Sortir à Lyon
Partager cet article :

West Side Story version Spiel­berg, c’est encore plus beau !

Parfois, point n’est besoin de choi­sir. A un chef-d’oeuvre peut succé­der un autre chef-d’oeuvre. En tout cas quand on s’ap­pelle Steven Spiel­berg. Dédié à son père, son West Side Story n’est non seule­ment pas un remake de plus mais mani­fes­te­ment une oeuvre qu’il a souhaité porter au firma­ment de son panthéon person­nel. Il y parvient dès le petit siffle­ment qui accom­pagne un simple titre au géné­rique de début, avant d’ou­vrir sur un plan de grue sublime, dans lequel on découvre sur un panneau publi­ci­taire ce qu’al­lait deve­nir le West Side huppé de Manhat­tan et son Metro­po­li­tan Opera, et le monde déla­bré, encore en déliques­cence, dans lequel évoluent ses person­nages. C’est la première qualité de la version Spiel­berg, écrit par Tony Kush­ner (l’au­teur d’Angels in America et déjà scéna­riste pour le Munich de Spiel­berg) : appro­fon­dir les racines sociales et raciales, jusqu’à la rage fémi­nine de la dernière scène, tout en restant tota­le­ment fidèle à l’oeuvre origi­nale. Ou comment faire un nouveau chef-d’oeuvre en respec­tant un chef-d’oeuvre.

Tony (Ansel Elgort), guet­tant Maria dans la scène du bal.

Tout pour la musique

Car ce n’est pas pour rien si Spiel­berg fait un clin d’oeil au Met’ Opéra : en grand cinéaste amou­reux de la comé­die musi­cale améri­caine, non seule­ment il déploie une mise en scène épous­tou­flante dans un New-York semi-réel semi-mythi­fié entre décors natu­rels et recons­ti­tu­tion en studio, comme lors de la rencontre entre Maria et Tony au bal, véri­table scène d’an­tho­lo­gie. Mais il épouse en prime chaque note de Leonard Bern­stein et chaque mot de Steven Sond­heim (qui vient de mourir) peut-être même encore mieux que l’ori­gi­nal, chaque plan étant rythmé par la musique, magni­fiée par le New York Phil­har­mo­nic dirigé par Gustavo Duda­mel, nouveau direc­teur musi­cal de l’Opéra de Paris, rien que ça…

Maria atten­dant Tony à sa fenêtre.

Le grand opéra de Steven Spiel­berg

Bref, en plus d’être une grande oeuvre popu­laire cares­sant le linge aux fenêtres du quar­tier porto­ri­cain ou les barbe­lés qui empêchent les lèvres des amants de se toucher, ce West Side Story est le grand opera de Spiel­berg, au sommet de son art ciné­ma­to­gra­phique pour orches­trer un ballet visuel en perpé­tuel hommage au génie de la musique et de la danse. Le cast, beau comme des ados assez gauches pour être déjà vintage, fonc­tionne parfai­te­ment, entre les décou­vertes (Rachel Zegler en Maria et Mike Faist génial as Riff en person­nage secon­daire) et le retour du héros de Baby Driver d’Edgar Wright, réali­sa­teur qu’on adore, en la personne d’Ansel Elgort en Tony . Comme dans l’ori­gi­nal, la musique se retire dans la dernière demi-heure pour un finale lugubre de rage et de déré­lic­tion sociale. Dans lequel Spiel­berg met en exergue une Ange­lina en vieille dame, person­nage créé pour l’oc­ca­sion, pour mieux rendre hommage à celle qui l’in­carne, Rita Moreno, qui n’est autre que… l’Anita du film de Robert Wise. Ou comment jusqu’au bout servir le film origi­nal en signant sa propre version. Le grand film de l’an­née qui, bonne nouvelle, n’a pas eu besoin de Netflix pour être financé (mais de Disney).

West Side Story de Steven Spiel­berg (EU, 2h36) avec Rachel Zegler, Ansel Elgort, Mike Faist, Rita More­no…

Rita Moreno, l’Anita du film origi­nal de 1962, deve­nue Ange­lina dans la version de Spiel­berg.

Night­mare Alley, le nouveau film ciné­vore de Guillermo Del Toro

La reconstitution historique, superbe, indique la période. Mais la phrase « il paraît que le Chleuh qui ressemble à Charlie Chaplin a envahi la Pologne » ne laisse plus de doute : nous sommes en septembre 1939. On se plaint aujourd’hui du climat, mais à cette période il pleuvait ...

Anthony Hopkins, « Father » à Oscars, nouveau sur Canal plus

C’est ce que les anglo-saxons appellent un “vehicle”. Un film tout entier construit autour d’une star, en l’occurrence Anthony Hopkins, le seul acteur avec lequel on peut passer 1h40 au ralenti dans une chambre sans s’ennuyer. Le personnage de The Father, premier film de Florian ...

Night­mare Alley, le nouveau film inter­mi­nable de Guillermo del Toro

C’est toujours embêtant quand l’aboutissement d’un film de 2h30 n’intervient qu’à la toute fin, dans une dernière scène, heureusement splendide. Avant, il vous faudra être (très) patient pour faire dix fois le tour d’une fête foraine des années 40, certes avec une Rooney Mara arc...