Sortir à Lyon
Partager cet article :

On vous dispense du French Dispatch, le nouveau Wes Ander­son

Décors de cartes postales en cartons pâte, ambiance suran­née, sens du détail poussé jusqu’à la maniaque­rie, casting surclassé sans oublier une touche d’hu­mour… pas de doute, nous sommes bien dans un film de Wes Ander­son. Avec The French Dispatch, le réali­sa­teur donne libre cours à son amour pour la France autant qu’à ses coquet­te­ries visuelles et à ses récits trop enchâs­sés, lais­sant malheu­reu­se­ment le spec­ta­teur sur le bord de la route. Situant l’ac­tion à Ennui-sur-Blasé, une ville française imagi­naire aux ruelles tortueuses et au métro jumeau de celui de Paris, Wes Ander­son s’amuse à créer une image volon­tai­re­ment pitto­resque – et non dénuée d’iro­nie – de la France des années 60, entre mani­fes­ta­tions étudiantes, bistrot de quar­tier et petits vieux à béret. On a d’ailleurs le droit à une visite guidée de la ville en compa­gnie d’Owen Wilson, jour­na­liste à bicy­clette.

Bill Murray, acteur fétiche de Wes Ander­son.

Lot de conso­la­tion

Mais dès le préam­bule, on comprend que le récit ne sera que trop laby­rin­thique. Débu­tant avec le décès du proprié­taire du French Dispatch, un jour­nal du Kansas installé en France, le film suit les diffé­rentes rubriques du jour­nal comme autant de nouvelles ciné­ma­to­gra­phiques, racon­tées à chaque fois par un jour­na­liste. Problème, chaque récit comporte en lui-même bon nombre de digres­sions, de flash-backs et de chan­ge­ment de prise en charge de la narra­tion, auxquels répondent des chan­ge­ments de style visuel, de la couleur au noir et blanc en passant par l’ani­ma­tion, pour un résul­tat quelque peu indi­geste. Une méca­nique assez froide et désin­car­née, malgré une fantai­sie toujours aussi débri­dée et un feu d’ar­ti­fice visuel qui conso­le­ront malgré tout les fans du cinéaste, tout comme le casting 5 étoiles franco-améri­cain.

The French Dispatch, de Wes Ander­son (Etats-Unis, 1h48). Avec Timo­thée Chala­met, Léa Seydoux, Bill Murray… Sortie le 27 octobre.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...