Sortir à Lyon
Partager cet article :

Orel­san fait le plein à Gerland en star de l’In­ver­sion festi­val

Orelsan à l'Inversion festival de Gerland.
Orelsan en guest-star du jour 2 de l'Inversion festival à Gerland.

Même les rappeurs finissent par se faire des cheveux blancs. On a le senti­ment qu’il a toujours été là, mais Orel­san est déjà un vieux dans le « rap game », en témoigne cette mèche déco­lo­rée qu’il arbore depuis peu. Et si les horloges tournent, le rappeur sait en tirer parti pour remettre les pendules à l’heure. Avec son dernier album, Civi­li­sa­tion, le caen­nais en profite même pour se renou­ve­ler, sans renier ce qui a fait son charme : l’au­to­dé­ri­sion, les réfé­rences cultu­relles et les punchlines bien placées : « On sait pas gérer nos émotions donc on les cache, on ne sait pas gérer nos rela­tions donc on les gâche ». Dans son premier album Perdu d’Avance sorti en en 2009, le normand mal dégrossi dres­sait une ode à la défaite et aux losers. Une écri­ture singu­lière et nova­trice dans un univers marqué par les codes de la viri­lité triom­phante. Depuis, Orel­san a connu les succès commer­ciaux et les critiques (pas de notre part). Ce qui ne semble en rien enta­cher son désir de toujours faire « du rap pour les gens normaux ». Depuis sa sortie, son dernier album est un carton plein.

Féroce et vulné­rable
Il a gardé cette écri­ture féroce et cruelle qui a fait son succès. Mais le rappeur se cache moins, avec des textes sur la peur de la pater­nité, la dépres­sion, le temps qui passe.  Son dernier album est égale­ment moins centré sur lui-même et le normand ancre ses textes dans un univers social jusqu’à présent délaissé : une mani­fes­ta­tion qui dégé­nère, les médias de masse, ou la montée de l’ex­trême-droite. La roue tourne, les modes passent mais Orel­san rappelle que par les temps qui court il est toujours loin devant : « J’veux voir mes fans gran­dir avec moi, j’leur vendrai jamais n’im­porte quoi, j’veux pas deve­nir une erreur de jeunesse que tu regrettes quand tu gran­di­ras ». N’al­lez pas le croire sur parole, sa venue à la Halle est la bonne occa­sion pour véri­fier qu’il s’est trompé.

Orel­san (précédé des Black Eyed Peas + Laylow, SCH, Central Shee, Ckay, Sampa the great, James BKS). Samedi 18 juin à l’Inver­sion festi­val au Matmut Stadium à Gerland à partir de 17h (first set Black eaed peas). De 55 à 89 €.

Cold Fame party, la grande messe rock de la rentrée

La scène locale débarque au Transbordeur cette semaine. Voir Last Train, Bandit Bandit, Park, MNNQNS et Johnnie Carwash dans la même soirée c’est… possible ! Pour fêter son huitième anniversaire, le producteur de concerts Cold Fame réunit la crème de la crème de la nouvelle scène...

C’est votre dernière chance de voir Mans­field TYA

Depuis 2002, les musiciennes Rebeka Warrior (Sexy Sushi, Kompromat) et Carla Pallone (Vacarme) forment l’étonnant duo Mansfield.TYA. Mais voilà, c’est fini. La dernière date « ever » aura lieu le 1er novembre à l’Olympia, pour la fête des morts… Avant cela, le duo nantais viendra...

Wood­sto­wer, le meilleur festi­val elec­tro de l’été

Après une édition 2021 marquée par les restrictions, voilà l’éco-festival lyonnais enfin de retour dans toute sa splendeur, avec ses quatre scènes, son camping, son village, sa plage et sa programmation ultra festive gorgée de rap et d’électro... Qui dit retour de la fête dit ret...

Ça vous dirait un bal punk pour le 14 juillet ?

Le 13 juillet, c’est jour de bal. Veille de fête nationale oblige, les places de village et les casernes s’habillent de leurs habits de lumière, des hordes de fêtards surmotivés s’échappent au plus tôt du boulot, repassent à la maison recharger leur téléphone et s’endimancher un ...