Sortir à Lyon
Partager cet article :

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Film Ondine

Le Ciné Mour­guet orga­nise une rencontre « Ciné Berlin » autour du cinéma alle­mand, projec­tion-débat autour du film Ondine de Chris­tian Petzold.

Tous ses films parlent d’amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Tran­sit, Chris­tian Petzold mettait en scène sans préve­nir un court récit de 1940 dans le monde d’aujourd’­hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfu­giés, persé­cu­tion, Résis­tance) venaient rattra­per une histoire senti­men­tale d’aujourd’­hui, avec un senti­ment d’étran­geté persis­tant que peu de films dégagent. Avec Ondine, il retrouve les envi­rons de Wupper­tal, son berceau natal en Rhéna­nie, pour abor­der avec la même trans­pa­rence trom­peuse le mythe de ces sirènes d’eau douce restées à quai parmi les hommes , à la suite d’une trahi­son amou­reuse. Il retrouve aussi la sublime Paula Beer, déjà dans Tran­sit, ouvrant le film par une scène de rupture amou­reuse (tran­si­toire), à la beauté ensor­ce­lante.

Le senti­ment du fleuve

Franz Rogowski au musée d’ar­chi­tec­ture de Berlin, à la recherche de son Ondine.

L’eau ne va pas tarder de faire irrup­tion à travers l’éclat d’un aqua­rium ou les séquences aqua­tiques au barrage de Wupper­tal à l’at­mo­sphère fantas­tique. Une histoire d’amour qui ne touche pas terre, voilà l’in­trigue de cette étrange conte de fées moderne. Toute la beauté du film de Chris­tian Petzold, c’est de nous immer­ger avant tout dans les senti­ments ambi­va­lents de ses person­nages, entre revanche et reconquête. Pas d’ef­fu­sion à la Kechiche (ouf), pas d’in­tel­lec­tua­li­sa­tion du conte, mais la beauté radieuse et grave de Paula Beer, aiman­tant la beauté de ses amants, les étrei­gnant jusqu’à la stran­gu­la­tion… Mais à travers cette femme conser­va­trice au musée d’ar­chi­tec­ture de Berlin, Petzold raconte aussi à travers des maquettes géantes de la ville l’his­toire d’une Alle­magne née de toute pièce après la guerre, liqui­dant son passé jusqu’à être dépour­vue d’his­toire. Être et avoir été, Ondine est aussi l’his­toire d’une Alle­magne sans ancre, incar­née dans la plus belle des héroïnes. C’est origi­nal, univer­sel et mysté­rieux. Peut-être le plus beau film de la rentrée. L.H.

Ondine de Chris­tian Petzold (All, 1h30) avec Paula Beer, Franz Rogowski, Jacob Matchenz, Maryam Zaree… Sortie le 23 septembre.

Ciné-Berlin. Mardi 29 septembre à 20h au Ciné Mour­guet à Sainte-Foy-lès-Lyon. Projec­tion de Ondine suivie d’un débat autour du cinéma alle­mand. Réser­ver << ici >>.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...