Sortir à Lyon
Partager cet article :

Venez voir la marion­nette queer et punk de Johanny Bert

Johanny Bert met en scène sa marionnette Hen au théâtre des Célestins.

Quoi de mieux qu’une marion­nette, objet de contrainte par excel­lence, pour envoyer voler tous les carcans ? Hen, (pronon­cez « Heune« ) est une marion­nette punk et inso­lente qui balaye les préju­gés et chante la liberté sexuelle dans un spec­tacle éponyme haut en couleur. Sur la scène, la créa­ture arrive progres­si­ve­ment, d’abord cachée par un voile onirique avant de dévoi­ler toute sa plas­tique dans un strip-tease surpre­nant allant même jusqu’à l’os !

Le strip-tease de Hen.

On est emporté par ce show exubé­rant qui mélange le caba­ret berli­nois des années 30 et la perfor­mance queer contem­po­raine. La diva chauve est un person­nage hybride au genre incer­tain dont le patro­nyme, « Hen  », trouve son origine dans un pronom suédois qui désigne une personne de façon neutre. Hen peste contre la morale tiède, le conser­va­tisme et la bien­séance pour exal­ter les amours plurielles et la provo­ca­tion. On rit de bon cœur. Même inso­lente, la marion­nette reste toujours terri­ble­ment humaine et touchante. Un véri­table tour de force pour donner autant de vie à un objet fait de mousse, de bois, de métal et de latex.

Poupée de queer, poupée de son


Il faut saluer là le travail du sculp­teur-plas­ti­cien Eduardo Felix, mais surtout celui du metteur en scène Johanny Bert, artiste d’ori­gine auver­gnate, asso­cié au théâtre de la Croix-Rousse. C’est lui qui prête sa voix au person­nage, accom­pa­gné d’un deuxième marion­net­tiste, d’un violon­cel­liste et d’un percus­sion­niste. Car Hen reprend des textes de Gains­bourg, Pierre Notte ou encore Brigitte Fontaine. La chan­son Éter­nelle de cette dernière prend ainsi tout son sens dans la bouche en latex de la marion­nette : « Je veux être aimée pour moi-même / Et non pas pour mes orne­ments / Je veux être adorée quand même / Sans cheveux, sans chair et sans gants. » Adrien Giraud


Hen. Mise en scène : Johanny Bert. Jusqu’au 26 décembre à 20h30 (dim et sam 25 à 16h30) au théâtre des Céles­tins, Céles­tine, Lyon 2e. Relâche le lundi et vendredi 24. Décon­seillé aux moins de 16 ans. De 9 à 26 €.

Photos : Chris­tophe Raynaud.


Paul Mira­bel, l’hu­mo­riste le plus lunaire et décalé

Le zèbre n’est pas un équidé comme les autres. Cet animal se différencie des chevaux et des ânes par son pelage original, noir avec des rayures blanches (et non l’inverse). Ainsi, un « drôle de zèbre » signifie par métaphore quelqu’un d’étrange, un peu hors norme, bizarre et… aty...

Un spec­tacle déli­rant sur la mort de Michel Berger

Ancien comédien des Chiens de Navarre, Solal Bouloudnine rejoue son enfance à Ramatuelle à 6 ans lorsqu'il apprit que son voisin, Michel Berger, était mort... La Fin du début (Seras-tu là ?) est un seul en scène original et drôle pour chasser ses angoisses existentielles. « Qu...

Seul en scène inso­lite d’un enfant voisin de Michel Berger

On ne se souvient pas de sa mort, mais on se souvient du jour où l’on a réalisé qu’on allait mourir. Pour Solal Bouloudnine, c’était le 2 août 1992 précisément. Il avait six ans et passait son été dans une maison de vacances à Ramatuelle. Sa résidence estivale était voisine de ce...

Grand Crié, le spec­tacle qui pique de Nico­las Barry

Nous aussi on a parfois envie de crier, et pas seulement "Aline" pour qu'elle revienne. "Subversif, revendicatif, festif, agressif ou craintif", Nicolas Barry consacré son spectacle aux Subs à un Grand Crié, auquel on aurait volontiers ajouter le cri libérateur. Rassurez-vous, vo...