Sortir à Lyon
Partager cet article :

House of Gucci, le nouveau Ridley Scott en satire féroce

Deux mois à peine après la grande fresque du Dernier duel (lire notre critique) , Ridley Scott montre toute l’éten­due de son talent en chan­geant tota­le­ment de registre, pour une farce sur l’em­pire Gucci, qui frise le bon goût sans jamais y tomber. Car il s’agit bien d’une satire, menée tambour battant sur un best of des plus grands tubes des années 80–90, de Milan à New York. Déca­dence à tous les étages mais point de gran­deur dans cette famille d’idiots et de monstres froids, portés par deux oncles haut en couleurs qui vont répar­tir l’hé­ri­tage : Jeremy Irons, distant et mali­cieux et un Al Pacino en grande forme, chaleu­reux mais bien­tôt floué…

Adam Driver et Lady Gaga, couple ciné­ma­to­gra­phique parfait

Le luxe n’est qu’ap­pa­rence et la famille une malé­dic­tion. En mora­liste désin­volte, Ridley Scott filme l’his­toire vraie de cette parve­nue mariée à un fils resté à part, avec un cynisme à la fois résolu et amusé, de la première passion de ce jeune homme un peu trop intro­verti à la haine de classe quand l’em­pire s’ef­fon­drera autour da la pronon­cia­tion du divorce. Le couple ciné­ma­to­gra­phique entre une Lady Gaga toujours aussi à l’aise, navi­guant entre beauté et laideur, racines popu­laires et ambi­tion lucide, et un Adam Driver énig­ma­tique, toujours en retrait mais restant le fils le plus orgueilleux de la famille, fonc­tionne parfai­te­ment. C’est ce qui fait tout le sel de ce soap opera ciné­ma­to­gra­phique parfait pour un samedi soir, ne prenant jamais la tragé­die fami­liale au sérieux, et main­te­nant pour autant en perma­nence ses acteurs dans l’am­bi­va­lence, jusque dans les seconds rôles (avec notam­ment notre Camille Cottin natio­nale). L’iro­nie de la BO jusqu’au moment du procès final en est la plus parfaite illus­tra­tion.

House of Gucci de Ridley Scott (EU-Can, 2h37) avec Adam Driver, Lady Gaga, Al Pacino, Jeremy Irons, Jared Leto… Sortie le 24 novembre.

Ridley Scott sur le tour­nage de House of Gucci (Fabio Lovini pour la Metro). Il est désor­mais entrain de tour­ner Fitbag avec Joaquin Phoe­nix en Napo­leon.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...