Sortir à Lyon
Partager cet article :

Chas­sés-croi­sés amou­reux

Ce qui est bien avec les films d’Em­ma­nuel Mouret, c’est qu’une fois que vous en avez vu un, vous les avez presque tous vu. Après Made­moi­selle de Joncquières, film d’époque en costumes, le réali­sa­teur amou­reux de l’amour renoue dans Les Choses qu’on dit les choses qu’on fait avec son grand sujet de prédi­lec­tion : le mari­vau­dage. 

A la faveur d’un week-end à la campagne, deux incon­nus (Niels Schnei­der, Camé­lia Jordana) se racontent leurs histoires d’amour, leurs récits s’im­briquant alors les uns dans les autres, à la façon de poupées russes. Dans ces petites confi­dences intimes, les chas­sés-croi­sés amou­reux de femmes et d’hommes qui se frôlent, se dési­rent, s’aiment et se trompent, sont aussi char­gés que les chas­sés-croi­sés des juille­tistes et aoûtiens un 1er août sur l’au­to­route du soleil. Avec à la clef des réflexions sur l’art d’ai­mer qui pour être banales, n’en sont pas moins justes.

Sex-appeal de moule

On a goûté la première heure comme un thé en bonne compa­gnie dans un appar­te­ment bour­geois pari­sien : la fantai­sie un peu suran­née de Mouret conti­nue de déno­ter dans le paysage ciné­ma­to­gra­phique français, l’hu­mour des situa­tions et la finesse de certaines répliques font mouche. La pétillante Jenna Thiam est craquante dans un second rôle de jeune femme libre et fantasque alors qu’Emilie Dequenne est souve­raine en épouse bles­sée et géné­reuse. 

Dommage alors que la seconde heure soit aussi morne. La faute à une direc­tion d’ac­teurs toujours aussi terne – même Niels Schnei­der en perd tout sex-appeal, c’est dire – et à des combi­nai­sons amou­reuses qui, à force de se faire et se défaire, en deviennent répé­ti­tives, tout comme le système narra­tif de récits dans le récit, finit par s’es­souf­fler. A la fin, plus que le désir, c’est l’en­nui qui nous a cueillis. 

Les Choses qu’on dit les choses qu’on fait, d’Em­ma­nuel Mouret (France, 2h02). Avec Camé­lia Jordana, Niels Schnei­der, Vincent Macai­gne…

Vincent Lacoste et la jeune fille

Vincent Lacoste n’est pas seulement un acteur de comédie. Vous pouvez d’ailleurs voir actuellement Mes jours de gloire sur Canal +, joli premier film sur la dépression pour lequel on l’avait rencontré (lire l’entretien << ici >>). Avec Amanda, il trouvait son plus beau rôle drama...

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA chorégraphe sud-africaine qui a bousculé tous les codes du corps et des représentations du spectacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volontiers provocatrice mais toujours énergique, ludique et pleine de dérision, Robyn Orlin n’a jamais hésité ...

40 ans de Jazz à Vienne: c’est parti !

La voilà la bonne nouvelle, tombée le temps d'un Facebook live : "La configuration du Théâtre Antique de Vienne permet aujourd'hui à Jazz à Vienne d’envisager des concerts cet été." On vous avait déjà alléché en avant-première avec la plupart des noms de cette 40e édition et la n...

27 Made­leine, t’as les boules coco!

Avec sa terrasse de 600m2 et ses quatre terrains de pétanque (couverts été comme hiver), le 27 Madeleine est le QG des soirées décontractées. Boules à disposition (désinfectées après chaque utilisation bien entendu), accès libre sans réservation, ce qui devient une aubaine par te...

Home cinéma : Brook­lyn bégaie !

Edward Norton adapte le génial roman de Jonathan Lethem paru aux éditions de l’Olivier sous le titre Les Orphelins (on vous en conseille la lecture pour les vacances). Ça lui permet d’incarner un rôle de composition comme il les aime, celui d’un détective privé atteint du syndrom...