuits. On savait déjà que la 19e édition de Nuits sonores allait “renforcer sa programmation et son ancrage diurnes” selon les termes toujours européo-technocrato-compatibles du festival pour 4 grandes journées aux usines Fagor d...

Avant-première : Pérouges fait la fête avec Tayc, Sting et Vian­ney

Il était annoncé l'année dernière. On l'a vu entretemps à l'affiche de Kaamelott, le film d'Alexandre Astier lui qui vit désormais en partie en France. Il n'y aura pas de brexit qui tienne avec Sting, l'immense musicien britannique sera bien sur la scène du printemps de Pérouges ...