Sortir à Lyon
Partager cet article :

New York 1997 de Carpen­ter gratuit sur Arte

C’est la classe abso­lue de la série B améri­caine, avec musique synthé­tique maison du maître John Carpen­ter, compo­si­teur pour ses propres films en plus d’être cinéaste. On retrouve Kurt Russell au 50e étage du World Trade center dans un Manhat­tan apoca­lyp­tique devenu une île-prison emmu­rée. Mani­pulé par un Lee Van Cleef magné­tique, il aura 24h pour sauver sa peau et celle de Donald Plea­sance en Président des Etats-Unis. En 1981, John Carpen­ter imagine 1997 en version SF dans une ambiance apoca­lyp­tique aux maquettes poétiques. Il n’a pratique­ment pas tourné à New York, à part dans les ruines de théâtres de Broad­way pour une scène de caba­ret surna­tu­relle, ou dans la relique du Madi­son Square Garden pour un combat archaïque à mains nues entre deux brutes. Non seule­ment ce génial trip vintage est loin d’avoir vieilli, mais il a même imaginé en pres­cience la chute d’un planeur du toit du World Trade Center. A quatre ans près, Carpen­ter imagi­nait le 11 septembre avant l’heu­re… Cultis­sime. L.H.

Bande annonce du film de John Carpen­ter sorti en 1981.

New York 1997 de John Carpen­ter (Escape from New York, EU, 1981, 1h39) avec Kurt Russell, Lee Van Cleef, Donald Plea­sance, Adrienne Barbeau, Isaac Hayes… Sur Arte le lundi 7 juin à 20h55 et en replay dès main­te­nant.

Un dessin animé à donner le vertige

On a rarement été autant emballé par un film d'animation, pour adulte qui plus est. Adapté par Patrick Imbert du manga de Jirô Taniguchi, qui est lui-même une adaptation d’un feuilleton à succès paru dans la presse japonaise dans les années 90, Le Sommet des dieux est une réussit...

« Tout s’est bien passé » pour André Dussol­lier

François Ozon adapte le récit autobiographique d’Emmanuèle Berheim en conservant tous les noms (on reconnaît Serge Toubiana de la Cinémathèque). C’est Sophie Marceau, grave et radieuse à la fois, qui endosse le rôle de cette sœur d’une grande famille parisienne, chargée d’organis...

Dune, splen­deur visuelle et glou­bi­boulga

En général, il faut se méfier quand un film se termine au bout de 2h30 par ces mots : “ce n’est qu’un début”. D’abord, parce que ça veut souvent dire qu’il n’a que trop durer, ensuite parce que dans le cas présent on a bien compris que du sable, on allait encore en manger (ce n’e...

Laurent Lafitte, l’ori­gine de l’im­monde

Il y sera question de sexualité… dans le noir, pendant un long dialogue introductif pour savoir qui a joui. Une fois la lumière allumée, le film va renoncer peu à peu à tout ce qui aurait pu faire son originalité : une sexualité troublée malgré 17 ans de vie conjugale, une filiat...