Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bataille de kung-fu en VOD !

Vous cher­chez des films fun pour bien passer le week-end ? on a ce qu’il vous faut : IP Man 4 sort en VOD, tandis que Crazy Kung-fu, croi­sant comé­die musi­cale, kung-fu et film noir débarque su Netflix.

On était un peu passé à travers les gouttes quand on a vu débarqué Ip Man 4 en salles l’été dernier : on n’avait pas vu les trois premiers. Et effec­ti­ve­ment, il se révèle que ces films ne sont pas sortis en salle en France. Seule­ment en DVD. De fait, il a fallu révi­ser – les DVD, pas le Kung fu – pour se plon­ger dans le contexte. Ip man, s’il est une légende en Chine, a réel­le­ment existé. Il est ici surtout connu pour avoir été le profes­seur de Bruce Lee. Mais en Chine, il incarne la lutte contre l’en­va­his­seur étran­ger : les Japo­nais et les Anglais. De fait, de nombreux films sont été tour­nés sur Ip Man (1893–1972). Le plus réussi est sans contexte The Grand­mas­ter de Wong Kar Waï. Donc dans IP man 3 nous avions quitté Ip man luttant à Hong-Kong contre d’ignobles spécu­la­teurs immo­bi­liers de type anglo-saxon, et dans un mémo­rable combat contre un mafieux incarné par Mike Tyson en mode marteau-pilon.

IP Man 4.

Dans le 4, la partie est plus diffi­cile : il doit gérer son fils ado, qui ne veut pas suivre d’études aux États-Unis… Acces­soi­re­ment, il lutte contre un cancer de la gorge, la ligue chinoise des arts martiaux de San Fran­cisco repro­chant à son élève Bruce Lee de révé­ler le kung-fu (plus exac­te­ment le wing chun) aux blancs et un instruc­teur des marines raciste pro karaté. Et le karaté, bien sûr, c’est un truc de Japo­nais, donc pas bien et vrai­ment méchant. Si l’his­toire est assez cari­ca­tu­rale, très soft power chinois à grosses ficelles, l’ac­teur Donny Yen en impose par son côté zen (oups, mauvais terme, encore un truc de Japo­nais) et des choré­gra­phies hyper-stylées. Et en bonus, appa­raît dans quelques scènes un Bruce Lee plus que crédible.

IP Man 4.

Pour prolon­ger le plai­sir, vous pouvez enchaî­ner par le film qui redonné toute son éner­gie au film de kung-fu en France au début des années 2000 : Kung-Fu Master de Stephen Chow, désor­mais dispo­nible sur Netflix, et large­ment plus fun que le dernier Mank de David Fincher. Un cock­tail impro­bable et haute­ment jouis­sif de film noir (mafia, règle­ments de compte), kung-fu (batailles et acro­ba­ties à gogo), western spaghetti. En ajou­tant surtout la comé­die et même la comé­die musi­cale qui rendrait le genre comes­tible même à un abonné de Télé­rama ne regar­dant que du cinéma d’au­teur français (pour peu qu’il ait de l’hu­mour)… C’est dire. Même le « gang des haches » vous fera la plus belle des choré­gra­phies synchro­ni­sées avant de truci­der qui de droit. Un plai­sir de gour­met ciné­phile dont on aurait tort de se priver.

La danse de la hache dans Crazy Kung-Fu de Stephen Chow.

Ip Man 4 : Le dernier combat de Wilson Yip (Ch-HK, 1h45) avec Donnie Yen, Scott Adkins, Danny Kwok-Kwan Chan… Dispo­nible en VOD sur la plupart des plate­formes dont Canal VOD.

Crazy Kung-Fu de Stephen Chow (2004, H-K, 1h39) avec Stephen Chow, Xiao­gang Feng, Wah Yuen… Dispo­nible sur Netflix.

La bande annonce origi­nale de Crazy Kung-Fu (2004).

Night­mare Alley, le nouveau film ciné­vore de Guillermo Del Toro

La reconstitution historique, superbe, indique la période. Mais la phrase « il paraît que le Chleuh qui ressemble à Charlie Chaplin a envahi la Pologne » ne laisse plus de doute : nous sommes en septembre 1939. On se plaint aujourd’hui du climat, mais à cette période il pleuvait ...

Anthony Hopkins, « Father » à Oscars, nouveau sur Canal plus

C’est ce que les anglo-saxons appellent un “vehicle”. Un film tout entier construit autour d’une star, en l’occurrence Anthony Hopkins, le seul acteur avec lequel on peut passer 1h40 au ralenti dans une chambre sans s’ennuyer. Le personnage de The Father, premier film de Florian ...

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embêtant quand l’aboutissement d’un film de 2h30 n’intervient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureusement splendide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara arc...