Sortir à Lyon
Partager cet article :

De son vivant, le nouveau mélo d’Em­ma­nuelle Bercot

Voilà un film choral qui emporte tout sur son passage. Alors qu’on pouvait craindre un instant pendant la projec­tion qu’il ne s’épar­pille entre ses person­nages, il se ramasse en un mélo puis­sant au finale, aussi roma­nesque quand il s’agit d’abor­der les rela­tions humaines qui se tissent en amont et en aval de la mort d’un homme trop jeune, que docu­menté quand il s’agit de montrer le monde des soins. Pas de discours, pas de pose, pas la moindre récu­pé­ra­tion misé­ra­bi­liste pour évoquer le monde de l’hô­pi­tal… On aura rare­ment vu filmer de façon aussi juste, depuis les morceaux de musique que joue le profes­seur Sara (dans son propre rôle) pour ses patients, jusqu’à l’in­ti­mité que peut tisser une soignante avec un malade (lumi­neuse Cécile de France). Bercot filme aussi bien le milieu du théâtre et de l’en­sei­gne­ment à la vie débor­dant jusqu’à la suscep­ti­bi­lité, que le “secret” du soignant dans une scène de baiser volé sublime, comme un dernier adieu à la vie.

Il s’en va

Cathe­rine Deneuve dans De son vivant d’Em­ma­nuelle Bercot (photos Laurent Cham­pous­sin, Les Films du Kiosque)

Comme d’ha­bi­tude, Cathe­rine Deneuve prend tous les risques, comme celui de cette mère un rien hautaine, atti­fée de façon presque osten­ta­toire, paniquée à l’idée de perdre son fils. On n’en dira pas plus, mais De son vivant fait la nique à la mort en filmant ceux qui restent en héri­tage, et son titre peut se lire aussi bien pour dési­gner tout ce qui n’a pas pu se dire du vivant du malade, que comme un atta­che­ment viscé­ral à la vie. En même temps qu’elle s’est docu­men­tée avec le dernier réalisme sur les mots et les trai­te­ments autour du cancer, Emma­nuelle Bercot ose en perma­nence le roma­nesque, et permet à chacun de ses person­nages d’exis­ter pour lui-même, autour d’un Benoît Magi­mel au-delà des mots (Emma­nuelle Bercot lui avait déjà offert une inten­sité drama­tique parti­cu­lière dans La Tête haute). Jusqu’à des séquences finales qui sont parmi les plus belles et les plus émou­vantes qu’on ait vues au cinéma depuis bien long­temps, le temps d’une chan­son. Boule­ver­sant. L.H.

De son vivant d’Em­ma­nuelle Bercot (Fr, 1h32) avec Benoît Magi­mel, Cathe­rine Deneuve, Cécile de France, Gabriel A, Sara (dans son propre rôle), Oscar Morgan… Sortie le 24 novembre.

On a vu le nouveau Almo­do­var, Madres para­le­las

Revoilà un Pedro Almodovar plutôt en bonne forme malgré une excentricité plus contenue, avec ses couleurs franches, ses destinées de femmes fortes et bien-sûr son actrice fétiche, Penélope Cruz. Après Douleur et Gloire, son dernier film en forme d'autobiographie masculine, le réa...

Le Diable… le film iranien qui défie la censure

Le réalisateur d’Un Homme intègre (2017) a tourné quatre histoires reliées par un même thème : assumer une responsabilité individuelle dans un régime totalitaire. Ou comment défier la censure en tournant en Iran à la façon d’un court- métrage, alors que la peine de mort ne cesse ...

La Fièvre de Petrov, le nouveau coup de folie de Sere­bren­ni­kov

Il nous a mis la fièvre pendant des heures, Kirill Serebrennikov avec La Fièvre de Petrov, son dernier film. Ou plus exactement, pendant les 2h30 que dure cette balade métaphysique aux côtés de Petrov, dessinateur de BD sacrément grippé, ce qui ne l'empêche pas de boire des coups...