Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Verrière, nouveau resto au rapport qualité-prix imbat­table

La Verrière le nouveau resto de Lyon 6e.
Les deux chefs de La Verrière, la nouvelle bonne adresse du 6e.

Dès notre entrée du menu du déjeu­ner (à 21 euros), on savait qu’on allait retour­ner dans ce tout jeune restau­rant. La « rillette de porc à l’asia­tique et bette­raves » prouve qu’a­vec de petites choses on peut beau­coup de choses. La rillette en elle-même est compo­sée de poitrine de porc long­temps cuite dans son propre gras, d’où un fondant que n’at­teignent jamais les rillettes de canard. Tout réside ensuite dans le carbu­rant qu’on lui a mis dans le moteur. Gingembre, soja, piment, sésame, yuzu rentrent avec bonheur dans le turbo compres­seur. Le parte­naire inat­tendu est la bette­rave rouge. Tout le monde n’ap­pré­cie pas la bette­rave, c’est bien dommage, car bien câli­née, elle offre de nombreux hori­zons pour l’hi­ver. Son côté à la fois terrien, et non pas « terreux » comme le décrivent ses enne­mis – proba­ble­ment trau­ma­ti­sés par des souve­nirs de cantine -, cette légère sucro­sité, s’in­tègrent éton­nam­ment à l’uni­vers orien­ta­liste du cochon. La bette­rave cuite est décli­née en billes et émul­sion­née en petits dômes, s’y intègrent quelques touches de géra­nium. Les soubas­se­ments du plat font appel à la bette­rave chiog­gia, origi­naire de Véné­tie. Elle est allon­gée crue en carpac­cio Craquant, déli­cat. Esthé­tique­ment, elle est recon­nais­sable par ses anneaux concen­triques blanc et violet, légè­re­ment psyché­dé­liques, proche de l’hyp­nose : « mange-moi, je le veux  ». Le croquant crispy est incarné par de simples pois chiches torré­fiés. Cette très jolie entrée ne réap­pa­raî­tra peut-être jamais. L’ar­doise rebat les cartes tous les midis.

Laver­rière, le nom du chef, à l’es­prit en étoile

Le chef Loïc Vagi­nay procède vrai­sem­bla­ble­ment d’un esprit en étoile, loin de la linéa­rité des plans quinquen­naux. L’ins­tinct et la sensi­bi­lité, flagrants, ne se sont pas démen­tis par le gigot d’agneau confit dans son jus pendant 14 heures, légè­re­ment fumé, accom­pa­gné de hari­cots noirs de la Dombes (ici on cuisine au plus local). Un passé de somme­lier chez Marcon (3 étoiles) pour­rait expliquer cet effet de subtil équi­libre. Le chef suit l’idée que l’art de la nuance et de la préci­sion consiste à distin­guer tout ce qui peut l’être, comme en dégus­ta­tion. En résumé, comme il dit : « il ne faut pas que ce soit le bazar dans l’as­siette ». Si le restau­rant s’ap­pelle La Verrière, c’est que les four­neaux sont derrière une verrière, mais aussi parce que le patron (diplômé de l’Ecole des arts culi­naires Paul Bocuse, major de promo­tion, la classe) se nomme Grégoire Laver­rière. Idéal pour une cuisine de clarté. Il va sans dire que la carte des vins, en construc­tion, n’est pas une vaine promesse.

La Verrière. 64 rue Ney, Lyon 6e. 06 60 20 12 84. Du mardi au samedi midi et soir. Formule : 17 euros (midi). Menu : 21 euros (midi). Petits plats du soir : entre 10 et 13 euros ; poulpe rôti piment au nora fumé, chape­lure ; maque­reaux matu­rés, Bour­sin maison à l’aneth et perles de yuzu, côte de boeuf matu­rée 6 semaines (110 euros pour 2) etc.

Art restau­rant, le resto qui fait bouger Ainay

Si le triptyque entrée/plat/dessert reste solidement ancré à l’heure du déjeuner, un vaste mouvement de fond le pulvérise façon puzzle au moment du dîner. Le tout nouveau Art restaurant obéit à ces nouvelles règles, ou plutôt à l’absence de règles. Tout d’abord le restaurant, équ...

Plat-dessert à moins de 15 € chez Marcelle et Daniel

On nous avait parlé de ce restaurant comme « probablement récent ». Marcelle et Daniel, des prénoms qui martèlent le concept « retour à la cuisine de mémé », incarnent gros comme un pot au feu un mouvement de rétropédalage vers la cuisine d’antan. En réalité, Marcelle et Daniel o...

Le Comp­toir Phénix, le nouveau resto des quais de Saône

Le Phénix, l’oiseau mythique, est connu pour renaître de ses cendres. Le Phénix, l’hôtel, n’a pas attendu d’être incinéré pour opérer une opération cosmétique. Il faut dire que les derniers travaux de rénovation dataient d’il y a trente ans. Adieu l’ambiance vintage, bonjour l’hô...

Saxi­frage, le nouveau resto japo­nais de Lyon 6e

Malgré ce nom qui sonne bien la France, Saxifrage est le tout nouveau restaurant d’une Japonaise. Pour mémoire les saxifrages forment une famille de jolies plantes de rocaille, comestibles. On ne sait pas si la cheffe Yumika Tokita en utilise. En tout cas, son projet, réussi, est...