Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bruno Reidal, l’his­toire vraie de l’ado gay tueur d’en­fants

Bruno Reidal Confession d'un meurtrier de Vincent Le Port.
Dimitri Doré et Tino Vigier au milieu de la nature du Cantal dans Bruno Reidal.

C’est assez éton­nant de voir sortir la même semaine deux films sur l’en­fance qui se déroulent en 1905. Deux films aussi diffé­rents que Le Temps des secrets, adapté de Pagnol, et ce Bruno Reidal, premier film radi­cal et beau de Vincent Le Port. Le premier idéa­lise les souve­nirs d’an­tan dans un beau livres d’image fami­lial. Le second s’ouvre sur la déca­pi­ta­tion d’un jeune pâtre de douze ans par un ado de 17, qui confond jouis­sance et crime quand il s’agit de garçons… Pas du tout le même trip, donc. La voix-off, assez rédhi­bi­toire (voix morne avé l’assent méri­dio­nal, prin­ci­pal défaut du film), suit les véri­tables mémoires du jeune Bruno Reidal sept ans après les faits, bien­tôt interné dans l’asile où il finira ses jours, à 30 ans, après que son cas ait été étudié par un certain Alexandre Lacas­sagne, profes­seur à la faculté de méde­cine de Lyon.

Sous le feu des ques­tions du profes­seur Lacas­sagne

Au milieu d’une recons­ti­tu­tion âpre et lumi­neuse du Cantal du début du XXe siècle, Vincent Le Port montre tout crûment mais sans la moindre complai­sance, avec la même séche­resse qu’un Bres­son ou le Pialat de Sous le soleil de Satan. Abus sexuels et crimes sur enfants, mépris et jalou­sie socia­le… Il expose mais ne résout jamais l’énigme auto­bio­gra­phique, histo­rique­ment passion­nante, d’un enfant intel­li­gent qui a mangé de la vache enra­gée, se masturbe plus que de plai­sir et trouve un exutoire à la phobie de sa propre homo­sexua­lité quand il regarde les jeunes dandys plus nantis que lui, en leur coupant la tête… « Les scènes de meurtres sont pour moi pleines de charme », dira celui qui se consti­tue prison­nier, répond froi­de­ment à toutes ses moti­va­tions et ne se consi­dère ni fou ni crimi­nel, en pensant expier ses fautes par la prière.

A la façon de Sous le soleil de Satan de Berna­nos adapté par Pialat.

Olivier Messiaen et la nature

Jamais glauque, jamais psycho­lo­gique, avec une méca­nique de narra­tion impla­cable, Vincent Le Port recons­ti­tue cette énigme d’un des premiers assas­sins mineurs au plus près de faits, en faisant respi­rer la nature sur des musiques de Messiaen. Avec un acteur habité, Dimi­tri Doré, quand le réali­sa­teur ne l’oblige à fron­cer les sour­cils. Un premier film gonflé qui prend tous les risques et en maîtrise la plupart. A voir.

Bruno Reidal (Confes­sion d’un meur­trier) de Vincent Le Port (Fr, 1h41) avec Dimi­tri Doré, Roman Ville­dieu, Jean-Luc Vincent, Tino Vigier… Sortie le 23 mars. Inter­dit aux moins de 16 ans.

Avec son Asté­rix, Canet copie Chabat en plus nul

Après Claude Zidi, Alain Chabat et Laurent Tirard, Guillaume Canet s’attaque à la bande dessinée culte de Goscinny et Uderzo avec Astérix et Obélix, L'Empire du milieu. Une adaptation poussive avec un duo principal décevant, malgré les seconds rôles qui raviront les enfants. K...

Un petit frère, le nouveau film de toute beauté de Leonor Saraille

Après Jeune femme, son beau premier film, Léonor Saraille signe un second long-métrage encore plus ambitieux, portrait d’une famille immigrée originaire de Côte d’Ivoire sur plusieurs dizaines d’années. A la façon du Boyhood de Richard Linklater mais dans un contexte on ne peut p...

Pour la France avec Karim Leklou, un petit film pour un grand sujet

Malgré un titre ronflant, Rachid Hami s'arrête un peu trop à l'anecdote du portrait de famille dans son film Pour la France, avec un Karim Leklou en alter-ego de son réalisateur. Mouais... Aïssa, le frère cadet d'une famille algérienne qui souhaitait s'engager pour son pays, n...