Sortir à Lyon
Partager cet article :

Punk attack !

Ce sont les nounours punks du cinéma français, s’at­ta­chant aux lais­sés pour compte de la société, ceux qu’on ne montre que trop peu sur grand écran, pas assez riches ni assez pauvres pour être sexy, trop loufoques pour fédé­rer. Voilà main­te­nant 10 films que Gustave Kervern et Benoît Delé­pine se font une spécia­lité de la France des margi­naux et des outsi­ders du système avec leurs comé­dies sociales. Après avoir tourné en déri­sion l’ob­ses­sion de la réus­site dans I feel good, le duo s’at­taque à un morceau costaud: les nouvelles tech­no­lo­gies et la frac­ture numé­rique, révé­lant les autres frac­tures sociales et écono­miques qui se cachent derrière ces nouveaux outils. Chris­tine, chauf­feur VTC, galère à faire décol­ler les notes que ses clients lui attri­bue, Bertrand, qui entre­tient une rela­tion ambi­guë avec une opéra­trice télé­pho­nique, veut venger sa fille harce­lée sur les réseaux, Tandis que Marie, elle, est prise au piège à cause d’une sextape. Tous sont dépas­sés par l’in­va­sion tech­no­lo­gique. Dans une France péri­phé­rique post-gilets jaunes, Effa­cer l’his­to­rique raconte l’ul­tra-moderne soli­tude de nos socié­tés trop connec­tées, esquis­sant en arrière-plan des problé­ma­tiques aussi diverses que la protec­tion de la vie privée, l’ube­ri­sa­tion du travail ou la déma­té­ria­li­sa­tion des services.

Corinne Masiero, Denis Poda­ly­dès et Blanche Gardin dans Effa­cer l’his­to­rique.

Don Quichotte. Racon­ter comme ça, le film pour­rait faire peur. Mais c’est sans comp­ter toute la cocas­se­rie de Kervern et Delé­pine, que les réali­sa­teurs utilisent pour plon­ger leurs person­nages dans les situa­tions les plus absurdes, sans jamais se dépar­tir de leur tendresse pour ces Don Quichotte modernes qui veulent s’at­taquer au cloud, le dieu anonyme ultime. Ces derniers sont portés par des acteurs aux petits oignons, d’une Blanche Gardin apathique face à l’ac­cu­mu­la­tion de problèmes à un Denis Poda­ly­dès qui excelle en père à la ramasse, en passant par une Corinne Masiero nostal­gique de l’époque où elle occu­pait les ronds-points avec les Gilets jaunes. On croise même des seconds rôles de luxe tels que Benoît Poel­voorde en livreur à vélo au bord de l’in­far­c­tus, ou Vincent Lacoste en maître chan­teur de bas-étage. Autant de person­nages dans les manies desquels chacun se recon­naî­tra: une Blanche Gardin qui planque la liste de ses multiples mots de passe dans le frigo, ça parle à tout le monde aussi loufoque que soit la situa­tion. Et c’est la réus­site d’Effa­cer l’his­to­rique. rassem­bler tous les publics pour recréer le lien perdu le temps d’une séance. Un film salva­teur qui vous donne­rait presque envie d’ar­rê­ter votre abon­ne­ment mobile, si seule­ment c’était si faci­le…

Effa­cer l’his­to­rique de Gustave Kervern et Benoît Delé­pine (France, 1h46). Avec Blanche Gardin, Denis Poda­ly­dès, Corinne Masie­ro… Avant-premières samedi 22 août à 20h au Pathé Belle­cour, Lyon 2, en présence de l’équipe du film, et lundi 24 août à 21h au Lumière Terreaux, Lyon 1. Sortie le 26 août.

Le Dernier duel de Ridley Scott

Ridley Scott s’attèle au dernier duel connu en France entre Jacques Le Gris et Jean de Carrouges en 1386, le second accusant le premier d’avoir violé sa jeune épouse, suite au témoignage de celle-ci. Le matériau de départ est splendide, la maestria à reconstituer la France du Moy...

Est-ce la peine d’al­ler voir Eiffel ?

Si vous avez un jour rêvé d’une histoire d’amour sous la tour Eiffel, vous pouvez toujours tenter ce drôle de biopic qui reconstitue la préquelle de la tour la plus célèbre du monde... à partir d’un amour empêché en Gironde à la fin du XIXe siècle. Gustave aimait Adrienne (avec u...

On a vu le nouveau James Bond en 4DX

N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure qui ont dû souffrir de trop attendre ce 007, tourné il y a deux ans... Il y a tout dans le dernier James Bond : le prologue italien (au féminin) le plus long de la saga, un générique splendide dans les ruines romaines sous-marines, des ...