Sortir à Lyon

Luchini au bord du lac d’An­necy


Strea­ming gratuit. Qu’on soit bien d’ac­cord : le début du Genou de Claire d’Eric Rohmer se mérite, avec une actrice senten­cieuse dont on comprend à peine le texte qu’elle doit pronon­cer et qui appa­rem­ment n’avait pas encore appris à jouer si elle l’a fait depuis (on taira son nom par charité, et de toute façon, tout le monde l’a oubliée). Mais Le Genou de Claire est un film mythique. D’abord parce que les bords du lac d’An­necy n’ont jamais été aussi bien filmés ; la lumière et la couleur de la photo signées Nestor Almen­dros vous feront partir en voyage au bord de l’eau sans bouger de votre fauteuil, et c’est déjà beau­coup. Ensuite parce que l’éro­tisme de la scène qui donne son titre au film vous donnera immé­dia­te­ment l’en­vie de vous propo­ser pour aller cueillir des fruits auprès des agri­cul­teurs locaux, à défaut de pouvoir (encore) cares­ser des genoux. Enfin, vous y verrez la première appa­ri­tion au cinéma d’un certain Fabrice Luchini, en train d’ex­pliquer ce qu’est l’amour au bord du lac, avec déjà, sa narra­tion irré­sis­tible. Quand nous l’avons rencon­tré en septembre dernier pour Alice et le Maire, 50 ans après, il s’en souve­nait parfai­te­ment, en se sentant toujours très proche de cet érotisme des mots propre au XVIIIe siècle que véné­rait le réali­sa­teur : «  J’aime le plai­sir du texte plus que la violence de la révo­lu­tion, c’est mon côté conser­va­teur. » Il a toujours su gré à Eric Rohmer d’avoir donné sa chance à ce jeune homme un peu effé­miné et pas comme les autres. La suite lui a à l’évi­dence donné raison. La rencontre au sommet entre un des plus grands réali­sa­teurs français et Luchini est visible sur Arte, jusqu’au mois d’oc­tobre. Autant dire que vous allez pouvoir en jouir encore long­temps…

Le Genou de Claire d’Eric Rohmer avec Fabrice Luchini et Jean Claude-Brialy, tourné au lac d’An­necy est visible gratui­te­ment sur Arte << ici >>.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

L’art de la récup’ subver­sive

De la styliste britannique Vivienne Westwood, on retient surtout la période punk, quand elle habillait les Sex Pistols et imprimait des T-shirts à message qui faisaient scandale. Ce qu’on sait moins, c’est que cette autodidacte s’est forgé une connaissance encyclopédique de l’his...

Ambro­nay, pas cher et parti­ci­pa­tif

C'est le dernier des festivals d'été habituellement et le premier qui aura bien lieu cette année. Le festival d'Ambronay a tout mis en oeuvre pour accueillir le public dans les meilleurs conditions possibles, sanitaires bien sûr, mais aussi au niveau du confort visuel. Vous pourr...

A couteaux tirés : mort sur le fil

Thrill comédie. Qui a tué Harlan Thombey, célèbre auteur de polars et patriarche plein de panache très lucide sur sa famille et l'appétit que sa fortune peut susciter (Christopher Plummer, impeccable). Après la vraie-fausse piste de l'accident ou du suicide, on le saura rapidemen...

Noir, c’est noir

Roman graphique. Rien ne va plus, sauf dans la BD. Ulysse et Gaspard Gry mettent le Monde en pièces dans un deuxième tome intitulé « Noir comme neige ». Un roman graphique visuellement impressionnant, dans lequel on voit passer quelques parodies médiatiques comme « Médiapartie »,...