Sortir à Lyon
Partager cet article :

Pourquoi Opéra et TNP sont-ils (toujours) occu­pés ?

En France, on adore l’oc­cu­pa­tion… tout au moins dans les théâtres. Après les grèves, multiples au fil des ans, dans les centres drama­tiques – les bien nommés – comme à l’opéra, voici donc aujourd’­hui près de 70 scènes publiques occu­pées en France, dont le TNP ou l’Opéra de Lyon pour parler de chez nous. Initia­le­ment pour deman­der la réou­ver­ture des lieux cultu­rels, victimes d’une tenta­tive d’as­sas­si­nat par Rose­lyne Bache­lot, reven­di­ca­tion à laquelle on ne peut que sous­crire, mais main­te­nues encore aujourd’­hui, on se demande bien pourquoi…

1000 euros par jour jusqu’en juillet ?

Car à y regar­der de plus près et à entendre ce qui s’y passe quand on va y traî­ner ses guêtres comme nous l’avons fait, s’il y a nombre de mani­fes­tants sincères dans les théâtres occu­pés, il y a aussi nombre de gens qui n’ont rien à faire là et qui sous prétexte de statut (inter­mit­tent), se croient chez eux. Mieux, ils prennent leurs aises en parfaits para­sites, demandent à utili­ser la friteuse ou des loges où dormir alors qu’elles n’ont jamais été prévues pour ça, parfois au mépris de l’hy­giène (regrou­pe­ments sans masques), de la sécu­rité et même du person­nel, contraint de faire du gardien­nage d’adultes sur son propre lieu de travail. Jusqu’à entraî­ner des surcoûts de surveillance et de maté­riel, pouvant atteindre jusqu’à 1000 euros par jour. Et chez “ces gens-là”, comme aurait dit Jacques Brel, il ne s’agit pas du tout de faire pres­sion pour obte­nir la réou­ver­ture des lieux de spec­tacles, mais bien de pour­rir la situa­tion pour négo­cier la future loi d’in­dem­ni­tés chômage, prévue pour fin juillet, compre­nant notam­ment le statut (très hété­ro­gène et jusqu’ici jamais menacé) des inter­mit­tents.

Le grand chan­tage

En clair, il s’agit de monnayer la réou­ver­ture des lieux occu­pés à des reven­di­ca­tions poli­tiques annexes. ça s’ap­pelle du chan­tage, d’au­tant que les lieux publics par défi­ni­tion appar­tiennent à tout un chacun. L’oc­cu­pa­tion n’a donc pas du tout le même sens pour tout le monde. Même la mairie borde­laise EELV a dû faire expul­ser l’Opéra de Bordeaux occupé par les forces de l’or­dre… On attend de voir si la mairie lyon­naise sera capable de rendre les lieux publics au public, après qu’il en ait été privé aussi long­temps. Alors plutôt que de vouer un culte bien français et tout pavlo­vien à cette “culture en résis­tance” comme on peut le lire dans nombre de papiers un peu aveugles et rapides, il vaudrait mieux rapi­de­ment démi­ner le terrain, sous peine de lais­ser le spec­tacle vivant mourir dans la main de fossoyeurs idéo­lo­giques. On a toutes et tous assez attendu pour ne pas se retrou­ver otages des fausses querelles de vrais para­sites.

Pour un point de vue complet, lire aussi notre précé­dent édito au moment de la ferme­ture des lieux cultu­rels en octobre << ici >>.

Claude Lelouch, un cinéaste à ne plus suivre

L’avantage avec les films de Claude Lelouch, c’est qu’on les oublie aussi vite qu’il les tourne. Mais le problème quand on les re-regarde, c’est qu’ils ont réussi à vieillir encore un peu plus, alors qu’ils étaient déjà vieux, devenant souvent irregardables. Et par égarement on s...

Faut-il aller voir Clara Luciani ?

Clara Luciani était une blitzkrieg musicale à elle toute seule. Son album Sainte-Victoire avait transformé cette jolie brune au physique androgyne en nouvelle coqueluche de la chanson française. Elle avait su trouver l’ingrédient en plus pour réveiller des chansons qui auraient p...

Quand le public boude les films art et essai

Où est passé le public des films art et essai ? C’est ce que se demande le syndicat de la critique de cinéma, qui n’est pourtant pas la dernière à les promouvoir… Son bilan est édifiant sur l'année écoulée : si les films art et essai n’ont jamais autant trustés les sorties ciné (...