Sortir à Lyon
Partager cet article :

Dupon­tel : mort aux vaches !

Allons droit au but : oui, le nouveau Albert Dupon­tel risque de déce­voir les fans de la première heure. Moins noir, moins trash, moins poli­tique­ment incor­rect qu’un Bernie ou un Enfermé dehors, notre cynique préféré aurait-il vendu son âme à la bien­séance ciné­ma­to­gra­phique depuis ses derniers succès ? N’al­lons tout de même pas jusqu’à pous­ser mémé dans les orties.

S’il n’est pas exempt de défaut, Adieu les cons est un Dupon­tel pur jus bien corsé, infusé comme à chaque fois d’une esthé­tique pop et déli­rante de bande-dessi­née. Avec cette cavale d’une femme à la recherche de l’en­fant dont elle accou­ché sous X 30 ans plus tôt, accom­pa­gnée d’un expert infor­ma­tique suici­daire et soupçonné à tort de tenta­tive de fusillade, le réali­sa­teur mêle à merveille la comé­die au déses­poir le plus tragique dans des gags dont l’hu­mour noir est rare­ment gratuit.

Virginie Efira et Albert Dupontel dans Adieu les cons

Flicage géné­ral

Il s’en donne même à coeur joie d’un bout à l’autre du film pour régler ses comptes avec les forces de l’ordre accu­sées de toutes les violences, comme d’abu­ser des tirs de flash­ball (toute ressem­blance avec des faits réels n’est abso­lu­ment pas fortuite). La machine admi­nis­tra­tive française n’est pas non plus en reste avec ses agents bornés et proto­co­laires et ses services laby­rin­thiques, ni les nouvelles tech­no­lo­gies, tantôt dange­reuses, tantôt merveilleuses au sens propre du terme.

Problème: à force de vouloir critiquer trop de travers de société, trans­for­mant le flicage géné­ra­lisé de la société en sujet latent, le film devient brouillon et le rythme de l’ac­tion finit par s’es­souf­fler.

Virginie Efira et Albert Dupontel dans Adieu les cons

Fleur bleue

Mais la véri­table saveur d’Adieu les cons, c’est la tendresse que Dupon­tel voue à ses person­nages, présente à chaque moment. De la scène d’ou­ver­ture avec un Bouli Lanners en méde­cin qui n’ose pas annon­cer à sa patiente qu’elle est condam­née par la mala­die, à un final aussi déses­péré que révolté dont on ne dévoi­lera rien. Virgi­nie Efira, en mère de l’ombre aimante, est encore une fois à l’aise dans tous les registres et Nico­las Marié est abso­lu­ment déli­cieux et hila­rant en archi­viste aveugle et fleur bleue. Peut-être pas le meilleur des Dupon­tel, Adieu les cons n’en reste pas moins une comé­die bien amère, dyna­mi­tant les habi­tuelles comé­dies françaises bien-pensantes.

Adieu les cons, d’Al­bert Dupon­tel (Fr, 1h27) avec Virgi­nie Efira, Albert Dupon­tel, Nico­las Marié… Sortie le 21 octobre.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...