Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’Opéra de Lyon inves­tit le Châte­let avec le Messie, son grand spec­tacle des fêtes

On n’en­tend jamais ou presque en France les grands opéras de Haen­del (il en a composé 39 !), mais par contre, il ne se passe pas une saison sans que soit donné Le Messie, une œuvre qui n’a jamais quitté le réper­toire depuis sa créa­tion en… 1742. Écrit en moins d’un mois avec l’ha­bi­leté habi­tuelle de son compo­si­teur, The Messiah n’a pour­tant rien de l’œuvre offi­cielle que la légende en a fait. Haen­del est un peu l’anti-Bach. Contrai­re­ment aux Passions du grand Jean-Sébas­tien par exemple, ses orato­rios étaient desti­nés à être joués en public dans des salles de concert, par des chan­teurs souvent issus du théâtre et de l’opéra. Ils avaient beau (parfois) partir d’un texte reli­gieux (ici la Bible par Charles Jennens), ils étaient d’une certaine façon dépla­cés à l’église plutôt que prévus pour elle, et les révé­rends de l’époque n’ont pas manqué de trou­ver les basses rock’n’­roll et les choeurs dansés du Messie fran­che­ment inap­pro­priés au lieu, un peu comme du gospel avant l’heure. C’est à Dublin pour un concert cari­ta­tif au profit d’une œuvre de bien­fai­sance, à la façon des Enfoi­rés d’aujourd’­hui, que Haen­del composa son plus grand tube avec l’Halle­lujah, alors qu’il venait d’ar­rê­ter l’opé­ra… Une forme de nostal­gie pour ce fou lyrique : Le Messie est d’ailleurs struc­turé en trois parties comme un orato­rio profane italien (Prophé­tie et nati­vité / Sacri­fice de Jésus / Victoire de l’âme chré­tienne sur la mort).

La scéno­gra­phie signée Debo­rah Warner pour Le Messie. (photos Bertrand Stofleth)

Gospel avant l’heure

Mais l’Halle­lujah, si vous l’avez sans doute déjà entendu, vous ne l’au­rez jamais vu comme ça, mis en scène par la formi­dable Debo­rah Warner, à qui on devait déjà la produc­tion de réfé­rence de Didon et Enée à Vienne avec les Arts floris­sants de William Chris­tie. C’est la saison des marron­niers : reprise de 2012, cette produc­tion de l’En­glish natio­nal Opera déjà donnée à l’Opéra de Lyon ne cherche pas à trans­for­mer un orato­rio en opéra, mais à rendre vie à une œuvre au souffle débor­dant. Elle sera aussi reprise au théâtre du Châte­let pour dix jours à partir du 19 janvier, avec les choeurs et orchestre de l’Opéra de Lyon.

Le Messie de Haen­del mis en scène par Debo­rah Warner. Direc­tion musi­cale Stefano Monta­nari. Orchestre, choeurs et maîtrise de l’Opéra de Lyon. Du sam 13 décembre au dim 2 janvier 2022 à 19h30 (dim 16h) à l’Opéra de Lyon, Lyon 1er. De 10 à 110 €. Au théâtre du Châte­let à Paris à partir du 19 janvier.

Le meilleur de Beetho­ven à l’Au­di­to­rium de Lyon

Un demi-siècle dans l'oeuvre monumentale de Beethoven, voilà le parcours exceptionnel de Rudolph Buchbinder qui a tout interprété de ce qu'un pianiste peut jouer du grand Ludwig : l'intégrale des sonates et des concertos, et sans doute plus de fois que vous n'avez eu d'anniversai...

Commen­cez l’an­née avec le grand piano de Genui­sas !

On aura rarement vu un jeune pianiste avoir une force de concentration, un dévouement à la musique aussi intenses, en même temps qu’une fougue hors du commun. Et pourtant, Lukas Geniusas ne force pas, ne démontre jamais, il chante tout le temps. Un croisement aussi impressionnant...

La Chauve-Souris, le grand concert vien­nois du Nouvel An

“Mieux vaut être schizophrène que tout seul !” Voilà le beau programme de La Chauve-souris de Johann Strauss, l’opérette viennoise par excellence dont l'esprit pétillant reflète sans cesse un fond beaucoup plus sombre, comme dans les grandes comédies. Tout y est alerte, rassurez-...

Les chants de Noël en grand orchestre avec l’ONL

La tradition de Noël, c'est l'Amérique ! Et l'ONL s'y connaît dans le genre : pour son grand retour à l'Auditorium de Lyon, l'ancien directeur musical Leonard Slatkin - dont les parents jouaient au Hollywood Quartet et fréquentaient Frank Sinatra - a concocté un programme américa...