Sortir à Lyon
Partager cet article :

Madame Claude, comme un homme

Tout encais­ser, sans bron­cher, telle était la devise de la matronne la plus célèbre de la France pompi­do­lienne, appre­nant la même chose aux filles de son réseau de pros­ti­tu­tion de luxe – en plus des bonnes manières et de la toilette intime. Que ce soit pour accueillir Marlon Brando ou le quidam pari­sien en mal de plai­sirs sexuels. Sylvie Verheyde (Stella, Confes­sion d’un enfant du siècle avec Pete Doherty en Musset) réalise aussi bien le portrait d’une femme que d’une époque, et Karole Rocher est parfaite en héri­tière de François Fabian sous ses four­rures, mater­nelle sous la froi­deur, impi­toyable tout en mettant un point d’hon­neur à rendre service jusqu’à sa petite lyon­naise préfé­rée, Sido­nie, avide des grands billets de banque à l’ef­fi­gie de Dela­croix qui défilent.

Karole Rocher et Garance Marillier, Madame Claude et sa jeune proté­gée lyon­naise Sido­nie.

Recons­ti­tu­tion crédible des années 70, person­nages prenants jusqu’au vigies mascu­lines de Roschdy Zem et Pierre Dela­don­champs, à partir de l’ex­ploi­ta­tion clinique du sexe, le film gagne peu à peu en épais­seur, à la fois polar poli­tique en eaux troubles au temps de l’af­faire Marko­vic (employé d’Alain Delon retrouvé assas­siné), et radio­gra­phie de l’ha­bi­tus machiste au temps d’Olivier Duha­mel, n’élu­dant rien des maltrai­tances et des abus sexuels conte­nues dans l’édu­ca­tion pater­na­liste de bon aloi au temps de Wood­stock et de la libé­ra­tion sexuelle. La pros­ti­tu­tion, même de luxe, a un prix, et les femmes y prennent cher.

Karole Rocher.

Fernande Grudet (de son vrai nom), finira par échap­per au fisc mais paiera jusqu’à la prison pour ce qu’elle a fait, toujours sans bron­cher, défen­due par un certain maître Fran­cis Szpi­ner lors de son procès en 1992. Femme de luxe qui a mangé de la vache enra­gée, elle ne se sera jamais lais­sée faire, tout en jouant en perma­nence le jeu des hommes. Tout un pan ambigu et passion­nant de la condi­tion des femmes à la française.

Madame Claude de Sylvie Verheyde (Fr, 1h52) avec Karole Rocher, Garance Marillier, Roschdy Zem, Pierre Dela­don­champs… Dispo­nible sur Netflix depuis le 2 avril.

Un dessin animé à donner le vertige

On a rarement été autant emballé par un film d'animation, pour adulte qui plus est. Adapté par Patrick Imbert du manga de Jirô Taniguchi, qui est lui-même une adaptation d’un feuilleton à succès paru dans la presse japonaise dans les années 90, Le Sommet des dieux est une réussit...

« Tout s’est bien passé » pour André Dussol­lier

François Ozon adapte le récit autobiographique d’Emmanuèle Berheim en conservant tous les noms (on reconnaît Serge Toubiana de la Cinémathèque). C’est Sophie Marceau, grave et radieuse à la fois, qui endosse le rôle de cette sœur d’une grande famille parisienne, chargée d’organis...

Dune, splen­deur visuelle et glou­bi­boulga

En général, il faut se méfier quand un film se termine au bout de 2h30 par ces mots : “ce n’est qu’un début”. D’abord, parce que ça veut souvent dire qu’il n’a que trop durer, ensuite parce que dans le cas présent on a bien compris que du sable, on allait encore en manger (ce n’e...

Laurent Lafitte, l’ori­gine de l’im­monde

Il y sera question de sexualité… dans le noir, pendant un long dialogue introductif pour savoir qui a joui. Une fois la lumière allumée, le film va renoncer peu à peu à tout ce qui aurait pu faire son originalité : une sexualité troublée malgré 17 ans de vie conjugale, une filiat...