Sortir à Lyon
Partager cet article :

Deux nuits avec Souchon à Four­vière

N’abu­sons pas, il ne fait pas partie de ces petits jeunes à qui la crise Covid a coupé l’herbe sous le pied… Mais presque ! Pour ceux qui auraient manqué un épisode, rappe­lons qu’A­lain Souchon a tout simple­ment écrit son meilleur album à soixante-quinze ans, qu’Âmes fifties est paru en 2019 et que sa tour­née devait se dérou­ler prin­ci­pa­le­ment l’an­née suivante. Inter­rom­pue donc il y a près d’un an et demi (comme celle de Pomme, lire ci-dessous), elle reprend enfin et s’ar­rê­tera deux soirs aux Nuits de Four­vière. Entre-temps, le septua­gé­naire à la jeunesse éter­nelle n’a pas chômé et même livré Âmes Fifty-fifties, une réédi­tion XXL de l’al­bum en ques­tion, avec un inédit et neuf versions acous­tiques de titres issus du disque, rejoints par quelques stan­dards de son réper­toire. De quoi se donner un avant-goût des deux concerts qu’il produira au Grand Théâtre des Nuits de Four­vière cet été : un concen­tré de douceur et de grâce, tout en noncha­lan­ce…

La nostal­gie, cama­ra­de…

Chez Souchon la nostal­gie est omni­pré­sente mais ne dégou­line jamais, la poésie use de petits mots mais s’im­misce à chaque coin de phrase, avec une justesse saisis­sante. Surtout elle ne prend jamais le pas sur la mélo­die qui reste la reine. Un piano, une guitare, une voix, encore parfaite (il prend toujours des cours de chant pour cela)… En nous trans­por­tant dans les années cinquante, Souchon the Kid partage avec nous un peu de son enfance mais plus que des fifties, il est surtout ques­tion de l’exer­cice du souve­nir et de l’in­tros­pec­tion. Une magni­fique invi­ta­tion au voyage inté­rieur. Alexandre Queneau

Alain Souchon aux Nuits de Four­vière, Grand théâtre, Lyon 5e. Lundi 28 et mardi 29 juin à 21h. 60 €. Première partie Cheval­rex le 28, Tiwayo le 29. Pass sani­taire exigé.

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...