Sortir à Lyon
Partager cet article :

Dupon­tel : mort aux vaches !

Allons droit au but : oui, le nouveau Albert Dupon­tel risque de déce­voir les fans de la première heure. Moins noir, moins trash, moins poli­tique­ment incor­rect qu’un Bernie ou un Enfermé dehors, notre cynique préféré aurait-il vendu son âme à la bien­séance ciné­ma­to­gra­phique depuis ses derniers succès ? N’al­lons tout de même pas jusqu’à pous­ser mémé dans les orties.

S’il n’est pas exempt de défaut, Adieu les cons est un Dupon­tel pur jus bien corsé, infusé comme à chaque fois d’une esthé­tique pop et déli­rante de bande-dessi­née. Avec cette cavale d’une femme à la recherche de l’en­fant dont elle accou­ché sous X 30 ans plus tôt, accom­pa­gnée d’un expert infor­ma­tique suici­daire et soupçonné à tort de tenta­tive de fusillade, le réali­sa­teur mêle à merveille la comé­die au déses­poir le plus tragique dans des gags dont l’hu­mour noir est rare­ment gratuit.

Virginie Efira et Albert Dupontel dans Adieu les cons

Flicage géné­ral

Il s’en donne même à coeur joie d’un bout à l’autre du film pour régler ses comptes avec les forces de l’ordre accu­sées de toutes les violences, comme d’abu­ser des tirs de flash­ball (toute ressem­blance avec des faits réels n’est abso­lu­ment pas fortuite). La machine admi­nis­tra­tive française n’est pas non plus en reste avec ses agents bornés et proto­co­laires et ses services laby­rin­thiques, ni les nouvelles tech­no­lo­gies, tantôt dange­reuses, tantôt merveilleuses au sens propre du terme.

Problème: à force de vouloir critiquer trop de travers de société, trans­for­mant le flicage géné­ra­lisé de la société en sujet latent, le film devient brouillon et le rythme de l’ac­tion finit par s’es­souf­fler.

Virginie Efira et Albert Dupontel dans Adieu les cons

Fleur bleue

Mais la véri­table saveur d’Adieu les cons, c’est la tendresse que Dupon­tel voue à ses person­nages, présente à chaque moment. De la scène d’ou­ver­ture avec un Bouli Lanners en méde­cin qui n’ose pas annon­cer à sa patiente qu’elle est condam­née par la mala­die, à un final aussi déses­péré que révolté dont on ne dévoi­lera rien. Virgi­nie Efira, en mère de l’ombre aimante, est encore une fois à l’aise dans tous les registres et Nico­las Marié est abso­lu­ment déli­cieux et hila­rant en archi­viste aveugle et fleur bleue. Peut-être pas le meilleur des Dupon­tel, Adieu les cons n’en reste pas moins une comé­die bien amère, dyna­mi­tant les habi­tuelles comé­dies françaises bien-pensantes.

Adieu les cons, d’Al­bert Dupon­tel (Fr, 1h27) avec Virgi­nie Efira, Albert Dupon­tel, Nico­las Marié… Sortie le 21 octobre.

La Mule de Clint East­wood, gratuit sur France 2

À 88 ans, Clint Eastwood était déjà coquet. Il incarne un personnage âgé de « seulement » 80 ans. Earl Stone, un horticulteur solitaire qui a eu son heure de gloire et de prospérité en cultivant son célèbre Lys d’un jour, est sur le point d’être saisi. Car Internet, auquel il ne ...

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...