Sortir à Lyon
Partager cet article :

Arnaud Viviant, le meilleur critique du Masque, à la fête du livre de Bron

Arnaud Viviant le critique littéraire du Masque et la plume.
Arnaud Viviant (photo Patrice Normand).

Notre critique litté­raire préféré du Masque et la plume est invité à la Fête du livre de Bron pour son Cantique de la critique, petit livre docu­menté et stimu­lant. L’oc­ca­sion d’une rencontre dans les coulisses d’un métier visible et fina­le­ment méconnu.

Vous citez Thibau­det et défen­dez le goût du plai­sir dans la critique. Il faut beau­coup d’em­pa­thie pour être critique comme vous l’êtes depuis long­temps. Avant d’ac­cueillir ou de reje­ter des livres, il faut leur donner leur chan­ce…

Arnaud Viviant : “Ce que vous appe­lez empa­thie, c’est ce que j’ap­pel­le­rais la curio­sité. Dans la critique média­tique telle que je la pratique, c’est le rôle du jour­na­liste. Lire demande beau­coup de temps, je ne fais pratique­ment que ça en lisant en moyenne 200 romans par an, prin­ci­pa­le­ment français. C’est tout un paysage la litté­ra­ture, qu’on voit évoluer avec le temps comme le reste de la société. Il y a les évolu­tions formelles comme l’au­to­fic­tion que j’ai vu naître, et puis les sujets fonda­men­taux qui nous disent quelque chose du monde. On est toujours à la recherche du livre idéal, du livre qu’on admire ou du livre dont on est jaloux, mais si on n’a pas cette curio­sité, il vaut mieux chan­ger de métier. Le contrat de lecture du critique, c’est d’être inté­ressé d’em­blée.

Vous distin­guez dans votre livre les “écri­vains du dimanche” des autres…

Je ne leur jette pas la pierre mais il y a effec­ti­ve­ment diffé­rentes sortes d’écri­vains : ceux qui sont un symp­tôme et qui peuvent nous révé­ler des choses sur la société, et les autres qui s’ins­crivent dans l’his­toire de la litté­ra­ture. Ce n’est simple­ment pas le même emploi.

« Etre jour­na­liste impose une certaine gaieté »

arnaud viviant

Le menu du Masque et la plume auquel vous parti­ci­pez est souvent plus tourné vers les best-sellers en livres qu’en cinéma où il se consacre avant tout au cinéma étiqueté d’au­teur…

Je ne suis pas sûr… Ce qui est vrai, c’est qu’il y a beau­coup plus de gens qui vont au cinéma que de gens qui lisent. Je fais le Masque depuis une ving­taine d’an­nées, on discute évidem­ment des livres avec Jérôme (Garcin, ndlr). Au début, je m’of­fusquais de certains choix de livres mais j’ai compris qu’il s’agit d’une émis­sion de radio et qu’on ne peut pas balan­cer un sommaire qu’a­vec des incon­nus si l’on souhaite être écouté. C’est une des fonc­tions de la critique : on nous écoute aussi pour ne pas avoir à lire les livres ! Encore une fois, ça prend beau­coup de temps. Et d’ailleurs, le public inter­vient sur les films dans l’émis­sion cinéma, pas quand il s’agit des livres…

« Une librai­rie n’est pas seule­ment un lieu bien rangé et bien éclairé dans lequel on a le temps de flâner pour envi­sa­ger un cadeau à faire. »

arnaud viviant

Vous venez de la presse rock et de la “contre-culture”, ce qui vous permet d’être de gauche sans être bien pensant. Vous pouvez aimez aussi bien des auteurs popu­laires que prendre des chemins de traver­se…

