Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le théâtre fait sa poli­tique en musique

5 ans de poli­tique en 5x 1 heure, telle est l’am­bi­tion, déme­su­rée, de Hugues Duchêne : racon­ter les 5 dernières années de notre drôle de vie commune, avec en point de mire la désillu­sion poli­tique abso­lue, mais comme outil prin­ci­pal l’éner­gie peu commune d’une jeune troupe de théâtre. Du théâtre docu­men­taire archi-docu­menté (lui aussi vient de Sciences-Po), mais dyna­mité jusqu’à la jubi­la­tion par l’écri­ture de plateau. Le contraire d’un tract parti­san, avec même une auto­dé­ri­sion artiste qu’on a toujours guet­tée en vain dans les (nombreuses) tribunes de Juliette Binoche. Hugues Duchêne est le contraire d’un cynique, il a soif de comprendre et de parta­ger, et même s’il finit les 5h un peu essouf­flé par son fou projet à force de trop lire la presse le matin (comme nous), il pense et il écrit beau­coup plus que Chris­tophe Barbier (qui ne commet pas que des éditos, il fait aussi des pièces de théâtre)

Vanessa Bile-Audouard. (photos Simon Gosse­lin)

C’est plus marrant, en chan­tant

Mais surtout, cette poli­tique du déga­ge­ment en chan­son est des plus plus drôles et fait souvent mouche. Notam­ment lorsque Marianna Granci entonne en live le Manque d’amour plus vrai que nature de Juliette Arma­net alors qu’on voit défi­ler les scores verti­gi­neux du RN ville par ville sur une carte de France. De la grande à la petite histoire, l’hom­mage à Beetho­ven avec une sonate au Clair de Lune au violon décom­posé dont chaque note corres­pond à un mot de SMS de Benja­min Grivaux à sa femme reste un bijou d’or­fè­vre­rie audio­vi­suelle, et c’est lorsqu’il fait se répondre archives sonores ou visuelles et musique live que cette fête collec­tive de l’in­com­pré­hen­sion est au mieux de sa forme théâ­trale. Mentions spéciales à Vanessa Bile-Audouard en traves­tie natu­relle de Gaspard Gant­zer et Théo Comby-Lemaitre (photo), sparing part­ner idéal à tout faire, aussi drôle que Jean-Rémi Chaize. C’est tout à l’hon­neur des Céles­tins d’ou­vrir leur grande scène à un mara­thon théâ­tral aussi origi­nal. On a hâte (au théâtre) de retrou­ver l’épi­sode 6 annoncé pour mai 2022.

Je m’en vais, l’Etat demeure. Ecri­ture, concep­tion et mise en scène Hugues Duchêne. Jusqu’au samedi 29 mai au théâtre des Céles­tins, Lyon 2e. Inté­grale samedi 29 mai à 14h30. De 9 à 33 €. Place­ment libre. Réser­ver.

Un festi­val de danse gratuit cet été

Après la Biennale, la danse continue… Les festivités ne sont pas encore terminées que Dominique Hervieu a déjà un coup d’avance en lançant pour la première fois un festival de danse entièrement gratuit à découvrir dans l’espace public jusqu’au 8 juillet, et particulièrement dans ...

Le défilé de la Bien­nale aux couleurs de l’Afrique

C'est devant un public assis et dans le Grand Théâtre de Fourvière qu'a eu lieu le Défilé de la Biennale de la danse ce samedi 5 juin. Une première représentation avant les deux prévues ce dimanche après-midi, dans un format bien particulier : à la place du traditionnel défilé à ...

Sime­non : théâtre au grand jour

C’est un des plus beaux récits de Simenon, dont Mathieu Amalric avait tiré un film magnifique, La Chambre bleue. Un homme tiraillé entre deux femmes, jusqu’à l’implosion, avec cette folie qui couve à l’intérieur des vies en apparence ordinaires et dont Simenon avait le secret. Le...

« Onéguine est un hymne à la femme »

Grand traducteur du russe, André Markowicz raconte le roman de Pouchkine, monument du romantisme russe, à l'affiche du TNP tout le mois de juin dans une mise en scène de Jean Bellorini. Désormais indissociable de son binome Françoise Morvan, il nous offre une plongée dans le clas...