Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’Ombre de Staline, à voir en Vod

L'ombre de Staline

Un dernier film en Vod avant la réou­ver­ture des ciné­mas ? Puisqu’il fait froid, autant partir pour les grands froids sovié­tiques avec L’Ombre de Staline, thril­ler histo­rique levant le voile sur l’Ho­lo­mo­dor, l’ex­ter­mi­na­tion par la faim déci­dée par le régime stali­nien. Hale­tant et instruc­tif.

Après avoir inter­viewé Hitler, le jeune jour­na­liste britan­nique Gareth Jones se débrouille pour rejoindre Moscou en 1933, en voulant cette fois inter­vie­wer Staline. Il va surtout être le premier à décou­vrir l’Holo­do­mor, l’ex­ter­mi­na­tion par la faim orches­trée par Staline en Ukraine, avant d’être assas­siné l’an­née suivante, premier lanceur d’alerte sur les atro­ci­tés perpé­trées par le Soviet suprême. Cons­truit à la façon d’une enquête jour­na­lis­tique (Agnieszka Holland est fille de jour­na­listes), le film prévient d’en­trée de jeu vouloir être « une simple histoire racon­tée à tout le monde  », pas un récit des « mons­truo­si­tés » du Soviet supreme.

Oeuvre femme. Oeuvre de vulga­ri­sa­tion au meilleur sens du mot, ce film de femmes (il est aussi écrit par une jeune scéna­riste, Andrea Chalupa) prétend faire entrer dans l’ima­gi­naire collec­tif un récit histo­rique encore par trop méconnu, magni­fique­ment recons­ti­tué, de la même façon qu’A­gnesz­kia Holland fut une des premières réali­sa­trices à abor­der dans Europa, Europa (1990) l’Ho­lo­causte à l’in­té­rieur d’une fiction, trois ans avant La Liste de Schind­ler. Cinéaste poli­tique et grand public, sans la moindre déma­go­gie, elle filme une nouvelle fois ici l’angle mort d’un monde occi­den­tal égoïste et corrompu qui n’a pas voulu voir ce qu’un « lanceur d’alerte » de l’époque lui mettait pour­tant sous les yeux (le New York Times étouf­fera la vérité). Le cinéma de la polo­naise, ancienne assis­tante de Wajda, fait preuve d’au­tant de savoir-faire dans la recons­ti­tu­tion, que d’une humi­lité salva­trice pour racon­ter ce « simple récit » comme l’ap­pelle la réali­sa­trice, méca­nique infer­nale condui­sant à étouf­fer les pires réali­tés à force de désin­for­ma­tion orches­trée par la propa­gande poli­tique.

Oeuvre utile. Le film y gagne en impact, suscep­tible de toucher le plus grand nombre, même s’il y perd un peu en inten­sité dans sa seconde partie tour­née dans les plaines ukrai­niennes (en citant Orwell), ne souhai­tant pas appro­cher le calvaire de Gareth Jones et les souf­frances de trop près. Mais conser­vant tout du long un point de vue honnête et docu­menté, il sera resté fidèle à son héros : il n’y est jamais ques­tion de Staline pas plus que de Hitler, mais bien de l’his­toire vécue par le plus grand nombre, à l’ombre de la grande Histoire. Après Europa, Europa ou Le Complot sur l’as­sas­si­nat du prêtre Popie­luszko à l’époque de Soli­da­ri­nosc (tourné à Villeur­banne), Agnieszka Holland aura une nouvelle fois porté à la connais­sance de tous un sujet rare­ment traité au cinéma. En prime, on y découvre l’idéo­lo­gie bien pensante du pres­ti­gieux New York Times, allant jusqu’à traves­tir la réalité en fake news, qui sévit encore aujourd’­hui… Instruc­tif à tous points de vue.

L’Ombre de Staline d’Agnieszka Holland (Mr Jones, UK-Rus-Ukr, 1h58) avec James Norton, Vanessa Kirby, Peter Sars­gaard…

Désor­mais dispo­nible en Vod sur la plupart des plate­formes.

Agnieszka Holland

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...