Sortir à Lyon
Partager cet article :

Signo­ret, la crimi­nelle de Saint-Jean

Les femmes peuvent aussi être de grandes crimi­nelles, et Simone Signo­ret, qui n’ a jamais eu peur de bous­cu­ler son image, avait incarné Thérèse Raquin dans le film de Marcel Carné en 1953. Le film est diffusé ce lundi sur Arte. L’oc­ca­sion de redé­cou­vrir le Lyon d’après-guerre, théâtre d’un très bon film noir.

Simone Signo­ret dans sa boutique de la rue Saint-Jean.

Tenan­cière d’une petite boutique de la rue Saint-Jean, sous le joug d’une mère mutique handi­ca­pée qui la mitraille du regard, la grande Simone tentera de s’éman­ci­per en prenant un amant, le pous­sant jusqu’au crime. Simone Signo­ret ne s’est jamais soucié du qu’en dira-t-on en choi­sis­sant ses rôles, et encore jeune et belle, elle n’hé­site pas à endos­ser les habits d’une crimi­nelle au regard glaçant, même si Carné reste fidèle à l’es­prit du roman de Zola en insis­tant avant tout sur la misère sociale qui, après-guerre, touchait parti­cu­liè­re­ment les femmes. En plus d’avoir été tourné sur les pavés de la rue Saint-Jean, Thérèse Raquin est aussi un des premiers films tour­nés à Lyon dans lequel on peut voir, déjà, les berges du Rhône enva­hies par la marche des passants…

Simone Signo­ret et Raf Vallone, les amants crimi­nels de Thérèse Raquin.

Thérèse Raquin de Marcel Carné (1953, Fr, 1h42) avec Simone Signo­ret, Raf Vallone, Roland Lesaffre, Paul Fran­keur… Lundi 8 mars à 20h55 sur Arte, ou déjà dispo­nible en replay gratuit << ici >>.

La bande annonce d’époque de Thérèse Raquin, avec des vues de Lyon.

Retrou­vez aussi toute l’his­toire et l’ac­tua­lité des tour­nages dans la Région Auvergne Rhône-Alpes dans l’émis­sion de RCF Terre de cinéma avec ce mois-ci le premier volet consa­cré à Jean-Pierre Bacri.

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

La valse de la jalou­sie

Dans une interview récente au Monde, Karine Viard confiait qu’elle aimait “maltraiter les bourgeoises en tant qu’actrice”. Et on la croit volontiers au vu du plaisir qu’elle prend dans le dernier film de Marc Fitoussi à perdre une fois de plus un personnage de bourgeoise qui coll...

Annecy, dernier rôle pour Jean Roche­fort

S’il n’était pas incarné par Jean Rochefort, ce riche industriel à la retraite qui perd la boule, installé sur les bords du lac d'Annecy, emmerdant les morts pour de vieux règlements de compte de friqués, dérangeant ses voisins dans l’avion, reluquant la première féminine qui pas...