Sortir à Lyon
Partager cet article :

On a vu le nouveau Juras­sic world le Monde d’après, et c’est la cata !

Jurassic Wrold Le Monde d'après, dernier de la trilogie Jurassic.
Une drôle de course poursuite moto / dinosaures dans Jurassic World 3.

Après le dysfonc­tion­ne­ment de deux parcs d’at­trac­tions remplis de dino­saures rame­nés à la vie par le miracle de la géné­tique, ces derniers ont pris leurs aises et se sont répan­dus sur la planète, coha­bi­tant tant bien que mal avec les autres espèces. L’idée de départ est allé­chante, et cet opus labo­rieux se veut le feu d’ar­ti­fice final à une deuxième trilo­gie juras­sique. Malheu­reu­se­ment, il cumule toutes les tares des médiocres masto­dontes holly­woo­diens du moment : sur-produit, sous-écrit… et long comme l’ère glaciaire ! Il se contente de quelques clins d’œil faus­se­ment complices pour faire battre les petits cœurs nostal­giques à peu de frais (ici trois pauvres notes de piano en évoca­tion du superbe score origi­nal de John Williams), exploi­tant avec un cynisme fainéant une fran­chise jusqu’à la vider de toute vita­lité.

Un bébé Gigan­to­sau­rus sur le museau d’un Moros Intre­pe­dius (faites nous confiance)

Coup de taser sur les dino­saures

Dans ce mélange impro­bable de mauvais film d’es­pion­nage et de thril­ler écolo­gique mou du genou, un réali­sa­teur aux abon­nés absents laisse des tech­ni­ciens de seconde équipe beso­gneux enchaî­ner ad nauseam des courses-pour­suites avec de (trop) nombreux dino­saures qui ne font plus peur à personne, alors qu’ils sont partout ! Un simple coup de taser ou leur faire les gros yeux suffit à s’en débar­ras­ser, même si ça et là ils mâchonnent quelques figu­rants numé­riques, histoire de faire bonne chaire et bonne figure.

Juras­sic Worst

Inutile de comp­ter sur ces héros unidi­men­sion­nels pour nous impliquer un tant soit peu : le couple vedette est aussi asep­tisé qu’au premier jour, tandis que le trio du premier Juras­sic Park, honteu­se­ment exploité, semble sorti du formol et n’a plus rien à jouer. Cette copie hors-sujet donne surtout envie de revoir le chef-d’œuvre de tonton Spiel­berg, qui nous faisait trem­bler et nous émer­veillait avec un T-Rex et deux raptors dans une cuisine. C’était en 1993, autant dire la préhis­toi­re… A.L.

Juras­sic World, le Monde d’après de Colin Trevor­row (EU, 2h26) avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Laura Dern, Jeff Gold­blum, Sam Neil… Sortie le 8 juin. Pour un avis diffé­rent, lire la critique de François Mailhes.

Mange Chris Pratt si tu peux…

On a lu le nouveau livre drôle et émou­vant de Frémaux sur Taver­nier

Thierry Frémaux revient sur son long compagnonnage avec Bertrand Tavernier à l'Institut Lumière, dans un biographie intime qui paraît chez Grasset : Si nous avions su que nous l’aimions tant, nous l’aurions aimé davantage. Emouvant. Que l’on doit se sentir petit lorsqu’on voya...

Maria Rêve, le nouveau joli petit film avec Karin Viard

 « Nous sommes tous des poèmes » est affiché sur la devanture de l’École des Beaux-arts où Maria vient d’être affectée comme femme de ménage. Plutôt réservée et discrète, elle va alors découvrir un monde rempli de liberté et de créativité aux côtés d’Hubert, le charmant gardien a...

Sans filtre, le nouveau Ruben Ostlund, le grand film de la rentrée

[mis à jour] Deuxième Palme d'Or pour le Suédois Ruben Östlund après The Square, Sans filtre est une satire jubilatoire avec une séquence d'anthologie sur un yacht d'oligarques russes ! Le film le plus ambitieux et le plus impressionnant de cette rentrée? Courez-y ! Il y a ...