Sortir à Lyon
Partager cet article :

Viens faire du ski sur les monts Pilat !

Les Stépha­nois ont du bon quand il ne s’agit pas de foot­ball… En même temps, on ne tirera pas sur l’am­bu­lance alors qu’ils sont au bord de la relé­ga­tion… Pour le reste, peu de Lyon­nais le savent, mais il existe à 30 minutes de Saint-Étienne une station de ski nichée dans les monts du Pilat, Le Bessat, qui reste belle et bien ouverte cette saison puisqu’elle est dédiée à la pratique du ski de fond. Et si on est loin de la folie des hauteurs des cimes alpines, ses 1 100 mètres d’al­ti­tude en font la commune la plus haute de la Loire, tout à fait suffi­sant pour qu’elle soit ennei­gée comme il se doit, en parti­cu­lier en ce début d’an­née géné­reux en flocons.

Skier ou skater, telle est la ques­tion

Skating sur les monts du Pilat au Bessat.

Moins mono­tone que les derniers derbys OL-ASSE, l’es­pace nordique compte au total 35 kilo­mètres d’iti­né­raires bali­sés et sécu­ri­sés, répar­tis en pistes vertes à noires. Ski de fond, skating (ce ski nordique dit « alter­na­tif » qui utilise le pas du pati­neur, vous fera évoluer avec autant de grâce qu’un
manchot sur la glace), raquettes, randon­née à pied et même luge sur des espaces réser­vés, vous avez le choix des moyens de loco­mo­tion pour évoluer au milieu des sapins ennei­gés et admi­rer le paysage. Eh oui, le 42 peut avoir beau­coup de charme et en parti­cu­lier les monts du Pilat. Sachez en­fin que Le Bessat est souvent victime de son succès. Si vous préfé­rez éviter la foule, mettez le cap sur les domaines atte­nants, Saint-Régis-du-
Coin et Burdignes.

Le Bessat sur les monts du Pilat, ouvert tous les jours de 9 h à 17 h. De 4 à 8 €. En voiture de Lyon envi­ron 1 h. En TER depuis Part-Dieu ou Perrache, s’ar­rê­ter à Saint-Étienne Belle­vue puis prendre le bus 102 Saint-Étienne – Le Bessat et descendre à l’ar­rêt Croix de Chau­bou­ret – Le Bessat. Office de tourisme du Pilat

La tartuf­fe­rie des salles de spec­tacle

Nous aussi, on y a cru. On vous avait concocté un numéro de décembre truffé des belles expos, des beaux films, de spectacles même et de vacances sous la neige. On pensait que c'était ça, sauver Noël (à lire ici pour vous détendre). Que nenni. Macron et son Mini-moi Castex en ont ...

Fait d’hi­ver en Lozère

Le dernier film du réalisateur de Harry, un ami qui vous veut du bien, sorti en catimini à la toute fin de 2019, est bien trop original pour qu'on ne vous le conseille pas, aujourd'hui qu'il débarque sur Canal +... Mais Seules les bêtes est aussi suffisamment inabouti pour qu'on ...

Le boom des librai­ries indé­pen­dantes

L'exception culturelle, ce sont elles. Alors que le cinéma ou les musées enregistraient sur 2019 une perte de fréquentation abyssale de l'ordre de – 70 %, les librairies, elles, se maintenaient autour de – 3% de moyenne au niveau national. Une forme de stabilité déjà inespérée, m...

Bello Bello­rini

« Je respecte beaucoup le réel, mais je n’y ai jamais cru ». Pour sa première création au TNP, le directeur Jean Bellorini adapte le grand auteur lyonnais, Valèra Novarina, avec un texte inédit, Le Jeu des ombres, faisant la nique comme à son habitude à toute forme de narration r...

Forêt des songes en Thaï­lande

Happy les fans d’Apichatpong Weerasethakul (vous me le copierez dix fois). Arte diffuse gratuitement un des plus beaux opus du réalisateur thaïlandais, palmé d'or pour Oncle Boonmee, et auteur auparavant de Tropical Malady, grand film d'amour expérimental dont on ne sait jamais v...