Sortir à Lyon
Partager cet article :

Punk attack !

Ce sont les nounours punks du cinéma français, s’at­ta­chant aux lais­sés pour compte de la société, ceux qu’on ne montre que trop peu sur grand écran, pas assez riches ni assez pauvres pour être sexy, trop loufoques pour fédé­rer. Voilà main­te­nant 10 films que Gustave Kervern et Benoît Delé­pine se font une spécia­lité de la France des margi­naux et des outsi­ders du système avec leurs comé­dies sociales. Après avoir tourné en déri­sion l’ob­ses­sion de la réus­site dans I feel good, le duo s’at­taque à un morceau costaud: les nouvelles tech­no­lo­gies et la frac­ture numé­rique, révé­lant les autres frac­tures sociales et écono­miques qui se cachent derrière ces nouveaux outils. Chris­tine, chauf­feur VTC, galère à faire décol­ler les notes que ses clients lui attri­bue, Bertrand, qui entre­tient une rela­tion ambi­guë avec une opéra­trice télé­pho­nique, veut venger sa fille harce­lée sur les réseaux, Tandis que Marie, elle, est prise au piège à cause d’une sextape. Tous sont dépas­sés par l’in­va­sion tech­no­lo­gique. Dans une France péri­phé­rique post-gilets jaunes, Effa­cer l’his­to­rique raconte l’ul­tra-moderne soli­tude de nos socié­tés trop connec­tées, esquis­sant en arrière-plan des problé­ma­tiques aussi diverses que la protec­tion de la vie privée, l’ube­ri­sa­tion du travail ou la déma­té­ria­li­sa­tion des services.

Corinne Masiero, Denis Poda­ly­dès et Blanche Gardin dans Effa­cer l’his­to­rique.

Don Quichotte. Racon­ter comme ça, le film pour­rait faire peur. Mais c’est sans comp­ter toute la cocas­se­rie de Kervern et Delé­pine, que les réali­sa­teurs utilisent pour plon­ger leurs person­nages dans les situa­tions les plus absurdes, sans jamais se dépar­tir de leur tendresse pour ces Don Quichotte modernes qui veulent s’at­taquer au cloud, le dieu anonyme ultime. Ces derniers sont portés par des acteurs aux petits oignons, d’une Blanche Gardin apathique face à l’ac­cu­mu­la­tion de problèmes à un Denis Poda­ly­dès qui excelle en père à la ramasse, en passant par une Corinne Masiero nostal­gique de l’époque où elle occu­pait les ronds-points avec les Gilets jaunes. On croise même des seconds rôles de luxe tels que Benoît Poel­voorde en livreur à vélo au bord de l’in­far­c­tus, ou Vincent Lacoste en maître chan­teur de bas-étage. Autant de person­nages dans les manies desquels chacun se recon­naî­tra: une Blanche Gardin qui planque la liste de ses multiples mots de passe dans le frigo, ça parle à tout le monde aussi loufoque que soit la situa­tion. Et c’est la réus­site d’Effa­cer l’his­to­rique. rassem­bler tous les publics pour recréer le lien perdu le temps d’une séance. Un film salva­teur qui vous donne­rait presque envie d’ar­rê­ter votre abon­ne­ment mobile, si seule­ment c’était si faci­le…

Effa­cer l’his­to­rique de Gustave Kervern et Benoît Delé­pine (France, 1h46). Avec Blanche Gardin, Denis Poda­ly­dès, Corinne Masie­ro… Avant-premières samedi 22 août à 20h au Pathé Belle­cour, Lyon 2, en présence de l’équipe du film, et lundi 24 août à 21h au Lumière Terreaux, Lyon 1. Sortie le 26 août.

Titane, Palme d’or, le soufre et la souf­france

Commençons aussi dru que ce film choc en a sous le capot dès la scène d’ouverture : Titane est souvent très con, d’un cynisme et d'une complaisance pour la souffrance souvent insupportables, surtout dans sa première partie. C’est l’anti-Crash de David Cronenberg, à l'érotisme dou...

Jodie Foster défend Tahar Rahim dans Guan­ta­namo

Voilà un objet cinématographique taillé pour répondre aux canons du film judiciaire: une histoire vraie (celle d'un Mauritanien injustement détenu au camp de Guantánamo pendant 14 ans), une grosse machine à dénoncer (l’administration Bush et un système judiciaire qui bat de l’ail...

Bene­detta, nanar sympa­thique de chair et de sang

Verhoeven avait toujours voulu faire un film sur Jésus. Il aura fait un film sur une soeur habitée par Jésus. Chasse aux démons, amour charnel, jouissance et expiation, stigmates et délires christiques... ce film sur l’histoire vraie d’une sainte lesbienne du XVIIe siècle se tran...

Annette,comé­die musi­cale pour faire chan­ter #MeToo

Le premier problème d’Annette, c’est... Annette (le rôle, qu’on vous laissera découvrir). Le deuxième, c’est la musique des Sparks, à l'origine du film, ce qui est quand même ballot pour une comédie musicale. L'ambition était sans doute trop grande pour eux : après une belle ouve...