Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Mouette : ne jamais déses­pé­rer d’un grand clas­sique russe

La Mouette de Tchkhov mise en scène par Cyril Teste.
La Mouette de Tchekhov, mise en scène Cyril Teste.

Spécia­liste de la perfor­mance théâ­trale et filmique, Cyril Teste s’em­pare avec talent du clas­sique de Tche­khov, La Mouette. La pièce de l’au­teur russe exhibe une famille disloquée, empor­tée par un artiste œdipien, un auteur bourré d’égo, une mère malsaine et un couple en soif de recon­nais­sance.
Vivi­fiée par l’ef­fi­cace traduc­tion d’Olivier Cadiot, la mise en scène de Cyril Teste va au plus près des passions pour mieux scal­per le sublime et le tragique de nos exis­tences. Le metteur en scène nous propose une œuvre hybride, entre le théâtre et le cinéma, qui fait dialo­guer les genres et les fron­tières.

La scéno­gra­phie ciné­ma­to­gra­phique de Cyril Teste (photos Simon Gosse­lin).

Nouvelles images et nouvelle traduc­tion

Sur la scène, les comé­diens jouent en même temps que sont proje­tées des images tour­nées par des camé­ras en hors-champ. Ces person­nages dysfonc­tion­nels sont scru­tés en gros plan, dans un espace clos et enfumé. On pense d’em­blée au cinéma de John Cassa­vetes, dont le metteur en scène est un aficio­nado assumé. Dans les meilleurs moments, la caméra vient créer une fusion de l’es­pace et apporte un hors-champ drama­tique, mai si le dispo­si­tif est impres­sion­nant, il finit parfois par venir écra­ser le spec­tacle vivant. Il n’en reste pas moins que les person­nages sont toujours à la bonne distance, plon­gés dans un mystère inces­sible. Une perfor­mance rendue possible par l’in­tense inter­pré­ta­tion des comé­diens de se son collec­tif MxM. On les voit se débattre dans la vanité, l’amour et la jalou­sie, en même temps que l’on observe les remous qu’ils provoquent, jusqu’à ce que les paroles reten­tissent plus loin que le fusil. Tche­khov est bien là.


La Mouette d’An­ton Tche­khov, mise en scène Cyril Teste. Jusqu’au 12 mars à 20h (dim 16h) au Théâtre des Céles­tins, grande salle, Lyon 2e. De 7 à 40 €.

Les Horten­sias, la pire pièce de théâtre à voir en ce moment

Les Hortensias, une ancienne abbaye transformée en EHPAD, accueille une clientèle de choix. D’anciens artistes du spectacle vivant y coulent des jours tranquilles, jouent aux cartes, peignent des vergers et se remémorent leur gloire passée. Le temps est passé par là et les journé...

Change Me, l’his­toire vraie d’un homme trans­genre

Comment montrer ce qui est caché ? Axel, un jeune homme de 21 ans, est né dans un corps de femme. Il cache ce secret à sa copine et ses amis pour tenter d’être accepté. Mais pendant la soirée de son vingt-et-unième anniversaire, sa nature biologique est dévoilée et l’histoire bas...

Caro­line Loeb plus vraie que nature dans Françoise par Sagan

La silhouette est connue. Une ossature fine, les traits minces, des cheveux courts et blonds, des vêtements sobres (noirs de préférence), une cigarette à la bouche évidemment, et surtout la délicate impression que la silhouette peut basculer à n’importe quel moment. Françoise Sag...