Quand on est jour­na­liste on veut être lu ou écouté, ça impose une certaine gaieté, j’aime bien me marrer dans la vie et j’es­saie d’être rigolo. Le but c’est de parta­ger ! Je sais très bien que je ne vais pas faire un best-seller avec un ouvrage sur la critique mais je ne suis pas un univer­si­taire, j’ai voulu garder une certaine viva­cité. C’est la même chose pour la liberté d’ap­proche, je n’ai pas de respon­sa­bi­lité édito­riale. Je ne vais pas sortir le cliché de “l’in­dé­pen­dance”, mais je suis un pigiste qui ne dépend pas de la pub contrai­re­ment aux personnes qui dirigent des rubriques dans des jour­naux, donc je n’ai pas d’au­to­cen­sure. Je peux d’ailleurs obser­ver une profes­sion­na­li­sa­tion des écri­vains qui sortent un peu le même livre tous les deux ou trois ans, très bien fait, mais sans chan­ger de trajec­toire. Pour un critique, il n’y a rien de mieux que décou­vrir un auteur évidem­ment, comme j’avais pu le faire avec Houel­le­becq quand j’étais aux Inrocks et dont je suis le néces­saire contem­po­rain. Mais j’aime les auteurs qui ont des hauts et des bas et des livres parfois peut-être plus maladroits mais qui sont souvent plus stimu­lants.

« Lire prend du temps, surtout quand on cherche à décou­vrir. On nous écoute aussi pour ne pas avoir à lire les livres ! »

arnaud viviant

Vous osez prendre des risques et même étriller genti­ment la figure du “libraire indé­pen­dant” dans votre livre, ce qui ne vous a pas fait que des amis dans le milieu…

(rires) Je dois être un des rares auteurs à dire du mal des librai­ries qui ont la capa­cité de bloquer des livres… Mais il n’y avait rien de méchant. Je rappe­lais simple­ment à un moment avec le confi­ne­ment où l’on s’ap­prê­tait à compa­rer les libraires qui font du click and collect à Jean Moulin, que porter des chaus­sures était plus indis­pen­sable que de lire un livre, ne serait-ce que pour aller le cher­cher ! D’ailleurs, j’ai aussi reçu des retours de libraires posi­tifs qui ont parfai­te­ment compris mon propos. Une librai­rie n’est pas seule­ment un lieu bien rangé et bien éclairé dans lequel on a le temps de flâner pour envi­sa­ger un cadeau à faire, même si je n’ai rien contre ça. Lire prend du temps, surtout quand on cherche à décou­vrir.”

Propos recueillis par Luc Hernan­dez

Arnaud Viviant, Cantique de la critique (La Fabrique éditions, 13 €).

Rencontre avec Arnaud Viviant (et Nico­las Richard) à la Fête du livre de Bron dimanche 13 mars à 15h30. Lire aussi nos articles sur Sorj Chalan­don, Nico­las Mathieu et Abel Quen­tin dans Exit print de mars n°96.

Mourad Merzouki, ses projets hip-hop et son nouveau festi­val Kara­vel

Prince du hip hop lyonnais reconnu dans le monde entier, Mourad Merzouki continue son travail de passeur avec le festival Karavel. Il réagit pour la première fois à sa candidature restée bredouille à la Maison de la danse. Et compte bien rester chez lui en région lyonnaise pour i...

Domi­nique Delorme va quit­ter la direc­tion des Nuits de Four­vière

Après 20 ans de bons et loyaux services, l’heure de la retraite a sonné pour Dominique Delorme, directeur des Nuits de Fourvière. Un grand professionnel, suffisamment politique pour être discret, qui aura été longtemps l’âme de nos Nuits... jusqu'en juin 2023. Son “festival id...

François Ozon nous présente son nouveau film Peter Von Kant

Pour Peter Von Kant, François Ozon s’est autoproduit pour rendre hommage à la passion selon Fassbinder et dessiner en creux son autoportrait en cinéaste. Son film le plus casse-gueule et personnel depuis longtemps. Pourquoi revenir à Fassbinder après Gouttes d’eau sur pierres ...

Ridley Scott, le plus grand cinéaste vintage à l’Ins­ti­tut Lumière

“Pourquoi se cantonner à un genre, mon genre c’est le bon cinéma” écrivait-il. L’Institut Lumière honore d’une rétrospective (qui cartonne) un cinéaste entré dans l’imaginaire collectif qui a réinventé les genres du grand cinéma, oscillant entre fresques historiques et récits fut...