Sortir à Lyon

Dardenne éden

Ils ont révo­lu­tionné le cinéma à eux tous seuls : la caméra à l’épaule collée à la nuque de ses person­nages, utili­sée jusque dans le Elephant de Gus Van Sant, doit par exemple beau­coup à Rosetta (1999), Palme d’or qui sonnait comme une défla­gra­tion dans le cinéma contem­po­rain. Ils ont été formés au théâtre liber­taire d’Ar­mand Gatti, puis au docu­men­taire. Peut-être leur rétros­pec­tive au festi­val Lumière sera-t-elle l’oc­ca­sion de décou­vrir leurs premières oeuvres, comme Falsch avec Bruno Crémer (1987) ou Je Pense à vous avec Robin Renucci et Fabienne Babe.

Fabri­zio Rongione et Emilie Dequenne dans Rosetta, première Palme d’or des Dardenne.

Passeurs et produc­teurs de films parfois loin de leur propre esthé­tique, (comme De Rouille et d’os de Jacques Audiard, autre invité de Lumière 2020), ils conjuguent une direc­tion d’ac­teurs hors pair, héri­tée du théâtre de Gatti, avec une construc­tion scéna­ris­tique hors du commun, souvent sous-esti­mée. Ni misé­ra­bi­liste, ni sensa­tion­na­liste, le cinéma social des Dardenne construit des person­nages ordi­naires du monde qui nous entoure pour mieux les confron­ter à un dilemme drama­tique qu’ils vont devoir dépas­ser. La Promesse, Le Fils, La Fille incon­nue, L’En­fant ou Deux jours et une nuit sont tous marqués par cet huma­nisme pour dépas­ser des conflits humains, trop humains, réap­pren­tis­sage d’une frater­nité dans un monde hostile.

Frater­nité

Jéré­mie Renier dans L’En­fant (2006), seconde Palme d’Or pour les Dardenne.

Incar­nés par les plus belles révé­la­tions d’in­ter­prètes (Jéré­mie Renier, Emilie Dequenne, Olivier Gour­met…) les person­nages des Dardenne sont nos frères, on a hâte de les célé­brer avec ceux qui leur ont donné vie, qui figurent pour nous au panthéon des plus grands réali­sa­teurs en acti­vité. Le choix de la Belgique pour le prix Lumière est d’au­tant plus beau qu’elle reste le pays touché par le plus fort faux taux de morta­lité lié au Covid-19. Loin d’être un prix de tran­si­tion dans une année ampu­tée par une crise sani­taire qui ne manquera pas de s’in­vi­ter d’une façon ou d’une autre au festi­val en octobre prochain, le prix Lumière des Dardenne s’an­nonce à nos yeux comme un des plus enga­gés et émou­vants. Vive­ment cet automne !

Festi­val Lumière, du 10 au 18 octobre 2020. 12e prix Lumière attri­bué à Luc et Jean-Pierre Dardenne. Vision­ner le clip sur le cinéma des Dardenne << ici >>.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

24 ans, toujours prolo…

Passé par la réalisation TV depuis 2015 et son Crazy Amy,, Judd Apatow a pris un recul qui lui fait un bien fou sur son cinéma, dépassant désormais les personnages d'inadaptés régressifs auxquels se limitaient un peu trop ses premiers films. Co-scénariste dans son propre rôle, Pe...

Mets tes bottes pour Kinky Boots !

Bottes de sept lieues « This boots are made for walking », chantait Nancy Sinatra. Pas sûr que vous alliez bien loin propulsé sur des talons aiguilles de 12 centimètres sans vous tordre la cheville, surtout si c’est votre première fois. En même temps, personne ne vous a demand...