Sortir à Lyon
Partager cet article :

Food court à la lyon­naise

Sur place ou à empor­ter. Oubliez les food courts à la berli­noise, à la londo­nienne ou même à la gerlan­daise comme La Commune. Oubliez ces immenses hangars indus­triels qui regroupent diffé­rents comp­toirs de restau­ra­tion sous des néons crus. Quand Tabata et Ludo­vic Mey, du restau­rant Les Apothi­caires, reprennent la Tour Rose, haut lieu patri­mo­nial lyon­nais, c’est pour la trans­for­mer en… Food Traboule. Une façon maligne de moder­ni­ser une insti­tu­tion tout en restant dans la tradi­tion. A commen­cer par la déco­ra­tion. L’in­té­rieur se dévoile en un dédale de coins et de recoins déco­rés dans des styles diffé­rents, un peu comme quand on se balade chez Ikéa mais en plus chaleu­reux. Il y l’en­trée façon château de la Renais­sance avec chemi­née, vieux fauteuils tapis­sés et grande table en bois, un jardin d’hi­ver sous une grande verrière à l’étage ou un coin feutré comme une biblio­thèque anglaise.

Kebab bour­gui­gnon. Le couple de restau­ra­teurs a imagine les lieux comme une immense ruche, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça bour­donne sec derrière les four­neaux tandis que les clients butinent de comp­toir en comp­toir. Aux commandes des échoppes dissé­mi­nées dans toutes salles, on trouve ce qui se fait de meilleur à Lyon : le Bistrot du Pota­ger avec une cuisine en partie inspi­rée du Pays Basque, Butcher pour les amateurs de viande, La Meunière qui décline la gastro­no­mie lyon­naise façon street food ou Lobs qui fait sa fête au homard. Tout droit descen­due de la Croix rousse, le Subs­trat lui, prend la forme d’une pani­fac­ture : les cuisi­niers fabriquent à la minute des galette bien garnies. Celle au boeuf était éton­nante et savou­reuse, à mi-chemin entre un kebab et le boeuf bour­gui­gnon de belle-maman. Coté desserts, on a eu l’im­pres­sion de retom­ber en enfance devant la vitrine de la Baraque à sucre, avec des pâtis­se­ries passées par la case reloo­king comme le paris-brest. Mais c’est la brioche feuille­tée à la crème de spécu­loos qui a remporté notre vote. Ajou­tez à cela une limo­nade hibis­cus-gingembre qui envoyait le palais sur orbite et un thé, on s’en est tiré pour un total de 19€. Un peu raide pour manger sur le pouce en devant débar­ras­ser son plateau à la fin et remplir sa carafe d’eau, mais la qualité gusta­tive justi­fie les prix, surtout qu’on trouve des pizzas napo­li­taines à 9€ et des parts de cake à 2€. Et si vous préfé­rez une formule complète au même tarif, en vous faisant servir les pieds sous la table, rendez-vous à la page d’à côté. Caro­line Sicard

Food Traboule, 22 rue du Bœuf, Lyon 5e. Du mardi au dimanche, de 9h à 23h et le dimanche de 10h à 20h. food­tra­boule.com

Lyon 6 : Ceviche, la fraî­cheur et le feu

Au même titre que ses cousins de marinade éloignés, le tartare et le carpaccio, le ceviche est un plat adapté au réchauffement climatique. C’est frais, traversé du courant électrique du citron vert et des langues de feu du piment. Des ceviches, il y en a un peu partout en Amériqu...

Terrasse en musique à l’Opéra de Lyon

LUNCH ET APÉRO FESTIFC’est le dernier endroit où l’on cause, en sirotant, mais surtout en écoutant de la musique, la plupart du temps interprétée par des groupes locaux, programmés par le tout nouveau directeur de l'Opéra Underground, Richard Robert, venu des Nuits de Fourvière.C...

Viens manger un kebab de luxe à Four­vière !

Attention c’est éphémère : le temps d’un été, l’esplanade de Fourvière va devenir la terrasse la plus hype de Lyon. En plein renouvellement du site et alors que les travaux sont presque achevés, la Fondation de Fourvière fait souffler un vent de fraîcheur multiculturel en invitan...

Paysans pastiers : les meilleures pâtes de Lyon

Dans cette ferme, on est paysan pastier de pères en fils. Depuis quatre générations, la ferme de la Levratière à Crémieu produit ce dont les Français mangent 8 kilos par an et par personne : des pâtes ! Bio et fabriquées à partir de céréales produites et transformées sur place, o...