Sortir à Lyon

Kung-Fu contre karaté !

IP man 4, déjà ? Appa­rem­ment, on est passé à travers les gouttes des trois premiers. Et effec­ti­ve­ment, il se révèle que ces films ne sont pas sortis en salle en France. Seule­ment en DVD. De fait, il a fallu révi­ser – les DVD, pas le Kung fu – pour se plon­ger dans le contexte. Ip man, s’il est une légende en Chine, a réel­le­ment existé. Il est ici surtout connu pour avoir été le profes­seur de Bruce Lee. Mais en Chine, il incarne la lutte contre l’en­va­his­seur étran­ger : les Japo­nais et les Anglais. De fait, de nombreux films sont été tour­nés sur Ip Man (1893–1972). Le plus réussi est sans contexte The Grand­mas­ter de Wong Kar Waï. Donc dans IP man 3 nous avions quitté Ip man luttant à Hong kong contre d’ignobles spécu­la­teurs immo­bi­liers de type anglo-saxon, et dans un mémo­rable combat contre un mafieux incarné par Mike Tyson en mode marteau-pilon.

Dans le 4, la partie est plus diffi­cile : il doit gérer son fils ado, qui ne veut pas suivre d’études aux États-Unis… Acces­soi­re­ment, il lutte contre un cancer de la gorge, la ligue chinoise des arts martiaux de San Fran­cisco repro­chant à son élève Bruce Lee de révé­ler le kung-fu (plus exac­te­ment le wing chun) aux blancs et un instruc­teur des marines raciste pro karaté. Et le karaté, bien sûr, c’est un truc de Japo­nais, donc pas bien et vrai­ment méchant. Si l’his­toire est assez cari­ca­tu­rale, très soft power chinois à grosses ficelles, l’ac­teur Donny Yen en impose par son côté zen (oups, mauvais terme, encore un truc de Japo­nais) et des choré­gra­phies hyper-stylées. Et en bonus, appa­raît dans quelques scènes un Bruce Lee plus que crédible.

Ip Man 4 : Le dernier combat de Wilson Yip (Ch-HK, 1h45) avec Donnie Yen, Scott Adkins, Danny Kwok-Kwan Chan…

24 ans, toujours prolo…

Passé par la réalisation TV depuis 2015 et son Crazy Amy,, Judd Apatow a pris un recul qui lui fait un bien fou sur son cinéma, dépassant désormais les personnages d'inadaptés régressifs auxquels se limitaient un peu trop ses premiers films. Co-scénariste dans son propre rôle, Pe...

Dardenne éden

Ils ont révolutionné le cinéma à eux tous seuls : la caméra à l'épaule collée à la nuque de ses personnages, utilisée jusque dans le Elephant de Gus Van Sant, doit par exemple beaucoup à Rosetta (1999), Palme d'or qui sonnait comme une déflagration dans le cinéma contemporain. Il...

L’expo du bout du monde

Pendant longtemps, Sebastião Salgado a photographié les hommes, les conflits, l’exode, marquant les esprits avec ses reportages en noir et blanc au Rwanda ou dans les mines d’or du Brésil. Puis il a fini par vaciller, fatigué d’être témoin de tant de violence. Bien décidé à arrêt...

Les petites scènes dégou­pillent !

ça ne se voit pas encore mais ça frémit et ça bouge dans beaucoup de lieux culturels : l'espace Gerson et d'autres cafés-théâtres attendent enfin que les politiques leur permettent de travailler dans les mêmes conditions que d'autres lieux : il suffit de jeter un œil sur les berg...