Sortir à Lyon
Partager cet article :

Ambro­nay, le baroque au fémi­nin

Nouvelles suites”, tel est le thème de la nouvelle édition d’Am­bro­nay et de sa toute nouvelle direc­trice, Isabelle Battioni, avec de la suite dans les idées : prolon­ger le passé avec de nouvelles formes, faire la part belle aux jeunes talents, aux formes hybrides et aux femmes. Nicole Corti pour­rait résu­mer cette édition à elle toute seule : cheffe de chœur travaillant depuis toujours la voix et ses sorti­lèges, de la petite enfance aux choristes profes­sion­nels les plus chevron­nés qui font corps comme un seul homme. Avec Spirito, elle a aussi toujours alterné entre redé­cou­verte du réper­toire et créa­tion à part entière. Elle s’at­tèle cette fois après une confé­rence de Gilles Canta­grel au monu­ment de la Messe en Si de Jean-Sébas­tien Bach en deux volets, en variant les effec­tifs pour mieux faire entendre l’in­time et le gran­diose de cette musique sacrée. Ce sont donc deux concerts de la Messe en Si qui auront lieu en une seule soirée, mise en pers­pec­tive autour d’un Kyrie et Gloria pour faire entendre autre­ment un chef-d’œuvre absolu du réper­toire, sur plusieurs décen­nies de compo­si­tion. Trois heures de musique trans­cen­dan­tale pour s’éle­ver dès la rentrée. L.H.

Messe en Si de Jean-Sébas­tien Bach par Nicole Corti et le chœur et orchestre Spirito. Samedi 18 septembre, Abba­tiale d’Am­bro­nay. 17h : partie 1. 19h : partie 2.  Pass pour les deux concerts de 20 à 70 € (de 10 à 60 € pour un concert seul).

Précédé de la confé­rence de Gilles Canta­grel à 14h30 sur la Messe en Si mineur de Bach (gratuit sur réser­va­tion).

Lire aussi notre portrait de Nicole Corti.

42e Festi­val d’Am­bro­nay, du 10 septembre au 3 octobre.

Maria Joao Pires donne un réci­tal en état de grâce

Rien qu'à saluer la salle les mains jointes et humbles, souriante, on voit déjà toute la grande dame qu'elle est : ce petit bout de femme nommée Maria Joao Pires qui entre d'un pas décidé sur la scène de l'Auditorium est bien à la hauteur de sa légende : pas de chichi (elle ne fe...

Comment Philippe Jaroussky chante Fari­nelli

La grande époque londonienne de l’opéra italien était celle de toutes les rivalités : celle entre théâtres et compagnies, ou celle entre divas dont les Rival Queens les plus célèbres étaient la Faustina et la Cuzzoni, championnes du crêpage de chignon sur scène, dans des anecdote...

Maria Joao Pires, le meilleur de Mozart à l’Au­di­to­rium

C’est une des pianistes les plus délicates et populaires d’aujourd’hui. Maria Joao Pires joue désormais rarement en soliste, mais a choisi l’ONL et son directeur Nikolaj Szeps-Znaider pour être artiste associée. ça tombe bien : comme elle, mais au violon, le grand Nikolaj a enreg...

Zylan, un opéra contre l’ho­mo­pho­bie

C’est une des nouveautés mises en avant par Richard Brunel, le nouveau directeur de l’Opéra de Lyon : mettre en scène des petites formes hors les murs pour tous les publics dès l’adolescence, moins chères, plus accessibles, et toujours aussi inventives. C’est le cas avec Zylan ne...