Sortir à Lyon
Partager cet article :

Chas­sés-croi­sés amou­reux

Ce qui est bien avec les films d’Em­ma­nuel Mouret, c’est qu’une fois que vous en avez vu un, vous les avez presque tous vu. Après Made­moi­selle de Joncquières, film d’époque en costumes, le réali­sa­teur amou­reux de l’amour renoue dans Les Choses qu’on dit les choses qu’on fait avec son grand sujet de prédi­lec­tion : le mari­vau­dage. 

A la faveur d’un week-end à la campagne, deux incon­nus (Niels Schnei­der, Camé­lia Jordana) se racontent leurs histoires d’amour, leurs récits s’im­briquant alors les uns dans les autres, à la façon de poupées russes. Dans ces petites confi­dences intimes, les chas­sés-croi­sés amou­reux de femmes et d’hommes qui se frôlent, se dési­rent, s’aiment et se trompent, sont aussi char­gés que les chas­sés-croi­sés des juille­tistes et aoûtiens un 1er août sur l’au­to­route du soleil. Avec à la clef des réflexions sur l’art d’ai­mer qui pour être banales, n’en sont pas moins justes.

Sex-appeal de moule

On a goûté la première heure comme un thé en bonne compa­gnie dans un appar­te­ment bour­geois pari­sien : la fantai­sie un peu suran­née de Mouret conti­nue de déno­ter dans le paysage ciné­ma­to­gra­phique français, l’hu­mour des situa­tions et la finesse de certaines répliques font mouche. La pétillante Jenna Thiam est craquante dans un second rôle de jeune femme libre et fantasque alors qu’Emilie Dequenne est souve­raine en épouse bles­sée et géné­reuse. 

Dommage alors que la seconde heure soit aussi morne. La faute à une direc­tion d’ac­teurs toujours aussi terne – même Niels Schnei­der en perd tout sex-appeal, c’est dire – et à des combi­nai­sons amou­reuses qui, à force de se faire et se défaire, en deviennent répé­ti­tives, tout comme le système narra­tif de récits dans le récit, finit par s’es­souf­fler. A la fin, plus que le désir, c’est l’en­nui qui nous a cueillis. 

Les Choses qu’on dit les choses qu’on fait, d’Em­ma­nuel Mouret (France, 2h02). Avec Camé­lia Jordana, Niels Schnei­der, Vincent Macai­gne…

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Petit pays de Gaël Faye sort en Vod

Adapter le best-seller est une gageure et les premières minutes de Petit Pays, qui sort aujourd'hui en Vod, nous ont fait un peu peur. Le réalisateur reste parfois un peu trop prisonnier des scènes du roman, comme celle du vélo, presque inutile dans son adaptation. Mais malgré un...

Auré­lien Cava­gna, du cœur à l’ou­vrage

Pour son premier seul en scène, Aurélien Cavagna nous parle de ses problèmes de cœur. Des filles bien sûr, mais surtout de ce muscle cardiaque qui l’a déjà lâché une fois et qui aujourd’hui le fait vivre à 100 à l’heure....

N’al­lez pas à Tataouine !

Poussif. Il y a des premiers films qui mangent à tous les rateliers du malheur pour mieux se faire remarquer : terrorisme, enfant malade, guerre en Lybie et dons d'organe, ça fait beaucoup pour un seul « Fils ». Surtout quand l'essentiel du film consiste à enfermer un couple en p...