Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le cinéma Le Zola a 100 ans !

C’est une des salles de cinéma les plus actives et les plus ciné­philes de l’ag­glo. Le Zola à Villeur­banne avait déjà proposé un festi­val de reprises aux petits oignons pendant tout l’été, inti­tulé le « Zola summer camp », avec des grands films comme Detroit de Kathryn Bige­low ou des petits bijoux comme Panic sur Florida Beach de Joe Dante, série B cultis­sime en hommage à toutes les formes de cinéma. Depuis la petite salle villeur­ba­naise n’avait pas arrêté de propo­ser des rencontres et événe­ments. C’est d’ailleurs là qu’on a pu voir notre dernière avant-première en salle – La Nuée, le premier film d’hor­reur de Just Philip­pot, initia­le­ment prévu le 4 novembre, dont vous pouvez lire en ligne l’avant-critique dans notre dernier numéro. Confi­nés à nouveau, le Zola ne désarme toujours pas et conti­nue de propo­ser une sélec­tion de films rien qu’à lui sur La Toile, à dégus­ter tranquille­ment à la maison.

La salle du Zola aujourd’­hui, tout de bleu vêtue.

C’est long c’est court

Mais le Zola, c’est aussi la salle qui orga­nise le plus de festi­vals à l’an­née (le festi­val du Court, prévu en novembre, est pour le moment repoussé au début 2021), comme les Reflets du cinéma ibérique et latino-améri­cains, déjà repor­tés en raison du premier confi­ne­ment, ou le Ciné’O’C­lock, dédié au cinéma anglais. Bref, un cinéma de toutes les cultures qui, comme son grand frère du TNP à côté, aura tout juste 100 ans en ce mois de novembre fran­che­ment grisou. Jamais à court pour autant, l’as­so­cia­tion « Pour le cinéma » qui gère l’ani­ma­tion de la salle vient d’ou­vrir un blog pour racon­ter le fabu­leux destin du Family Cinéma – c’était son premier nom en 1920 lorsque l’écran était enco­re… peint sur le mur ! – rebap­tisé Le Zola en 1980, juste avant d’ac­cueillir L’Em­pire contre-attaque d’Ir­vin Kersh­ner, produit par un certain George Lucas. Vous pouvez lire toute l’his­toire des 100 ans du Zola sur le blog L’Emile Cinéma.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...