Sortir à Lyon
Partager cet article :

Coupez ! Le nouveau film de zombies d’Ha­za­ni­vi­cius avec un Romain Duris génial

Romaind Duris dans Coupez ! de Michel Hazanavicius
Romain Duris dans la nouvelle comédie de zombie de Michel Hazanavicius

Ciné­phile gour­mand, Michel Haza­na­vi­cius a toujours rendu hommage au cinéma dans tous les genres (OSS, Le Redou­table autour de Jean-Luc Godard ou évidem­ment The Artist, projet archi-gonflé d’un film muet en noir et blanc qui s’est retrouvé in fine avec 5 Oscars). Ici, il s’at­taque non pas à un remake du film de zombie japo­nais Ne Coupez pas ! mais à une comé­die de tour­nage autour d’un vrai-faux remake de film de zombies… (vous suivez ?). Peu importe les mises en abîme,si vous n’ai­mez pas les films de zombie au sang qui gicle (comme le vomi), atten­dez patiem­ment la fin de la première demi-heure tour­née comme un plan séquence de série Z : toujours aussi bosseur, Haza­na­vi­cius a construit son film en trois temps distincts : la vraie-fausse série Z aux couleurs trash satu­rées façon Gaspar Noé (qu’on voit dans la bande-annonce), le flash­back sur la prépa­ra­tion qui va mener à ce tour­nage cala­mi­teux, et le retour au premier film mais cette fois vu de l’équipe du film.

Un tour­nage un peu parti­cu­lier en effet… (photos Lisa Ritaine)

Du jamais vu dans le cinéma français

Bien sûr, il y a parfois trop de tout, mais comme avec OSS 117 à l’époque, Haza­na­vi­cius tente une nouvelle fois ce qui ne s’était jamais vrai­ment trop fait dans le cinéma français : un véri­table hommage au genre et au grand bordel de faire des films, avec un scéna­rio origi­nal et des surprises (Grégory Gade­bois, qu’on vous laisse décou­vrir), et comme dans Le Redou­table, une bonne dose d’au­to­dé­ri­sion pour se moquer de ce petit milieu égocen­tré, du jeune acteur en vogue qui a plus de postures poli­tiques que d’idées de jeu (Finne­gan Oldfield, sans doute pas dans un rôle de compo­si­tion) aux rapports aléa­toires avec une produc­trice japo­nais tota­le­ment survol­tée… tant qu’on ne lui parle pas de Pearl Harbor. Avec un joli clin d’oeil à la jeunesse fémi­nine (très beaux person­nages secon­daires de la fille du réal et la scripte), en termi­nant son film à la façon d’une comé­die fami­liale.

Romain Duris, Béré­nice Béjo et Simone Haza­na­vi­cius, la propre fille du réali­sa­teur.

Romain Duris, acteur d’ex­cep­tion

Aupa­ra­vant, après Jean Dujar­din, il aura su à nouveau susci­ter une rencontre au sommet avec un autre des grands acteurs d’aujourd’­hui, Romain Duris, qui a voulu tout de suite tour­ner avec lui. Ils ont eu raison tous les deux : en réali­sa­teur à bout de nerfs distri­buant ses baffes en même temps qu’il tourne à ses acteurs telle­ment insup­por­tables, comme en père timoré compo­sant avec la produc­tion ou se faisant remettre en place par sa fille, il est en tout point excep­tion­nel : le meilleur acteur du film, c’est bien le réali­sa­teur ! Pas sûr que ce rôle lui vaille le César qu’il mérite vu la frilo­sité du cinéma français pour les films de genre, ni que le film fasse beau­coup d’en­trées dans l’hexa­gone. En revanche, c’est tout à l’hon­neur du festi­val de Cannes de program­mer une pure comé­die vrai­ment ciné­phile qui a toute sa place en ouver­ture. D’au­tant que le cinéma de genre, lui, est facile à expor­ter. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Coupez ! de Michel Haza­na­vi­cius (Fr, 1h51) avec Romain Duris, Béré­nice Béjo, Grégory Gade­bois, Finne­gan Oldfield, Simone Haza­na­vi­cius, Agnès Hurs­tel, Lyès Salem… Sortie le 18 mai. Lire aussi la critique de François Mailhes.

Béré­nice Béjo, façon Kill Bill. (photo Lisa Ritaine)

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...