Sortir à Lyon
Partager cet article :

Deux nuits avec Souchon à Four­vière

N’abu­sons pas, il ne fait pas partie de ces petits jeunes à qui la crise Covid a coupé l’herbe sous le pied… Mais presque ! Pour ceux qui auraient manqué un épisode, rappe­lons qu’A­lain Souchon a tout simple­ment écrit son meilleur album à soixante-quinze ans, qu’Âmes fifties est paru en 2019 et que sa tour­née devait se dérou­ler prin­ci­pa­le­ment l’an­née suivante. Inter­rom­pue donc il y a près d’un an et demi (comme celle de Pomme, lire ci-dessous), elle reprend enfin et s’ar­rê­tera deux soirs aux Nuits de Four­vière. Entre-temps, le septua­gé­naire à la jeunesse éter­nelle n’a pas chômé et même livré Âmes Fifty-fifties, une réédi­tion XXL de l’al­bum en ques­tion, avec un inédit et neuf versions acous­tiques de titres issus du disque, rejoints par quelques stan­dards de son réper­toire. De quoi se donner un avant-goût des deux concerts qu’il produira au Grand Théâtre des Nuits de Four­vière cet été : un concen­tré de douceur et de grâce, tout en noncha­lan­ce…

La nostal­gie, cama­ra­de…

Chez Souchon la nostal­gie est omni­pré­sente mais ne dégou­line jamais, la poésie use de petits mots mais s’im­misce à chaque coin de phrase, avec une justesse saisis­sante. Surtout elle ne prend jamais le pas sur la mélo­die qui reste la reine. Un piano, une guitare, une voix, encore parfaite (il prend toujours des cours de chant pour cela)… En nous trans­por­tant dans les années cinquante, Souchon the Kid partage avec nous un peu de son enfance mais plus que des fifties, il est surtout ques­tion de l’exer­cice du souve­nir et de l’in­tros­pec­tion. Une magni­fique invi­ta­tion au voyage inté­rieur. Alexandre Queneau

Alain Souchon aux Nuits de Four­vière, Grand théâtre, Lyon 5e. Lundi 28 et mardi 29 juin à 21h. 60 €. Première partie Cheval­rex le 28, Tiwayo le 29. Pass sani­taire exigé.

Brain Damage danse reggae au Transbo

Avis aux amateurs – mais aussi aux autres – l’inépuisable explorateur de la dub et de ses racines Martin Nathan aka Brain Damage est de retour avec un quinzième album paru le 28 mai dernier sur le label lyonnais Jarring Effects. Au départ, l’idée est simple : donner une suite au ...

A 25 ans, Jarring Effects fait encore de l’ef­fet

C’est le label lyonnais indépendant qui a réussi à faire son trou, notamment en produisant les albums de High Tone, le groupe pionnier de dub en France qui a éclos sur les pentes de la Croix Rousse à la fin des années 90. Jarring Effects, qui aurait dû fêter ses 25 ans l’année de...

Comment s’ha­biller pour Cathe­rine Ringer ?

Comment s’habiller pour aller voir Catherine Ringer chanter les Rita Mitsouko Une coiffure indécise  Vous hésitez toujours entre rafraîchir les pointes ou tout couper au moment fatidique de passer sous les ciseaux du coiffeur? Faites comme Catherine Ringer, ne choisissez pa...

Où passer la fête de la musique ?

Dans un jardin croix-roussien avec le Quatuor Debussy Toujours aussi généreux, populaire et exigeant, le Quatuor Debussy invite pour la quatrième année les Lyonnais à fêter la musique dans le jardin de leur résidence située à l’Institut national supérieur du professorat et de ...