Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le cinéma Le Zola a 100 ans !

C’est une des salles de cinéma les plus actives et les plus ciné­philes de l’ag­glo. Le Zola à Villeur­banne avait déjà proposé un festi­val de reprises aux petits oignons pendant tout l’été, inti­tulé le « Zola summer camp », avec des grands films comme Detroit de Kathryn Bige­low ou des petits bijoux comme Panic sur Florida Beach de Joe Dante, série B cultis­sime en hommage à toutes les formes de cinéma. Depuis la petite salle villeur­ba­naise n’avait pas arrêté de propo­ser des rencontres et événe­ments. C’est d’ailleurs là qu’on a pu voir notre dernière avant-première en salle – La Nuée, le premier film d’hor­reur de Just Philip­pot, initia­le­ment prévu le 4 novembre, dont vous pouvez lire en ligne l’avant-critique dans notre dernier numéro. Confi­nés à nouveau, le Zola ne désarme toujours pas et conti­nue de propo­ser une sélec­tion de films rien qu’à lui sur La Toile, à dégus­ter tranquille­ment à la maison.

La salle du Zola aujourd’­hui, tout de bleu vêtue.

C’est long c’est court

Mais le Zola, c’est aussi la salle qui orga­nise le plus de festi­vals à l’an­née (le festi­val du Court, prévu en novembre, est pour le moment repoussé au début 2021), comme les Reflets du cinéma ibérique et latino-améri­cains, déjà repor­tés en raison du premier confi­ne­ment, ou le Ciné’O’C­lock, dédié au cinéma anglais. Bref, un cinéma de toutes les cultures qui, comme son grand frère du TNP à côté, aura tout juste 100 ans en ce mois de novembre fran­che­ment grisou. Jamais à court pour autant, l’as­so­cia­tion « Pour le cinéma » qui gère l’ani­ma­tion de la salle vient d’ou­vrir un blog pour racon­ter le fabu­leux destin du Family Cinéma – c’était son premier nom en 1920 lorsque l’écran était enco­re… peint sur le mur ! – rebap­tisé Le Zola en 1980, juste avant d’ac­cueillir L’Em­pire contre-attaque d’Ir­vin Kersh­ner, produit par un certain George Lucas. Vous pouvez lire toute l’his­toire des 100 ans du Zola sur le blog L’Emile Cinéma.

KV1 : Kaame­lott raconté par Astier

Votre film Kaamelott ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français : un croisement original entre comédie populaire, film d’auteur et saga avec une grande ambition esthétique, pour l’image comme pour la musique… Alexandre Astier : “Au fond des choses, je ne vois pas ce ...

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...