Sortir à Lyon
Partager cet article :

On vous dispense du French Dispatch, le nouveau Wes Ander­son

Décors de cartes postales en cartons pâte, ambiance suran­née, sens du détail poussé jusqu’à la maniaque­rie, casting surclassé sans oublier une touche d’hu­mour… pas de doute, nous sommes bien dans un film de Wes Ander­son. Avec The French Dispatch, le réali­sa­teur donne libre cours à son amour pour la France autant qu’à ses coquet­te­ries visuelles et à ses récits trop enchâs­sés, lais­sant malheu­reu­se­ment le spec­ta­teur sur le bord de la route. Situant l’ac­tion à Ennui-sur-Blasé, une ville française imagi­naire aux ruelles tortueuses et au métro jumeau de celui de Paris, Wes Ander­son s’amuse à créer une image volon­tai­re­ment pitto­resque – et non dénuée d’iro­nie – de la France des années 60, entre mani­fes­ta­tions étudiantes, bistrot de quar­tier et petits vieux à béret. On a d’ailleurs le droit à une visite guidée de la ville en compa­gnie d’Owen Wilson, jour­na­liste à bicy­clette.

Bill Murray, acteur fétiche de Wes Ander­son.

Lot de conso­la­tion

Mais dès le préam­bule, on comprend que le récit ne sera que trop laby­rin­thique. Débu­tant avec le décès du proprié­taire du French Dispatch, un jour­nal du Kansas installé en France, le film suit les diffé­rentes rubriques du jour­nal comme autant de nouvelles ciné­ma­to­gra­phiques, racon­tées à chaque fois par un jour­na­liste. Problème, chaque récit comporte en lui-même bon nombre de digres­sions, de flash-backs et de chan­ge­ment de prise en charge de la narra­tion, auxquels répondent des chan­ge­ments de style visuel, de la couleur au noir et blanc en passant par l’ani­ma­tion, pour un résul­tat quelque peu indi­geste. Une méca­nique assez froide et désin­car­née, malgré une fantai­sie toujours aussi débri­dée et un feu d’ar­ti­fice visuel qui conso­le­ront malgré tout les fans du cinéaste, tout comme le casting 5 étoiles franco-améri­cain.

The French Dispatch, de Wes Ander­son (Etats-Unis, 1h48). Avec Timo­thée Chala­met, Léa Seydoux, Bill Murray… Sortie le 27 octobre.

Alibi.com 2, le nouveau nanar réjouis­sant de Philippe Lacheau

C'est bête, c'est régressif. C'est surtout très drôle. C'est pour ça qu'on aime Philippe Lacheau et la bande à Fifi, même quand il n'est pas tout à fait à son meilleur... Alibi.com 2 est bien la comédie des vacances. Même quand Philippe Lacheau n’est pas à son meilleur, il res...

Un maxi­mum de nomi­na­tions aux Césars pour Louis Garrel

Tournés dans la région et co-produits par Auvergne Rhône-Alpes cinéma, La Nuit du 12 de Dominik Moll et L'Innocent de Louis Garrel se taille la part du lion pour les nominations aux prochains César. Tant mieux, on les adore ! Ce sont deux films tournés dans la région et deux f...

Moins de séances au cinéma : fini le matin ?

Elles coûtent moins cher... mais elles sont en voie de disparition ! Les séances du matin ont peu à peu déserté les salles de cinéma depuis l'après Covid. Pathé avait le premier lancé le mouvement dans tous ses cinémas lyonnais, commençant ses séances désormais en début d'après-m...