Sortir à Lyon

Coeur amer

Clas­sique. Les grands clas­sique en alexan­drins, ça passe parfois encore mieux avec un acteur-vedette dans le rôle titre. C’est ce que tente aujourd’­hui Lambert Wilson en Misan­thrope de Molière, perruque longue, redin­gote et boutons dorés pour agré­men­ter un physique déjà avan­ta­geux. C’est Peter Stein, connu pour ses mises en scène d’opéra (le festi­val Tchai­kovski à l’Opéra de Lyon par exemple), qui s’y colle, et vous pouvez lui faire confiance pour respec­ter à la lettre costumes, décors, didas­ca­lies. Point de surpris donc, uns mise en scène clas­sique pour une pièce clas­sique, c’est ce qui s’ap­pelle être raccord. Et pour la langue, c’est donc le Grand Lambert en Alceste qui s’at­telle à un des plus beaux textes de son auteur, amou­reux caché et tumul­tueux de la belle Céli­mène, incar­née par Pauline Chevil­ler. A leurs côtés, de grands seconds rôles comme Brigitte Catillon ou Jean-Pierre Malo. Forcé­ment de la belle ouvra­ge… L.H.

Le Misan­thrope de Molière. Mise en scène Peter Stein, avec Lambert Wilson. Vendredi 14 et samedi 15 février à 20h30 au Radiant-Belle­vue à Caluire. De 42 à 49 €. radiant-belle­vue.fr

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Food court à la lyon­naise

Sur place ou à emporter. Oubliez les food courts à la berlinoise, à la londonienne ou même à la gerlandaise comme La Commune. Oubliez ces immenses hangars industriels qui regroupent différents comptoirs de restauration sous des néons crus. Quand Tabata et Ludovic Mey, du restaura...