Sortir à Lyon
Partager cet article :

Jeanne Dark, ado et cyber-harcè­le­ment

C’est une pièce qui aurait dû se jouer à la fois sur la scène du TNG et sur Insta­gram. Confi­ne­ment oblige, on ne la verra que sur le réseau social, ce qui n’est pas si grave puisque Insta­gram est juste­ment le sujet de la nouvelle pièce de Marion Siéfert, habi­tuée du théâtre de Vaise. La metteure en scène détourne complè­te­ment la figure de Jeanne D’Arc en la trans­for­mant en ado d’aujourd’­hui, smart­phone en main à l’heure du cyber harcè­le­ment, qui essaie de se défendre des raille­ries de ses cama­rades de classe quant à sa virgi­nité. Sous les traits de la perfor­meuse Helena de Laurens – au visage aussi mobile que son corps est élas­tique – la voici qui se met à nue sur son compte, filtres inclus, essuyant les remarques de ses follo­wers et même celles du public qui pourra inter­ve­nir direc­te­ment en ligne. Un spec­tacle expé­ri­men­tal et fami­lial, acces­sible depuis son télé­phone et gratuit, ça se tente, non ?


Jeanne Dark de Marion Siéfert, avec Helena de Laurens. Mercredi 18, jeudi 19 et vendredi 20 novembre à 20h30 en live sur Insta­gram via le Compte _jeanne_dark_. Teaser du spec­tacle

Les Horten­sias, la pire pièce de théâtre à voir en ce moment

Les Hortensias, une ancienne abbaye transformée en EHPAD, accueille une clientèle de choix. D’anciens artistes du spectacle vivant y coulent des jours tranquilles, jouent aux cartes, peignent des vergers et se remémorent leur gloire passée. Le temps est passé par là et les journé...

Change Me, l’his­toire vraie d’un homme trans­genre

Comment montrer ce qui est caché ? Axel, un jeune homme de 21 ans, est né dans un corps de femme. Il cache ce secret à sa copine et ses amis pour tenter d’être accepté. Mais pendant la soirée de son vingt-et-unième anniversaire, sa nature biologique est dévoilée et l’histoire bas...

Caro­line Loeb plus vraie que nature dans Françoise par Sagan

La silhouette est connue. Une ossature fine, les traits minces, des cheveux courts et blonds, des vêtements sobres (noirs de préférence), une cigarette à la bouche évidemment, et surtout la délicate impression que la silhouette peut basculer à n’importe quel moment. Françoise Sag...