Sortir à Lyon
Partager cet article :

A couteaux tirés : mort sur le fil

Thrill comé­die. Qui a tué Harlan Thom­bey, célèbre auteur de polars et patriarche plein de panache très lucide sur sa famille et l’ap­pé­tit que sa fortune peut susci­ter (Chris­to­pher Plum­mer, impec­cable). Après la vraie-fausse piste de l’ac­ci­dent ou du suicide, on le saura rapi­de­ment, grâce au person­nage de la jeune infir­mière étran­gère (Ana De Armas), que la seule idée du mensonge fait vomir. Entiè­re­ment construit en flash­backs à la façon d’un Agatha Chris­tie d’aujourd’­hui (le scéna­rio origi­nal est de Rian John­son lui-même), le film multi­plie les chausses-trappes pour s’adon­ner à un jeu de massacre socio­lo­gique et fami­lial, de la veuve recluse, muette comme un batra­cien mais qui détient bien sûr une partie de la vérité, jusqu’à Jamie Lee Curtis, marmo­réenne en wonder woman qui a pris la place du père. Mais c’est l’ar­ri­vée de la brebis galeuse de fils (Chris Evans) qui va semer le trouble dans ce manoir hanté seule­ment par les mauvaises pensées liées à l’hé­ri­tage, avec l’ap­pa­ri­tion de Joseph Gordon-Levitt, acteur fétiche du réali­sa­teur, présent dans tous ses films, et Daniel Craig en « monsieur Blanc » (pronon­cez « Blank »), s’auto-paro­diant en James Bond vieilli et pataud, assisté d’un lieu­te­nant black beau comme un Dieu (Lakeith Stan­field). Le tout est un pur plai­sir d’ac­teurs et d’ob­ser­va­tion des compor­te­ments sociaux, dans lequel le souci des rebon­dis­se­ments, nombreux, ne s’exerce jamais au détri­ment de la saveur des person­nages. Le film parfait du samedi soir, et comme c’est tous les jours samedi soir…

A couteaux tirés de Rian John­son (EU, 2h11) avec Daniel Craig, Ana De Armas, Chris Evans, Michael Shan­non, Jamie Lee Curtis, Chris­to­pher Plum­mer… Dispo­nible sur la plupart des plate­formes Vod.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...