Sortir à Lyon
Partager cet article :

Chas­sés-croi­sés amou­reux

Ce qui est bien avec les films d’Em­ma­nuel Mouret, c’est qu’une fois que vous en avez vu un, vous les avez presque tous vu. Après Made­moi­selle de Joncquières, film d’époque en costumes, le réali­sa­teur amou­reux de l’amour renoue dans Les Choses qu’on dit les choses qu’on fait avec son grand sujet de prédi­lec­tion : le mari­vau­dage. 

A la faveur d’un week-end à la campagne, deux incon­nus (Niels Schnei­der, Camé­lia Jordana) se racontent leurs histoires d’amour, leurs récits s’im­briquant alors les uns dans les autres, à la façon de poupées russes. Dans ces petites confi­dences intimes, les chas­sés-croi­sés amou­reux de femmes et d’hommes qui se frôlent, se dési­rent, s’aiment et se trompent, sont aussi char­gés que les chas­sés-croi­sés des juille­tistes et aoûtiens un 1er août sur l’au­to­route du soleil. Avec à la clef des réflexions sur l’art d’ai­mer qui pour être banales, n’en sont pas moins justes.

Sex-appeal de moule

On a goûté la première heure comme un thé en bonne compa­gnie dans un appar­te­ment bour­geois pari­sien : la fantai­sie un peu suran­née de Mouret conti­nue de déno­ter dans le paysage ciné­ma­to­gra­phique français, l’hu­mour des situa­tions et la finesse de certaines répliques font mouche. La pétillante Jenna Thiam est craquante dans un second rôle de jeune femme libre et fantasque alors qu’Emilie Dequenne est souve­raine en épouse bles­sée et géné­reuse. 

Dommage alors que la seconde heure soit aussi morne. La faute à une direc­tion d’ac­teurs toujours aussi terne – même Niels Schnei­der en perd tout sex-appeal, c’est dire – et à des combi­nai­sons amou­reuses qui, à force de se faire et se défaire, en deviennent répé­ti­tives, tout comme le système narra­tif de récits dans le récit, finit par s’es­souf­fler. A la fin, plus que le désir, c’est l’en­nui qui nous a cueillis. 

Les Choses qu’on dit les choses qu’on fait, d’Em­ma­nuel Mouret (France, 2h02). Avec Camé­lia Jordana, Niels Schnei­der, Vincent Macai­gne…

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...