Sortir à Lyon
Partager cet article :

Luchini au bord du lac d’An­necy


Strea­ming gratuit. Qu’on soit bien d’ac­cord : le début du Genou de Claire d’Eric Rohmer se mérite, avec une actrice senten­cieuse dont on comprend à peine le texte qu’elle doit pronon­cer et qui appa­rem­ment n’avait pas encore appris à jouer si elle l’a fait depuis (on taira son nom par charité, et de toute façon, tout le monde l’a oubliée). Mais Le Genou de Claire est un film mythique. D’abord parce que les bords du lac d’An­necy n’ont jamais été aussi bien filmés ; la lumière et la couleur de la photo signées Nestor Almen­dros vous feront partir en voyage au bord de l’eau sans bouger de votre fauteuil, et c’est déjà beau­coup. Ensuite parce que l’éro­tisme de la scène qui donne son titre au film vous donnera immé­dia­te­ment l’en­vie de vous propo­ser pour aller cueillir des fruits auprès des agri­cul­teurs locaux, à défaut de pouvoir (encore) cares­ser des genoux. Enfin, vous y verrez la première appa­ri­tion au cinéma d’un certain Fabrice Luchini, en train d’ex­pliquer ce qu’est l’amour au bord du lac, avec déjà, sa narra­tion irré­sis­tible. Quand nous l’avons rencon­tré en septembre dernier pour Alice et le Maire, 50 ans après, il s’en souve­nait parfai­te­ment, en se sentant toujours très proche de cet érotisme des mots propre au XVIIIe siècle que véné­rait le réali­sa­teur : «  J’aime le plai­sir du texte plus que la violence de la révo­lu­tion, c’est mon côté conser­va­teur. » Il a toujours su gré à Eric Rohmer d’avoir donné sa chance à ce jeune homme un peu effé­miné et pas comme les autres. La suite lui a à l’évi­dence donné raison. La rencontre au sommet entre un des plus grands réali­sa­teurs français et Luchini est visible sur Arte, jusqu’au mois d’oc­tobre. Autant dire que vous allez pouvoir en jouir encore long­temps…

Le Genou de Claire d’Eric Rohmer avec Fabrice Luchini et Jean Claude-Brialy, tourné au lac d’An­necy est visible gratui­te­ment sur Arte << ici >>.

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Piquez une tête à la Tête d’Or !

C’est une idée qui avait germé l’été dernier au sein des équipes de la Ville : installer une piscine éphémère au parc de la Tête d’Or, au centre du vélodrome. Eh bien cet été, on pourra goûter la joie de faire des longueurs au coeur de du plus bel écrin de verdure de la ville. 2 ...

Bon plan [chez soi] Cinéma

Sabine vous emmène en vacances Quand on ne peut pas partir en vacances, autant s'y croire au cinéma ! C'est ce que vous propose Sabine Azéma lundi soir sur Arte en vous emmenant « un dimanche à la campagne ». Soit le plus beau de la veine « classique » de notre Bertrand Tavern...