Sortir à Lyon
Partager cet article :

Signo­ret, la crimi­nelle de Saint-Jean

Les femmes peuvent aussi être de grandes crimi­nelles, et Simone Signo­ret, qui n’ a jamais eu peur de bous­cu­ler son image, avait incarné Thérèse Raquin dans le film de Marcel Carné en 1953. Le film est diffusé ce lundi sur Arte. L’oc­ca­sion de redé­cou­vrir le Lyon d’après-guerre, théâtre d’un très bon film noir.

Simone Signo­ret dans sa boutique de la rue Saint-Jean.

Tenan­cière d’une petite boutique de la rue Saint-Jean, sous le joug d’une mère mutique handi­ca­pée qui la mitraille du regard, la grande Simone tentera de s’éman­ci­per en prenant un amant, le pous­sant jusqu’au crime. Simone Signo­ret ne s’est jamais soucié du qu’en dira-t-on en choi­sis­sant ses rôles, et encore jeune et belle, elle n’hé­site pas à endos­ser les habits d’une crimi­nelle au regard glaçant, même si Carné reste fidèle à l’es­prit du roman de Zola en insis­tant avant tout sur la misère sociale qui, après-guerre, touchait parti­cu­liè­re­ment les femmes. En plus d’avoir été tourné sur les pavés de la rue Saint-Jean, Thérèse Raquin est aussi un des premiers films tour­nés à Lyon dans lequel on peut voir, déjà, les berges du Rhône enva­hies par la marche des passants…

Simone Signo­ret et Raf Vallone, les amants crimi­nels de Thérèse Raquin.

Thérèse Raquin de Marcel Carné (1953, Fr, 1h42) avec Simone Signo­ret, Raf Vallone, Roland Lesaffre, Paul Fran­keur… Lundi 8 mars à 20h55 sur Arte, ou déjà dispo­nible en replay gratuit << ici >>.

La bande annonce d’époque de Thérèse Raquin, avec des vues de Lyon.

Retrou­vez aussi toute l’his­toire et l’ac­tua­lité des tour­nages dans la Région Auvergne Rhône-Alpes dans l’émis­sion de RCF Terre de cinéma avec ce mois-ci le premier volet consa­cré à Jean-Pierre Bacri.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...