Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le génie lesbien du Brésil

Un film à voir gratui­te­ment chez soi pour se conso­ler de la non-réou­ver­ture des salles de cinéma ? Sélec­tionné par Ecrans Mixtes pour clôtu­rer son festi­val il y a deux ans, Les Bonnes Manières des Brési­liens Marco Dutra et Juliana Rojas est dispo­nible sur Arte dès aujourd’­hui et pendant des mois… Un trésor baroque et sangui­nolent pour réchauf­fer vos soirées d’hi­ver.

Dans une tour des quar­tiers chics de São Paulo, Ana, une jeune femme enceinte, engage Clara, infir­mière vivant dans les quar­tiers défa­vo­ri­sés. Alors qu’une rela­tion amou­reuse se noue entre les deux femmes, les soirs de pleine lune, Ana est victime de drôle de crises de somnam­bu­lisme qui la pousse à satis­faire ses envies – non pas de fraises, mais de sang frais. Pour ce deuxième long métrage qui ne manque pas de mordant, les deux réali­sa­teurs osent un véri­table melting pot stylis­tique. Le film commence comme un drame réaliste, confron­tant deux femmes d’ori­gine sociale et de couleurs de peau diffé­rentes, avant de glis­ser lente­ment vers le fantas­tique tout en faisant des crochets du côté du film gore, pour se termi­ner comme un conte à la Guillermo del Toro

Chan­sons Disney

Les somp­tueux décors urbains des Bonnes Manières, entre réel et imagi­naire.

Les cinéastes parviennent à nous embarquer dans leur univers grâce à l’at­ten­tion portée aux décors, toujours sur le fil entre réel et imagi­naire. Tours aux allures de donjon, centre commer­cial futu­riste façon palais ou encore cachot consti­tuent autant de réfé­rence aux fables de notre enfance. Pas éton­nant : Marco Dutra et Juliana Rojas ont puisé leur inspi­ra­tion dans les dessins-animés Disney, pous­sant la fantai­sie jusqu’à faire chan­ter les person­nages dans certaines scènes ! Malgré ce cock­tail déton­nant, Les Bonnes manières font preuve de beau­coup de déli­ca­tesse pour nous racon­ter autre chose : c’est avant tout d’amour dont il est ques­tion. D’un amour diffé­rent, entre deux femmes, mais aussi de la puis­sance de l’amour mater­nel, prêt à tous les sacri­fices. On ressort sonné de la projec­tion, encore nimbé de ce monde mysté­rieux, sans trop savoir si le film est bancal ou si c’est une réus­site. Vous aurez tout le temps de le savoir grâce au replay d’Arte. Une chose est certaine cepen­dant, Les Bonnes Manières ont la grâce de leur audace.


Les Bonnes Manières, de Marco Dutra et Juliana Rojas (Bré, 2h15) avec Marjo­rie Estiano, Cida Moreira, Andrea Marquee… En replay gratuit sur Arte.tv

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...