Sortir à Lyon

24 ans, toujours prolo…

Passé par la réali­sa­tion TV depuis 2015 et son Crazy Amy,, Judd Apatow a pris un recul qui lui fait un bien fou sur son cinéma, dépas­sant désor­mais les person­nages d’ina­dap­tés régres­sifs auxquels se limi­taient un peu trop ses premiers films. Co-scéna­riste dans son propre rôle, Pete David­son, en est pour­tant un beau d’ina­dapté, orphe­lin d’un père pompier mort pour sauver des vies lors du 11 septembre, comique à ses heures atteint de la mala­die de Crohn. Apatow en tire un portrait natu­ra­liste d’éter­nel ado paumé et glan­deur, aussi drôle que touchant, mais il va cette fois beau­coup plus loin lorsque débarque le nouvel homme de sa veuve de mère, collègue de la caserne pater­nelle. Ce ménage à trois avec fils rebelle, tout en empa­thie et en ambi­guïté, est déjà un petit bijou de déli­ca­tesse, les deux rôles adultes réser­vant leur lot de surprises et de part d’ombre, loin de toute faci­lité.

Marisa Tomei, magni­fique mère tentée par le rema­riage.

Sur 2h15 qu’on ne voit pas passer, le film ne va cesser de gran­dir, s’élar­gis­sant en film choral pour finir par débou­cher sur un vrai beau portrait de l’Amé­rique low class d’aujourd’­hui, entre hôpi­taux et caserne de pompiers, l’air de rien au service des autres. Le portrait de ces banlieu­sards de Staten Island qui prennent le ferry pour aller travailler à New York sans jamais profi­ter d’une ville qui n’est pas pour eux (géniale scène subrep­tice à Times Square où les person­nages ne regardent rien).

Le frère et la soeur, Pete David­son et Maude Apatow.

C’est drôle, mal pensant et touchant tout le temps, sans le moindre misé­ra­bi­lisme. Bref, ce King qui porte bien son titre marque une forme d’abou­tis­se­ment dans l’oeuvre d’Apa­tow : non seule­ment il a gardé toute sa verve natu­ra­liste dans des dialogues et des person­nages haut en couleurs plus vrais que nature, mais en plus il atteint désor­mais à l’uni­ver­sel en faisant le portrait des margi­naux. Et si ce King of Staten Island était un des plus beaux films de l’an­née ?

The King of Staten Island de Judd Apatow (Eu, 2h17) avec Pete David­son, Marisa Tomei, Bill Burr, Bel Powley, Steve Buscemi, Maude Apatow… Dans les ciné­mas Pathé, UGC, CGR.

Pete David­son, chapeauté dans la caserne des pompiers par le génial Steve Buscemi.

Dardenne éden

Ils ont révolutionné le cinéma à eux tous seuls : la caméra à l'épaule collée à la nuque de ses personnages, utilisée jusque dans le Elephant de Gus Van Sant, doit par exemple beaucoup à Rosetta (1999), Palme d'or qui sonnait comme une déflagration dans le cinéma contemporain. Il...

Bon plan [chez soi] Cinéma

Ciel, mon avion ! Vous voulez découvrir un des grands films oubliés du cinéma français ? Tourné en pleine guerre en 1943 à l'aéroport de Bron, Le Ciel est à vous est un grand film d'amour féministe : Charles Vanel, mécanicien, y boit des yeux sa femme Madeleine Renaud, qui inc...

La révé­la­tion Alexandre Léger

Dessin. Alexandre Léger a commencé en reproduisant en dessins des boites de médicaments anti-migraineux dont on trouve quelques reliques au début de son exposition au Musée d'art moderne et contemporain de Sainte-Etienne. C'est là qu'il faut donc aller pour découvrir l'univers de...