Sortir à Lyon

Lévi-Strauss en carton-pâte

Cathe­rine Deneuve, Vincent Dedienne et Jona­than Cohen dans une même comé­die au fin fond de la jungle, voilà qui promet­tait d’être aussi casse-cou que réjouis­sant… et ça fonc­tionne! Un pied dans l’ab­surde, l’autre dans le film de jungle, ce tout premier long-métrage d’un duo de jeunes réali­sa­teurs prend le film d’aven­ture à rebrousse-poil en racon­tant les tribu­la­tions d’un jeune anthro­po­logue naïf qui découvre qu’une tribu indienne dispa­rue s’est trans­for­mée en bande de cher­cheurs d’or junkies et accrocs à la junk food…  

Cathe­rine Deneuve, mère castra­trice à la recherche de son fils

S’ins­pi­rant aussi bien d’OSS 117 que de la veine absurdo-fantai­siste d’un certain cinéma français qui n’ar­rête pas de faire des petits (on pense bien-sur à La Loi de la jungle de Peretjatko), cette Terrible Jungle réus­sit à main­te­nir un déli­cat équi­libre comique grâce à des dialogues bien écrits et toujours désta­bi­li­sants mais qui évitent le sérieux intello d’un Quen­tin Dupieu: certes, le scéna­rio tourne en déri­sion la pollu­tion comme le colo­nia­lisme ou la mondia­li­sa­tion, mais plus par amour de l’ab­surde que pour adres­ser une véri­table critique des travers de notre monde. 

La folie Cohen

Jonathan Cohen dans Terrible Jungle
Jona­than Cohen, gendarme à côté de la plaque

Si le film fonc­tionne, c’est surtout grâce à sa bande d’ac­teurs en super-forme. Vincent Dedienne utilise toutes ses ressources physiques pour partir en vrille mais se retrouve presque évincé par un Jona­than Cohen qui campe un gendarme à côté de la plaque, au milieu d’une bande de boy-scouts en shorts moulants, et dont la folie est prête à explo­ser à chaque plan. Mais La vraie aven­tu­rière, c’est elle, Cathe­rine Deneuve. La star française conti­nue de prendre tous les risques en accep­tant de tour­ner avec de jeunes réali­sa­teurs et acteurs, loin de son univers ciné­ma­to­gra­phique d’ori­gine, et en leur lais­sant toute la place. Chapeau bas.

Terrible Jungle de Hugo Bena­mo­zig, David Cavi­glioli (France, 1h31). Avec Cathe­rine Deneuve, Vincent Dedienne, Alice Belaï­di… Dans les prin­ci­paux ciné­mas Pathé, UGC etc.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

« Tenet » : effa­cer l’his­to­rique !

Christopher Nolan a toujours aimé à la fois les scènes d'action les plus réalistes possibles (Dunkerque), usant le moins possible d'images synthétiques, mais en les plongeant au milieu des scénarios les plus alambiqués possibles, si possible en multipliant les faux-semblants les ...

Beat gene­ra­tion

Folk. Menée par la chanteuse et guitariste Adrianne Lenker, le quatuor américain Big Thief a sorti deux disques coup sur coup en 2019, comme il l’avait déjà fait en 2017. Une productivité impressionnante d’autant plus que le contenu de ces quatre disques est extraordinairement ri...