Sortir à Lyon
Partager cet article :

Douleur et gloire, un des plus beaux films d’Al­mo­do­var, gratuit sur Arte

Antonio Banderas dans Douleur et Gloire d'Almodovar.
Antonio Banderas, alter ego d'Almodovar dans Douleur et gloire.

Depuis La Piel que habito, son dernier grand film, Almo­do­var a troqué ses derniers restes d’ex­cen­tri­cité pour la dépres­sion. Après les teintes grises du sinistre Julietta, il retrou­vait avec Douleur et gloire les couleurs qui ont fait sa marque de fabrique. Jusqu’à enjo­li­ver chaque scène de flash­back, multi­pliant les poupées gigognes et les mises en abime, citant un à un tous ses films, des lavan­dières de Volver au cinéaste de La Loi du désir, en passant par le retour de sa maman. On a craint un instant le film rétros­pec­tif se complai­sant autour de sa panne d’ins­pi­ra­tion. Sans narcis­sisme ni conces­sion, c’est tout le contraire qui va se produire dans cet auto­por­trait en état de grâce. Même sa mala­die devient un vertige visuel dans une séquence graphique de toute beauté, jouant avec les radio­gra­phies comme autant de cartes vecteurs à son imagi­na­tion.

Salva­dor Mallo (Anto­nio Bande­ras)

Le corps mature d’An­to­nio Bande­ras

Peu à peu, le film renaît après avoir accepté sa « douleur », jusqu’à l’épi­pha­nie du « premier désir », magni­fiée par un dessin d’en­fance aussi enivrant qu’une made­leine de Proust retrouvé dans une gale­rie. Ce qui n’au­rait pu être qu’une confes­sion masquée des affres de la créa­tion (drogue, mala­die, absti­nence) devient la renais­sance par l’ima­gi­naire de celui qui n’aura jamais su être l’ar­tiste de sa propre vie. C’est ce qui rend ce film conju­rant le mal de vivre aussi univer­sel. Pour ce person­nage en creux ni tout à fait lui-même ni tout à fait un autre, Almo­do­var accom­plit un trans­fert de toute beauté à travers le corps mature d’Anto­nio Bande­ras, émou­vant à chaque batte­ment de cil, se réap­pro­priant la barbe et les gestes fati­gués de Pedro devenu “Salva­dor” avec une triste tendresse. Du retour à l’en­fance de l’art aux amours qu’il n’a pu empê­cher de mourir, ravi­vées le temps d’un baiser, il se pour­rait bien qu’il aient signé ensemble leur chef-d’oeuvre, en pleine « gloire ».

Douleur et Gloire de Pedro Almo­do­var (2019, Esp, 1h53) avec Anto­nio Bande­ras, Leonardo Sbara­glia, Pene­lope Cruz, Asier Etxean­dia, Nora Navas, Ceci­lia Roth.. Dimanche 8 mai à 20h55 sur Arte. Lire aussi notre critique de Madres Para­le­las, dispo­nible en Vod.

Avec KRAKEN, Les Subs inau­gurent la plus grande terrasse de la ville

  Les Subs ont inauguré la plus grande terrasse de la ville (500 places) au pied d’une oeuvre monumentale pas comme les autres, le Kraken, dont les tentacules de plus de 15 mètres de haut passent même par-dessus le bâtiment originel des Subsistances. Fruit de l’imagination des...

Deux moi, le dernier Klapisch gratuit sur France 2

Depuis Chacun cherche son chat (1996), comme pas mal d'auteurs, Cédric Klapisch fait peu ou prou à peu près toujours le même film : un portrait de groupe mâtiné de ce qu'on appelle « l'air du temps ». En plus d'un chat perdu, on retrouve ses qualités (et un peu ses défauts) dans ...

Le saviez-vous ? William Klein a 90 ans !

Lors d'une exposition dans le monde d'avant, la galerie est noire de monde. Une étudiante des Beaux-Arts un peu trop fan perd ses nerfs et provoque un début de bagarre. William Klein a oublié son appareil, se rue sur le Leica d'un spectateur médusé et se met à déclencher. Catheri...

Conne­mara, le nouveau roman de Nico­las Mathieu

Son nouveau roman pourrait être la suite de son prix Goncourt en 2018, Leurs enfants après eux. Ou comment deux quadras originaires des environs de Nancy mais aux destinées professionnelles différentes vont retrouver souffle à travers une liaison. Les scènes de sexe, contagieuses...