Sortir à Lyon
Partager cet article :

Netflix sort le grand jeu pour Michael Mann

On vous avait déjà conseillé Hacker, un bon petit polar clas­sieux avec Chris Hemsworth dispo sur Netflix depuis le prin­temps dernier. La plate­forme glou­tonne (en passe de créer son propre Film club en salles) a décidé de faire une OPA sur Michael Mann, un des plus grands cinéastes améri­cains en acti­vité. En plus du Dernier des Mohi­cans, film tota­le­ment à part avec une recons­ti­tu­tion somp­tueuse du XVIIIe siècle et Daniel Day Lewis nu sous sa peau de bête, vous pour­rez surtout profi­ter de deux beaux films tour­nés à Los Angeles : Colla­te­ral avec un Tom Cruise noir et glaçant, et une séquence d’ou­ver­ture mythique de balade en taxi nocturne vue du ciel, inven­tant les prises de vue par drone avant l’heure, et Heat, un polar de 3h au ressenti d’1h30 tant chaque plan ou presque corres­pond à un point de vue merveilleux sur la ville.

Robert De Niro et Val Kilmer dans Heat de Michael Mann.

Lost High­way

Chef-d’oeuvre moderne orches­trant le face-à-face entre Robert De Niro, impé­rial, et Al Pacino, dans un de ses derniers bons rôles, le temps d’une seule scène, centrale, au beau milieu du film, Heat est un must, une course-pour­suite entre flic et voyou qui tient des beaux-arts et un des plus beaux films jamais tour­nés à Los Angeles avec des vues impre­nables sur la ville, et les séquences de fusillades les mieux orches­trées de l’his­toire du cinéma. Bref, l’oc­ca­sion parfaite de faire la nique à un samedi soir de novembre.

Heat de Michael Mann (EU, 1995, 2h50) avec Robert De Niro, A Pacino, Val Kilmer.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...