Sortir à Lyon

24 ans, toujours prolo…

Passé par la réali­sa­tion TV depuis 2015 et son Crazy Amy,, Judd Apatow a pris un recul qui lui fait un bien fou sur son cinéma, dépas­sant désor­mais les person­nages d’ina­dap­tés régres­sifs auxquels se limi­taient un peu trop ses premiers films. Co-scéna­riste dans son propre rôle, Pete David­son, en est pour­tant un beau d’ina­dapté, orphe­lin d’un père pompier mort pour sauver des vies lors du 11 septembre, comique à ses heures atteint de la mala­die de Crohn. Apatow en tire un portrait natu­ra­liste d’éter­nel ado paumé et glan­deur, aussi drôle que touchant, mais il va cette fois beau­coup plus loin lorsque débarque le nouvel homme de sa veuve de mère, collègue de la caserne pater­nelle. Ce ménage à trois avec fils rebelle, tout en empa­thie et en ambi­guïté, est déjà un petit bijou de déli­ca­tesse, les deux rôles adultes réser­vant leur lot de surprises et de part d’ombre, loin de toute faci­lité.

Marisa Tomei, magni­fique mère tentée par le rema­riage.

Sur 2h15 qu’on ne voit pas passer, le film ne va cesser de gran­dir, s’élar­gis­sant en film choral pour finir par débou­cher sur un vrai beau portrait de l’Amé­rique low class d’aujourd’­hui, entre hôpi­taux et caserne de pompiers, l’air de rien au service des autres. Le portrait de ces banlieu­sards de Staten Island qui prennent le ferry pour aller travailler à New York sans jamais profi­ter d’une ville qui n’est pas pour eux (géniale scène subrep­tice à Times Square où les person­nages ne regardent rien).

Le frère et la soeur, Pete David­son et Maude Apatow.

C’est drôle, mal pensant et touchant tout le temps, sans le moindre misé­ra­bi­lisme. Bref, ce King qui porte bien son titre marque une forme d’abou­tis­se­ment dans l’oeuvre d’Apa­tow : non seule­ment il a gardé toute sa verve natu­ra­liste dans des dialogues et des person­nages haut en couleurs plus vrais que nature, mais en plus il atteint désor­mais à l’uni­ver­sel en faisant le portrait des margi­naux. Et si ce King of Staten Island était un des plus beaux films de l’an­née ?

The King of Staten Island de Judd Apatow (Eu, 2h17) avec Pete David­son, Marisa Tomei, Bill Burr, Bel Powley, Steve Buscemi, Maude Apatow… Dans les ciné­mas Pathé, UGC, CGR.

Pete David­son, chapeauté dans la caserne des pompiers par le génial Steve Buscemi.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Conver­sa­tion entre frères

uo. Il porte haut les couleurs de l’illustration à la française avec ses dessins drolatiques et colorés, faussement naïfs. Deux ans après l’exposition Le Week-end, Jean Jullien revient à la galerie Slika, toujours en compagnie de son frère Nicolas, vidéaste et musicien. Les deux ...

Le Point du jour veut faire société

Avant-première. « Artistes témoins », « artistes militants », « théâtre sans frontière »... la nouvelle saison du théâtre du Point du jour se veut plus engagée que jamais, affichant un manifestant masqué en équilibre surplombant un cortège de policiers en couverture de sa nouvell...